Laurent Bonnevay, homme politique.

Laurent Bonnevay, né à Saint-Didier-au-Mont-d’Or le 28 juillet 1870 et mort à Lyon le 28 mai 1957, est un avocat et homme politique français centriste de la Troisième République. Il fut notamment Garde des Sceaux dans le ministère d’Aristide Briand (16 janvier 1921 – 16 janvier 1922) et président de la commission d’enquête sur le 6 février 1934. Il fit partie des 80 parlementaires qui refusèrent en 1940 de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain.


Appartenant à la droite républicaine, Laurent Bonnevay se distingua au cours de sa carrière de député par ses constantes préoccupations sociales. Il fut notamment le père de la première loi sur le logement social en 1912 : la Loi Bonnevay du 23 décembre 1912, dont il fut le rapporteur, crée des offices publics d’HBM (habitations à bon marché) financés par les municipalités.

Il crée le 12 avril 1920 l’Office public d’HBM (habitations à bon marché) du département du Rhône : construit en 1924, ses 107 premiers habitats sociaux à Tarare. Avant 1939, Il a livré plus de 1 500 logements à Lyon, dans la périphérie, ainsi qu’à Villefranche-sur-Saône.

Président de la commission d’enquête sur le 6 février 1934, il fut unanimement loué pour son impartialité, mais subit les foudres des ligues d’extrême droite, directement incriminées dans les conclusions du rapport d’enquête.

Il fut l’un des rares députés à s’opposer aux accords de Munich en 1938. Il fit partie des 80 parlementaires qui refusèrent en 1940 de voter les pleins pouvoirs à Philippe Pétain.

Réputé pour son sens de la formule, Laurent Bonnevay a notamment laissé cette définition de lui-même : « Je suis un républicain modéré mais non modérément républicain ».

Malgré un ancrage important dans le département du Rhône dont il présida le conseil général pendant 12 ans, il reste relativement peu de traces de la mémoire de Laurent Bonnevay.

Dans la Métropole de Lyon, une partie du boulevard périphérique de Lyon et une station du métro de Lyon à Villeurbanne portent son nom. Sa ville natale, Saint-Didier-au-Mont-d’Or, a donné son nom à un centre de loisirs et à une salle de spectacles. Une avenue porte son nom à La Mulatière, ainsi qu’un square à Bron, une place à Caluire.

Dans sa circonscription électorale du Beaujolais, on trouve une place à Villefranche-sur-Saône et une impasse à Gleizé.

Ailleurs en France, on trouve un quartier et une avenue Laurent-Bonnevay à Cholet et à Saumur, une rue à Nantes (quartier Nantes Sud), une résidence à Montpellier. Il y a aussi une rue Laurent-Bonnevay à Niort, Nancy (quartier du Haut-du-Lièvre) et Savigny-sur-Orge ainsi qu’une place à Grenoble.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.