Le canal de l’Ourcq.

Le canal de l’Ourcq est un canal du Bassin parisien.

Avant de commencer à Mareuil-sur-Ourcq pour rejoindre le bassin de la Villette à Paris, la rivière l’Ourcq est canalisée et navigable depuis le « Port aux Perches » sur la commune de Silly-la-Poterie.

Avec le canal Saint-Denis, le bassin de la Villette et le canal Saint-Martin, il constitue le réseau des canaux parisiens, long de 130 km et qui appartient à la ville de Paris. Sa construction débute en 1802 et s’achève en 1825. Il fait l’objet par la suite de plusieurs remaniements notamment l’ajout de cinq écluses, d’une usine alimentant le canal en eau à Trilbardou et l’élargissement du gabarit sur les onze premiers kilomètres.

À l’origine, le canal a pour premier objectif d’alimenter Paris en eau potable ; aujourd’hui, son utilisation est réservée à la voirie. Jusque dans les années 1960, il est parcouru sur toute sa longueur par les flûtes d’Ourcq, péniches adaptées au petit gabarit de la plus grande partie du canal. Depuis 1962, seuls les onze premiers kilomètres, entre le bassin de la Villette et Aulnay-sous-Bois, exempts d’écluses, sont ouverts au trafic commercial : environ un million de tonnes sont transportées chaque année par des péniches dont le port en lourd ne peut excéder 400 tonnes. Au-delà, le canal, dont la profondeur est désormais de 80 cm, est destiné à la plaisance. Le canal de l’Ourcq est également utilisé depuis sa création pour alimenter en eau les canaux Saint-Martin et Saint-Denis. Depuis la fin des années 1990, les abords du canal situés dans l’agglomération parisienne sont réhabilités et aménagés pour en faire un axe vert ouvert aux activités de loisir tels que le cyclotourisme et la randonnée pédestre.

Canal de l’Ourcq, carte maximum, Bondy, 30/05/1992.

Les premiers travaux furent inspirés par les besoins de l’approvisionnement de la capitale en bois de chauffage et de construction tirés de la forêt de Retz, propriété sous l’Ancien Régime des familles de Valois et d’Orléans. Cette forêt fut un immense domaine de chasse mais surtout la source de revenus considérables. François de Valois, futur François Ier, réorganise la forêt pour y assouvir sa passion. Il crée la capitainerie des chasses de Villers-Cotterêts, fait percer les premières laies forestières, construire le château et capter les sources. C’est Léonard de Vinci qui aurait réalisé les premiers essais d’écluse à sas de France, sur la rivière de l’Ourcq. Après 1560 commence la canalisation de l’Ourcq, la construction de réservoirs dont les étangs de la Ramée et d’un système de flottage et d’écluses simples (des pertuis) permettant d’acheminer vers Paris les produits de la forêt. En 1661, les privilèges et péages de l’Ourcq sont attribués à Philippe d’Orléans, par Louis XIV, son frère. Cette mesure est à l’origine du « canal des Ducs », œuvre de Louis de Règemortes au XVIIIe siècle.

Canal de l’Ourcq, variété : piquage à cheval.

Une fois le décret du 29 floréal an X (19 mai 1802) promulgué, les études pour le tracé du canal débutèrent rapidement : la première pierre est posée le 23 septembre. Le financement est pris sur le produit de l’octroi, complété par une taxe sur les vins. Le décret ordonne l’ouverture d’un canal de dérivation de la rivière de l’Ourcq, vers un bassin de la ville, situé près du village de la Villette, et l’ouverture d’un canal qui part de la Seine (au-dessus du bassin de l’Arsenal) et rejoint les bassins de partage de la Villette. Il passe par Saint-Denis, la vallée de Montmorency, et rejoint la rivière d’Oise près de Pontoise.

Bonaparte, qui avait le choix parmi de grands ingénieurs du corps des Ponts et Chaussées, nomma à la tête des travaux Pierre-Simon Girard, l’un des 160 savants qui l’avaient accompagné lors de la campagne d’Égypte de 1798. Cette nomination, purement politique, sera certainement à l’origine des incessantes querelles techniques dont l’ingénieur sera l’objet.

Le projet initial est soumis en janvier 1804. Il comporte la grande originalité de concevoir un canal à la fois navigable, et donc avec une vitesse de flux lente, et d’eau potable, pour lequel il faut absolument éviter les eaux stagnantes (tels dans les biefs d’écluses). Sa troisième fonction consiste à alimenter les canaux Saint-Martin et Saint-Denis, conçus en même temps dans le but d’éviter aux bateaux la dangereuse traversée de Paris par la Seine au courant vif et pas encore régularisée par les barrages qui seront construits au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Girard répond à ces trois contraintes antinomiques par des études de modélisation montrant l’intérêt d’une pente variable. Cette idée est combattue par les autres membres des Ponts et Chaussées, en particulier par son directeur, Gaspard de Prony, mais les travaux ayant déjà commencé, un plan à deux pentes est retenu.

Canal de l’Ourcq, épreuve de luxe.

Dès l’ouverture du Canal de l’Ourcq, pendant l’hiver de 1804, il se manifeste des glissements de terrain considérables dans les talus de la tranchée du bois de Saint-Denis3. Girard donnera par la suite (Mémoire sur le Canal de l’Ourcq… , impr. Carilian-Gœury, 1831-1845) la description et l’explication de ces glissements, ainsi que le détails des moyens qu’il avait employés pour les réparer.

Les multiples querelles font que Girard sera évincé à la Restauration.

Pour les travaux des canaux Saint-Denis et Saint-Martin, le choix se porte sur René-Édouard de Villiers du Terrage.

Dans un premier temps, le canal est creusé en direction de la Beuvronne vers Claye-Souilly, il connaît plusieurs éboulements dans la tranchée du bois Saint-Denis vers Tremblay-en-France.

Après une mise en eau du bassin de la Villette le 2 décembre 1808, le 15 août 1809 les eaux de la Beuvronne coulent à la fontaine des Innocents à Paris, puis le 15 août 1813, le premier bateau part de Claye-Souilly et arrive à la Villette.

Les travaux ayant été un temps stoppés à la chute de l’Empire, le gouvernement de la Restauration va confier la concession du canal en 1818 à la Compagnie Vassal et Saint-Didier. Celle-ci doit terminer les travaux, entretenir et exploiter le canal pendant 99 ans. En contrepartie, elle recevra les péages et les revenus, tandis que la Ville de Paris se charge de l’achat des terrains et verse une somme de 7 500 000 francs de l’époque pour financer les travaux d’investissement.

C’est au cours de cette période que l’on s’aperçoit que la pente du canal est trop importante et le courant trop vif. L’ingénieur Émile Vuigner place alors sur son parcours cinq écluses à faible chute (autour de 50 cm) couplées chacune à un déversoir. Ses écluses sont constituées de deux sas jumeaux auxquels il donne un gabarit très bizarre : 58 m de long sur 3,20 m de large. Les grands bateaux dits marnois ne peuvent plus emprunter le canal, et un type nouveau de bateau, la « flûte d’Ourcq », de 28 m sur 3 et amphidrome, sera mis en chantier.

Le canal Saint-Denis est ouvert à la navigation le 13 mai 1821, ce n’est qu’à la fin 1822 que la navigation est ouverte de Saint-Denis à Mareuil-sur-Ourcq, tandis qu’au-delà, l’Ourcq canalisée depuis le XVIe siècle, et remaniée par Régemortes puis par Girard reste en service. Les premiers bateaux venant de La Ferté-Milon arrivent au bassin de la Villette. Enfin, les premiers bateaux venant de Mareuil-sur-Ourcq entrent sur le canal Saint-Martin le 4 novembre 1825.

Un service de bateaux-poste a été institué en 1838. Il permettait de relier le bassin de la Villette et Meaux en trois heures, dans des conditions de confort bien supérieures à la diligence ou au chemin de fer, qui sera mis en service le 5 juillet 1849. Ce dernier, plus rapide, scellera le destin de cette liaison fluviale. La gare de Meaux et le débarcadère auraient été voisins, de part et d’autre de la route départementale 603, si le service fluvial avait survécu.

Le réseau des canaux de Paris est achevé après vingt-trois ans de travaux.

En 1866, un décret impérial est pris, autorisant le pompage dans la Marne pour parfaire le débit du canal de l’Ourcq en période d’étiage. On entreprend alors la construction de l’usine élévatoire de Trilbardou qui sera équipée entre autres de pompes et moteur hydraulique Sagebien et l’usine élévatoire de Villers-lès-Rigault, à Isles-lès-Meldeuses, avec une machine à roues turbines de Louis Dominique Girard.

À la fin du XIXe siècle, la Villette, et ses deux bassins, est devenue l’un des principaux quartiers industriels de Paris. Le port permet l’arrivage de denrées alimentaires et de matières premières venant de différentes régions du monde. Il est alors un des principaux ports français.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.