Le BMX.

Le BMX (Bicycle motocross) est un sport extrême cycliste, physique, technique et spectaculaire. Il est divisé en deux catégories : la Race où les rideurs font la course, et le Freestyle où les rideurs font des figures (ou tricks en anglais). Les pratiquants de ce sport sont nommés pilotes, bicrosseurs, riders.

Le BMX Race ou Bicross est une course entre huit concurrents qui doivent parcourir une piste de 340 à 400 m. Cette piste a la particularité d’être parsemée de bosses qui, soit se sautent, soit s’enroulent par cabrage du vélo sur la roue arrière (manual). C’est un sport acrobatique et spectaculaire demandant des qualités physiques telles que la vélocité, la puissance, l’explosivité et l’endurance. Cette discipline, dans sa version supercross, est devenue pour la première fois une discipline olympique à l’occasion des Jeux olympiques de Pékin en 2008.

Le BMX Freestyle consiste à effectuer des figures techniques et spectaculaires ; il existe plusieurs catégories : le Flat, le Street, le Park, le Vert, le Trail et le Dirt. À partir de 2020, le BMX freestyle est également une discipline olympique.

BMX, carte maximum, Lisbonne, 17/04/2015.

Le BMX (en anglais : bicycle moto cross) apparaît en 1968 en Californie, alors qu’au même moment le motocross devient un sport très populaire aux États-Unis.

La version motorisée de ce sport est la source d’inspiration du BMX. Enfants et adolescents, animés par le désir de pratiquer le motocross alors qu’ils n’en avaient pas les moyens créent des compétitions de vélo sur des pistes qu’ils construisent eux-mêmes. Ils s’habillent d’équipements de moto cross. Le sport a pris le nom de BMX.

La compétition de BMX offre à moindre frais et proche de chez soi l’excitation d’un sport d’action et il est facile de comprendre pourquoi ce sport extrême connaît immédiatement un véritable engouement. C’est en Californie qu’il devient le plus populaire. Au début des années 1970, une structure de régulation des courses est créée aux États-Unis. Elle est considérée maintenant comme le début officiel de la compétition. Au cours de cette même décennie, cette pratique est introduite sur d’autres continents, dont l’Europe, à partir de 1978.

L’« International BMX Federation » (Fédération internationale de BMX) est créée en avril 1981 et les premiers championnats du monde se déroulent en 19821. Le BMX se développe rapidement comme un sport à part entière et, après plusieurs années, trouve plus de points communs avec les codes du cyclisme qu’avec ceux du moto cross. Depuis janvier 1993, le BMX est totalement intégré à l’Union cycliste internationale.

Le BMX race devient olympique aux Jeux olympiques d’été de 2008.

En 2016 est créée la Coupe du Monde de BMX Freestyle Park UCI. L’Union Cycliste Internationale (UCI) a reconnu le BMX Freestyle ainsi que le trial et le cross-country eliminator et a organisé les championnats du monde de cyclisme urbain en 2017. La première édition des Championnats du Monde Urban Cycling UCI 2017 a débuté en Chine, à Chengdu le mercredi 8 novembre 2017. Au cours de l’année plusieurs manches se sont déroulées en France, en Croatie, aux Etats-Unis, au Canada et donc en Chine en association avec le Festival international des sports extrêmes. Les vainqueurs de ces épreuves de BMX Freestyle Park sont également les premiers Champions du Monde UCI de la discipline.

Le BMX Freestyle Park est intégré au programme des Jeux olympiques de la jeunesse d’été de 2018 et des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020.

Une compétition de bicross est assimilable à un sprint où le sprinter doit franchir des haies sur une distance moyenne de 300 mètres, avec en plus, de légers dénivelés.

Les pilotes sont positionnés sur une pente, appelée butte de départ, ou start, avec la roue avant appuyée contre une grille escamotable. À l’origine, cette grille s’abaissait par un mécanisme actionné manuellement, il n’y avait pas de feu, on pouvait entendre « Attention pilotes ! Prêts pilotes ? Riders ready ? Go ! » et la grille tombait. Ce système a occasionné de nombreux faux départs et pouvait parfois blesser légèrement les pilotes qui chutaient.

Aujourd’hui, sous l’impulsion des américains, la totalité des pays ont adopté un système de départ actionné par un piston à air, qui replie la grille vers l’avant et permet aux pilotes de s’extraire plus rapidement. Les ordres de départ sont énoncés par un haut parleur suivant la procédure suivante homologuée : « OK Riders let set them up ! Riders ready ? Watch the gate ! ». Les concurrents regardent les feux tricolores : rouge, orange puis vert. Quand le feu passe au vert, la grille bascule vers l’avant.

En 2004, la France installe un nouveau système de grille de départ sécurisée et silencieuse, ayant la forme d’un quart de lune caissonné, qui empêche ainsi qu’un pilote ne glisse un de ses membres en dessous. Elle est notamment utilisée lors des championnats du monde de BMX UCI de Paris-Bercy en juillet 2005.

Actuellement, un nouveau système est utilisé dans certaines courses : la random gate (littéralement « grille aléatoire »), où un délai, choisi aléatoirement par un programme, s’écoule entre le Watch the gate! et la chute de la grille ; ce délai varie de 0 à 3,5 secondes ; ce type de grille favorise les réflexes et enlève l’avantage que pouvaient avoir les pilotes à domicile, connaissant exactement l’instant auquel la grille s’abaissait.

Il y a 8 pilotes maximum à s’élancer sur la piste. Si, dans une catégorie d’âge, le nombre de participants est supérieur à 8 (ce qui est souvent le cas), les pilotes font 3 manches qualificatives par groupe de 8, puis des huitièmes, quarts, demi et une finale pour chaque catégorie d’âge. Il faut être dans les 4 premiers pour passer aux manches suivantes.

Il y a environ 15 catégories, filles et garçons séparés (sauf pour les courses moyennes où il n’y a pas assez de pilotes pour le faire). Les Espoirs sont les débutants (ce terme n’était utilisé que dans les années 1990). Les plus jeunes sont les Prélicenciés (6 ans et moins) et les plus vieux sont les Vétérans (plus de 40 ans). Un champion Élite est âgé, en moyenne, de 21 ans. Ces jeunes sont des sportifs de haut niveau, reconnus par le Ministère de la jeunesse et du sport, bénéficiant d’un suivi médical.

La France fait partie du groupe de tête du BMX Race. Certains pilotes, comme Christophe Lévêque (9 fois champion du monde), ou Thomas Allier (2 fois champion du monde), sont des stars et sont allés vivre de ce sport en tant que professionnels aux États-Unis. Christophe Lévêque réside toujours aux États-Unis, en Californie. À 33 ans, il est le sportif le plus titré de l’histoire du BMX.

Les championnats du monde de BMX de 2005 ont réuni 2 500 pilotes de 45 pays à Paris-Bercy.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.