L’agave.

Agave est un genre de plantes de la famille des Asparagaceae. Les noms « pita », « maguey » ou « cabuya » leur sont aussi attribués.

Dans ce genre, plusieurs centaines d’espèces ont été décrites. Elles sont originaires du continent américain, principalement du Mexique mais aussi du sud-ouest des États-Unis, d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud. Certaines espèces ont été acclimatées dans les régions méditerranéennes ou sur d’autres continents (en Indonésie notamment, par les colons néerlandais pour la production de fibres textiles).


Agave americana est l’espèce la plus connue. Il est parfois aussi appelé maguey (au Mexique), Aloes Américain Aloe (mais il ne fait pas partie de la famille des Aloe), ou encore « plante centenaire » par allusion à sa longévité. Le délai nécessaire à la floraison est de plusieurs années, mais dépend aussi de la vigueur de l’individu, de la richesse du sol et du climat.

Agave, carte maximum, Madagascar, 1960.

Agave americana a été introduit en Europe vers le milieu du XVIe siècle. Il s’est répandu dans le milieu naturel tout autour de la Méditerranée, bien qu’il craigne les fortes gelées. Il est cultivé pour son bel aspect, avec une bande jaune sur le bord de feuilles (var. marginata), ou une bande blanche dans le milieu des feuilles (var. medio-picta). Comme les feuilles se déroulent du centre de la rosette vers l’extérieur, on voit nettement la trace des épines sur le bord extérieur des feuilles au cœur de la rosette. Il se reproduit très rapidement par ses rejets.

Agave attenuata est originaire du centre du Mexique, mais il est rare dans son habitat naturel. Contrairement à la plupart des espèces d’agave, Agave attenuata a une hampe florale courbe dont il tire un de ses nombreux surnoms : Agave queue de renard.

Agave attenuata est aussi cultivé comme une plante de jardin. Contrairement à beaucoup d’agaves, Agave attenuata n’a pas de fortes épines. C’est donc une plante idéale pour les bords de sentiers.

Agave tequilana ou Agave bleu est utilisé pour la production de la boisson nationale appelée Tequila.

Culture industrielle d’agave et usine produisant en Indonésie des fibres végétales au sein d’une association professionnelle dite “Amsterdam”, début du XXe siècle.

Dans l’agave sont comestibles : les fleurs, les feuilles (surtout au printemps quand elles sont riches en sève), les tiges florales (torréfiées, elles sont sucrées comme de la mélasse), et la sève aussi appelée aguamiel (=miel-eau). (Davidson 1999).

Aujourd’hui on peut trouver des dérivés alimentaires dans les supermarchés et épiceries : le sucre d’agave.

Avant l’arrivée des Espagnols, les Amérindiens produisaient le pulque (ou Octli), une boisson faiblement alcoolisée par fermentation du suc de Agave atrovirens prélevé en coupant la hampe florale. Il contient 12 % à 15 % de sucre. Les conquistadors ont distillé cette boisson pour obtenir le mesqual et la tequila à partir des cœurs de l’agave bleu nommé agave tequilana.

En 2001, le gouvernement mexicain et l’Union Européenne ont défini une appellation contrôlée « 100 % Blue Agave Tequila ». Elle doit être obtenue à partir de l’espèce « Weber Blue Agave » selon des méthodes bien définies et dans certains États du Mexique seulement.

Les feuilles de plusieurs espèces fournissent des fibres : Agave rigida var. sisalana, chanvre-Sisal, Agave decipiens, chanvre faux-Sisal. Agave americana est à l’origine de la fibre « pita » utilisée comme fibre végétale au Mexique, dans les Antilles et le sud de l’Europe.

Séchée et coupée en tranches, la hampe florale fournit des rasoirs, et le jus tiré des feuilles; de la mousse semblable à celle du savon.

Les Indiens du Mexique utilisent l’agave pour faire des stylos, des clous et des aiguilles. La plante est aussi largement utilisée pour des haies le long des chemins de fer.

Le sirop d’agave (également appelé « nectar d’agave ») est utilisé comme une alternative au sucre en cuisine.

Séchées, les tiges peuvent être utilisées pour fabriquer des sortes de flûtes.

C’est enfin à partir de l’agave que l’on produit la tequila et le mezcal en Amérique latine.

Les feuilles prises par voie orale sont utilisées pour traiter la constipation et la flatulence ou comme diurétique.
Les racines sont prises par voie orale pour traiter les articulations arthritiques.

La bagasse d’Agave peut être méthanisée ou séchée et brûlée ou faire l’objet d’une carbonisation hydrothermale pour en tirer de l’énergie.

Le jus de nombreuses espèces d’agaves peut provoquer, par contact cutané, une dermatite, due à des agents irritants contenus dans le suc de la plante : oxalate de calcium, saponine irritante. Le mal de agaveros est une dermatite irritative dont souffrent, au Mexique, les travailleurs manipulant des agaves pour la fabrication de la tequila4. On rapporte en Europe des cas de dermatite purpurique chez des jardiniers ayant coupé des agaves à la tronçonneuse.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.