L’arbre à pain.

L’arbre à pain (Artocarpus altilis) est un arbre de la famille des Moracées, originaire d’Océanie, domestiqué dans cette région pour son fruit  comestible et aujourd’hui largement répandu sous les tropiques. C’est une espèce proche du jacquier, Artocarpus heterophyllus.

C’est une espèce très variable dont les populations d’Océanie ont  sélectionné des centaines de cultivars. Certains cultivars sont des diploïdes fertiles (2n=2x=56) mais d’autres sont des hybrides ou des triploïdes stériles (2n=3x=~84) et doivent donc être propagés par la voie végétative.

Son fruit est le fruit à pain, parfois simplement appelé le pain, ou même brioche.

Aux Antilles françaises, on nomme châtaignier pays (Artocarpus altilis var. seminifera) une variété fertile, cultivée pour ses graines qui sont consommées cuites.


Dans les langues polynésiennes, le fruit à pain est appelé ’uru (tahitien) ou ulu, ou bien mei en wallisien, futunien, tuvaluan, niuafo’ou, marquisien, niuéen, mangarévien, beta au Vanuatu.

Arbre à pain, carte maximum, Saint-Thomas.

L’arbre à pain est appelé fouyapen ou fwiyapen en créole martiniquais et guadeloupéen, vouryapin en comorien, friyapin en créole réunionnais et mauricien et labapen (labapin) en créole haïtien, ou aussi buju en langage marron en Jamaique, momboya en lingala ou bléfoutou en Fon-gbé au Bénin.

À Madagascar, dans la région forestière et son littoral sud-est, on dit tout simplement frein-paille, franc-paille, probablement du terme fruit à pain. En malgache, au Nord comme dans la région Sava, on l’appelle soanambo, et dans l’est chez les betsimisarakas, il est nommé sonambo.

C’est un arbre sempervirent de taille moyenne qui peut atteindre 20 m de haut, doté d’un tronc droit et massif dont le diamètre peut dépasser un mètre. Toutes les parties contiennent un latex blanc.

Les feuilles simples, vert foncé, brillantes, sont munies de 7 à 11 lobes bien marqués, plus ou moins profonds suivant la variété, à apex aigu ou acuminé. Ce sont de larges feuilles de 12-60 cm long × 10-50 cm large et encore plus grandes pour les juvéniles. Le pétiole massif fait moins de 5 cm de long.

Les fleurs sont regroupées en inflorescences mâles, allongées et pendantes, de 10-30 cm long × 2-4 cm, et en inflorescences femelles (vertes, sphériques ou oblongues), les deux étant présentes à la fois sur la même arbre (arbre monoïque).

Le fruit est un syncarpe, formé à partir de toute l’inflorescence femelle. À maturité, il est de couleur verdâtre, jaune pâle à jaune orangé. C’est un gros fruit rond ou oblong, de 12-25 cm de diamètre, pesant 1,5 à 2 kg. L’épiderme est marqué de figures hexagonales centrées sur un point épineux. La pulpe est de couleur crème.

Aux Antilles, on distingue deux types de variétés principales :

  • Artocarpus altitis var. non seminifera (Duss) Fournet 2002 : variété asperme de l’arbre à pain dont les fleurs femelles, regroupées en capitules, donnent un faux-fruit, appelé fruit à pain ne contenant pas de graines et dont les fleurs mâles sont disposées en épis denses et charnus. Le fruit à pain est consommé comme légume et l’épi mâle en confit ou confiture.
  • Artocarpus altitis var. seminifera (Duss) Fournet 2002 : le châtaignier-pays est la variété fertile dont le pseudo-fruit fortement tuberculé contient de nombreuses grosses graines comestibles : les châtaignes-pays ou chatenn qui peuvent être consommées grillées ou bouillies comme les châtaignes en Europe. Ses feuilles sont moins profondément découpées. Les Polynésiens identifient plus d’une cinquantaine de variétés différentes d’arbre à pain, appelé uru ou maioré en tahitien.

Les formes à graines prédominent en Mélanésie (Nouvelle-Guinée, Salomon et Vanuatu), alors que les formes sans graines prédominent en Polynésie où l’arbre est propagé par drageons.

L’arbre à pain est originaire d’Océanie, où la plus grande diversité morphologique est présente. Il y a été domestiqué, et fournit une source de glucides importante depuis des millénaires.

Il a été introduit aux Antilles à la fin du XVIIIe siècle pour nourrir les esclaves avec ses fruits abondants et nourrissants par le capitaine du Bounty, William Bligh. Outre la Caraïbe, au cours du XVIIIe siècle, les Européens introduisirent quelques cultivars dans les régions tropicales de Madagascar, d’Afrique, d’Amérique du Sud et du Centre. Il est aujourd’hui répandu dans toutes les régions tropicales humides pour son intérêt alimentaire et esthétique.

C’est un arbre des plaines tropicales chaudes et humides.

L’arbre à pain est riche en composés phénoliques comme les flavonoïdes, les stilbénoïdes et les arylbenzofurons. L’ensemble de la plante contient de l’acide cyanhydrique, mais uniquement à l’état de traces.

Il contient de l’artocarpine et une enzyme, la papayotine. Il contient également des stilbènes, de l’arylbenzofurane, un flavanone, trois flavones, deux triterpènes et des stérols. Se conservant mal une fois cueilli, il peut être transformé en farine.

Sa peau n’est pas consommée, mais une étude a montré (en 2017) qu’elle contient encore plus d’antioxydants que la pulpe et les graines du fruit.

On a récemment (2020) montré que la cuisson du fruit non-mûr n’a que peu d’impacts sur le profil de ses composés bioactifs, n’affectant pas significativement sa teneur totale en phénols ni sa capacité antioxydante. Dans le monde, 146 composés bioactifs ont été identifiés dans les extraits aqueux de fruits crus et cuits. Pour la plupart, ces molécules étaient stables à la cuisson (121°C/10 min). 22 métabolites sont cependant affectés par la cuisson : 15 d’entre eux (tels que le pyrogallol, le 1-acétoxypinoresinol ou scopoline) ont un taux qui augmente dans les extraits du fruit cuits (par rapport au fruit cru), et sept autres métabolites (ex : acide 4- hydroxyhippurique, épicatéchine et la leptodactylone) voient au contraire leur taux diminuer à la suite de la cuisson.

Elles contiennent des géranyl dihydrochalcones, de la quercétine et du camphorol (aux propriétés hypotensives).

L’écorce de cette racine est riche en flavonoïdes (prénylflavonoïdes, cyclomulberrine et des pyranoflavonoïdes).

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.