L’abbaye de Flaran (Gers).

L’abbaye de Flaran est une ancienne abbaye cistercienne, fille de l’abbaye de l’Escaladieu (Hautes-Pyrénées), située à Valence-sur-Baïse, dans le département du Gers. Elle fut fondée en 1151, au confluent de l’Auloue et de la Baïse, au pied d’un éperon rocheux sur lequel fut fondée la bastide de Valence, entre Condom et Auch, par les moines de l’abbaye de l’Escaladieu. Joyau de l’art cistercien, classée Monument Historique, c’est l’une des abbayes les mieux préservées du sud-ouest de la France qui présente encore la totalité de ses bâtiments monastiques et de son jardin (Inscrit au titre des Monuments Historiques).

Depuis l’année 2000, elle abrite la Conservation départementale du Patrimoine et des Musées, service du conseil départemental du Gers, propriétaire, qui y développe tout au long de l’année de nombreuses activités culturelles (expositions, animations pédagogiques, concerts, colloques…) ; celles-ci intéressent tous les domaines du patrimoine, de l’archéologie à l’art contemporain…

Ce service assure parallèlement la gestion scientifique du réseau des Musées de France gersois et propose, par le biais de sa cellule de médiation culturelle, des actions pédagogiques référentielles de sensibilisation au patrimoine, aux collections des musées et à l’Art en général pour les groupes, les enfants en famille ou les scolaires et leurs enseignants.

Avec près de 50 000 visiteurs par an, l’abbaye de Flaran est devenue le site le plus visité du Gers. L’entrée y est gratuite le premier dimanche de chaque mois de novembre à mars inclus ainsi que pour les moins de 18 ans en visite libre toute l’année.


L’abbaye cistercienne Notre-Dame de Flaran a été fondée en 1151 par des moines venant de l’abbaye de l’Escaladieu, elle-même fille de l’abbaye de Morimond, sur des terres cédées par les bénédictins de Condom. Les documents montrent qu’elle a rapidement bénéficié de dons venant de seigneurs des alentours, notamment ceux de Forton de Thil.

Abbaye de Falraran, carte maximum, Valence-sur-Baïse, 21/04/1990.

Bien que fondée au XIIe siècle, l’abbaye Notre-Dame de Flaran fut remaniée jusqu’au XVIIIe siècle.

Elle connut une prospérité rapide avec un vaste territoire sur les deux rives de la Baïse. Ses possessions sont confirmées en 1162 par le pape Alexandre II et en 1187 par le pape Grégoire VII. Cette prospérité a été source de conflits avec ses voisins et avec le chapitre d’Auch sur les dîmes reçues par l’abbaye. Pour se protéger, les moines construisirent un mur avec une porte crénelée du côté sud qui était le plus vulnérable.

C’est au milieu du XIIIe siècle qu’à la suite d’un contrat de paréage, son abbé fonda, avec le comte d’Armagnac, la bastide de Valence-sur-Baïse, au sommet d’un coteau, sur l’autre rive de la Baïse.

Abbaye de Flaran, épreuve de luxe.

En dépit d’une vie partagée entre prière et travail manuel, selon la règle de saint Benoît, l’abbaye souffrit des vicissitudes de l’histoire, à commencer par les troubles de la guerre de Cent Ans qui ne prirent fin qu’en 1481, lorsque le comté de Gascogne se rattacha à la France. En effet, en 1426, une bande de routiers causa de graves dégâts à l’abbaye.

L’abbaye fut incendiée en 1569 par les troupes de Montgommery lors des guerres de Religion : une partie de l’église est incendiée, le chevet est détruit, trois galeries du cloître sont saccagées et les archives brûlées. Des moines sont massacrés, d’autres s’enfuient. Quatre d’entre eux se réfugient à la bastide de Valence-sur-Baïse «…retirés en maisons profanes, ayant cessé tous offices et service divin…». L’abbaye fut restaurée à partir de 1573 par ses abbés commendataires, notamment par Jehan de Boyer. Au XVIIIe s., des travaux sont entrepris : réaménagement du dortoir des moines, transformation du réfectoire, installation de l’appartement du prieur, puis construction du quartier des hôtes sous l’impulsion du prieur François Daspe.

A la Révolution, il ne s’y trouve alors plus que trois moines : ils sont expulsés en 1791 et l’abbaye est vendue comme bien national la même année. L’abbaye de Flaran devient alors un domaine agricole privé, la salle capitulaire sert à entreposer du grain et l’église abrite un chai d’Armagnac.

En 1913, la société archéologique du Gers parvint à éviter que son cloître ne finisse au musée des Cloisters, à New York. L’abbaye est classée monument historique en 1914. Plus tard, la porterie sera inscrite en 1981, puis le pigeonnier, le jardin et le bâtiment de la pompe à eau en 1999.

Dans la nuit du 15 au 16 octobre 1970, un incendie criminel a ravagé une grande partie de l’abbaye.

Le site est racheté par le département du Gers en 1972 qui engage alors une intense campagne de restauration. Siège désormais de la Conservation départementale du patrimoine, service du conseil départemental du Gers, ce site développe de nombreuses activités culturelles selon une programmation riche et diversifiée qui va de l’archéologie à l’art contemporain en passant par la photographie d’auteur (opération annuelle : La Profondeur des Champs de mi-octobre à fin mars) et la bande dessinée… L’abbaye, centre patrimonial, est devenue le pivot de l’action culturelle départementale, notamment sur le réseau des Musées de France du Gers.

L’abbaye cistercienne abrite aussi deux expositions à caractère historique permanentes, l’une dédiée aux chemins de Compostelle dans le Gers le Gers jacquaire, seule présentation permanente sur ce thème en Midi-Pyrénées et l’autre, depuis 2005, à sa propre histoire.

Depuis l’année 2004, l’abbaye de Flaran présente au grand public une exceptionnelle collection de chefs-d’œuvre de dessins, peintures et sculptures du XVIe au XXIe (catalogue en vente), issus du dépôt de la collection dite Simonow, du nom de son généreux dépositaire auprès du Conseil départemental du Gers.

En 2008, le site a fait l’objet de travaux importants sur le dortoir des moines, destinés à aménager un nouvel espace de présentation consacré à la collection Simonow et qui répondent aux contraintes muséographiques ; dans le même temps, des rampes d’accès et un ascenseur rendent les bâtiments accessibles en totalité aux personnes à mobilité réduite.

Le président de la République française, François Hollande, y est venu en visite le 3 août 2013.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *