L’aéroglisseur (hovercraft).

Un aéroglisseur est un véhicule amphibie à portance aérostatique et à propulsion aérienne, en général une ou plusieurs hélices aériennes.

La portance est assurée par un coussin d’air sous faible pression relative, entretenu par une soufflante à l’intérieur d’une enceinte dont les parois latérales, appelées jupes, sont suffisamment déformables pour suivre au plus près le relief de la surface survolée et ainsi réduire les fuites. Les aéroglisseurs se déplacent le plus souvent sur la mer, mais aussi sur toute surface terrestre ne présentant pas d’obstacles importants (neige, glace, sable, gazon). La propulsion est aérienne ; les vitesses étant plus faibles que celles des avions, la charge au disque (traction sur surface) élevée fait que les hélices sont quelquefois carénées, comme les hélices des remorqueurs. Les changements de direction sont obtenus en déviant le souffle à l’aide de gouvernails, par orientation de l’hélice, celle-ci étant alors placée sur un pylône orientable, ou par des propulseurs latéraux spécifiques (bow thruster nozzles).


Les premiers « aéroglisseurs », sans jupe souple, un peu comme le Saunders-Roe Nautical 1 (SR.N1) 20 ans plus tard, ont été fabriqués et testés en vraie grandeur par les Soviétiques entre 1930 et 1939. L’ingénieur Levkov en fut l’instigateur au sein d’un groupe innovant.

L’hovercraft, du nom donné par son concepteur anglais Christopher Cockerell en 1955, était constitué d’une plateforme rigide (le SR.N) , ce qui lui posait des problèmes à la fois de stabilité dans le franchissement des inégalités de relief (le rendant impropre à un usage militaire, par exemple, mais aussi demandant une très grande énergie pour compenser les fuites).

C’est en 1962 que la société Bertin10 munit de jupes souples son Terraplane (BC-4) permettant de maintenir une pression constante sous le véhicule et ainsi, de limiter les fuites d’air et d’épouser différents terrains.

En Belgique, en 1966, est présenté le PV-1, aéroglisseur conçu par le professeur André Jaumotte de l’université de Bruxelles (U.L.B.), véhicule à jupe dont les démonstrations ont lieu sur un sol ferme et sur l’eau et caractérisé par un double étage de pression obtenu par une sustentation combinée par la production simultanée d’un jet d’air à la périphérie de la coque et de jets d’air sous celle-ci.

Depuis 1970, des expéditions de différentes nations ont été menées durant plusieurs mois sur terre ferme et sur la glace, en Antarctique et Arctique, en même temps qu’une utilisation plus générale dans le domaine militaire.

À partir des années 1960, des traversées de la Manche en aéroglisseur étaient proposées par la compagnie Hoverspeed entre les ports français de Calais et Boulogne-sur-Mer et le port anglais de Douvres. Plus rapides que les ferries traditionnels, ils permettaient de rejoindre l’Angleterre en 22 minutes à partir de Calais ou en 25 minutes à partir de Boulogne.

Néanmoins, les aéroglisseurs étant très polluants (l’hovercraft Jean-Bertin consommait 5 000 litres à l’heure) et très sensibles aux aléas techniques et climatiques, les hoverports de Boulogne et de Calais ferment respectivement en 1991 et en 2000. La raison souvent invoquée est celle de l’ouverture du tunnel sous la Manche et de la concurrence de navires type catamaran, mais on peut avancer d’autres causes : la suppression par la loi européenne de la détaxation du kérosène, l’arrêt des boutiques hors taxes, le coût élevé à l’achat et à l’entretien de la motorisation et de la propulsion de type aéronautique. Les pièces moteur se faisaient également rares, car aucun projet de modernisation des SR.N4 n’avait été mené durant les 30 ans d’exploitation.

Dans plusieurs pays les aéroglisseurs sont utilisés dans des rôles très diversifiés. Le Canada (la Garde côtière canadienne) utilise même ses appareils comme brise-glaces sur le fleuve Saint-Laurent afin de réduire les risques d’embâcles de glace.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.