L’abbaye de la Chaise-Dieu (Haute-Loire).

L’abbaye de la Chaise-Dieu, en Auvergne, est une ancienne abbaye bénédictine, chef de l’ordre casadéen, située sur la commune de La Chaise-Dieu dans le département de la Haute-Loire.

L’abbaye bénédictine est réputée pour son architecture gothique, sa danse macabre, sa curieuse Salle des échos, sa tapisserie de L’Apparition du Christ à Marie-Madeleine et son festival de musique fondé en 1966 par Georges Cziffra.


L’abbaye bénédictine, qui a donné son nom (dérivé par assonance analogique du latin médiéval Casadei) à une portion du plateau auvergnat, a été fondée en 1043 par Robert de Turlande et quelques disciples, Étienne de Chaliers et un certain Delmas.

Le développement de l’abbaye et du bourg, a été très rapide en raison de l’afflux de moines (300 du XIe au XIIIe siècle), d’artisans, de paysans, de commerçants et même d’hommes de loi. Saint Robert de Turlande, le fondateur, était le fils d’un riche chevalier auvergnat. Robert de Turlande, chanoine-comte de Brioude, après avoir fondé avec l’argent de son propre patrimoine, un hôpital dans cette ville, décide de lancer une entreprise plus importante sur le plateau de La Chaise-Dieu, en civilisant les indigènes qui y vivaient dans des conditions extrêmement précaires.[réf. nécessaire] Le succès de sa création, caractérisée par l’importance de l’aumônerie (plus de 4000 pauvres secourus par an et de l’hôtellerie (voyageurs puis pèlerins de saint Robert) a permis la fondation de nombreuses dépendances. La congrégation casadéenne comprenait un siècle plus tard dix abbayes et trois cent quarante prieurés.

Abbaye de la Chaise-Dieu, carte maximum, 4/09/1993.

En 1067, à la mort du fondateur qui sera canonisé, l’abbaye compte trois cents moines; elle est sur le point de devenir, en Auvergne, l’égale de Cluny. Son second abbé est Durand de Bredon. Elle bénéficie de donations importantes de grandes familles: les Mercœur de La Voûte-Chilhac, les comtes d’Auvergne de Vodable ou les Polignac près du Puy.

Plusieurs papes passeront à La Chaise-Dieu : Urbain II, Calixte II, Innocent II en 1132 qui a dû quitter Rome à la suite d’un schisme. Au XIVe siècle, Pierre Rogier ancien moine de la Chaise-Dieu, devient pape en Avignon sous le nom de Clément VI. C’est lui qui finance la construction de la nouvelle abbatiale dans laquelle il se fera inhumer. Il fait appel aux trois plus grands architectes de l’époque : Hugues Morel, Pierre de Cébazat et Pierre Falciat. L’abbatiale est achevée en 1378, sous le pontificat du pape Grégoire XI, propre neveu de Clément VI.

En 1516, comme beaucoup d’autres, le Concordat la fait tomber sous le système de la Commende. Les abbés commendataires les plus illustres s’y succéderont, sans souvent y venir: le cardinal Adrien Gouffier de Boissy, un Angoulême, deux Valois, les cardinaux de Richelieu et Mazarin, un Mancini, un La Rochefoucauld, deux Rohan-Soubise et un Rohan-Guéméné.

Les troupes calvinistes qui pillent et rançonnent toutes les abbayes d’Auvergne et du Rouergue, s’emparent de la Chaise-Dieu le 2 août 1562, pillent ses trésors avant de s’attaquer à celles de Vabres (1568) et d’Aurillac (1569).

Un incendie détruit en 1695, la plupart des bâtiments conventuels. Ils seront reconstruits aux XVIIe et XVIIIe siècles.

En 1640, le cardinal de Richelieu, fâché de son insoumission permanente, la rapprochera de la Congrégation de Saint-Maur.

Chaque 24 avril, le chapitre général de la Saint-Robert réunissait les moines de l’abbaye mère, les abbés et les prieurs des maisons filiales, pour administrer l’ensemble, gérer les conflits et verser la lourde redevance au pape. Seigneur féodal, l’abbé de La Chaise-Dieu, avec une escorte de « treize ou quatorze chevaux », comptait parmi les plus grands barons de l’Auvergne. L’abbaye de La Chaise-Dieu qui compte encore une quarantaine de moines à la Révolution, ne survivra pas à celle-ci.

En 1786, le cardinal de Rohan, mêlé à Affaire du collier de la reine Marie-Antoinette, y fut exilé.

Depuis 1975, la vie religieuse a repris à La Chaise-Dieu : une petite communauté des Frères de Saint-Jean est en train de rétablir une vie religieuse mais non monacale, dans un apostolat de proximité.

Abbaye de la Chaise-Dieu, épreuve de luxe.

Depuis 2001, le Réseau Européen des Sites Casadéens, une association loi 1901, renoue les liens entre ces anciennes dépendances de l’abbaye de La Chaise-Dieu, fait la promotion du patrimoine casadéen, encourage les échanges (éducatifs, scientifiques, artistiques…) et la coopération entre ces sites afin de contribuer à leur développement culturel et touristique.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.