La région “Centre-Val-de-Loire”.

Le Centre-Val de Loire (appelé Centre avant le 17 janvier 2015) est une région administrative française qui regroupe trois provinces historiques : le Berry, l’Orléanais et la Touraine. L’extrémité sud-est du territoire faisait partie d’une quatrième province : le Bourbonnais. Une partie de la région se situe dans la région naturelle du Val de Loire.

Septième région par sa superficie, le Centre-Val de Loire s’étend sur 39 151 km2. Avec 2,58 millions d’habitants au 1er janvier 2014, soit 4 % de la population métropolitaine, la région se situe au 12e rang national ce qui fait d’elle une des régions les moins peuplées de France métropolitaine. Sa densité de 66 habitants par km2, moitié moindre que celle de la France métropolitaine, en fait une région peu peuplée. La densité de population est plus forte sur l’axe ligérien où vivent la moitié des habitants.

La région est composée de six départements : le Cher, l’Eure-et-Loir, l’Indre, l’Indre-et-Loire, le Loir-et-Cher et le Loiret. Elle ne compte que deux communes de plus de 100 000 habitants : Tours, classée 26e parmi les communes les plus peuplées de France avec 136 252 habitants en 2015, et la préfecture régionale Orléans, au 34e rang avec 114 644 habitants. Les autres préfectures des départements, Bourges, Blois, Châteauroux et Chartres, comptent une population comprise entre 38 000 et 67 000 habitants.

Région Centre, carte maximum, Orléans, 31/01/1976.

Le territoire régional abrite trois parcs naturels régionaux : la Brenne, Loire-Anjou-Touraine et le Perche. Au-delà des images de grandes étendues de blé, le Centre-Val de Loire dispose d’une grande diversité de paysages et de milieux naturels : forêts, étangs, pelouses calcaires sèches, landes, tourbières, et la Loire et ses bancs de sables et forêts alluviales.

23 % du territoire régional, soit 900 000 hectares, est couvert par les forêts et les autres boisements, principalement la forêt d’Orléans, la Sologne et l’est de la forêt du Perche. Les forêts sont en très grande majorité privées (85 %). La juxtaposition de milieux fermés et ouverts favorise une grande diversité biologique, depuis les grands mammifères comme le cerf élaphe, le chevreuil, le sanglier, les oiseaux des bois comme l’engoulevent d’Europe, le pic noir et le pic cendré.

De plus, la région accueille plus de 5 % des zones humides connues sur le territoire national[réf. souhaitée] concentrées surtout en Brenne avec ses mille-trois-cents étangs et en Sologne avec ses trois-mille étangs. Ces zones humides recèlent une grande diversité d’insectes et constituent une ressource importante pour les nombreuses espèces des cinq classes de vertébrés. Au cours des dix dernières années, plus de 10 % des zones de marais ou de tourbières ont néanmoins disparu.

Les aménagements fluviaux perturbent la dynamique fluviale avec à terme une disparition des zones humides et des vallées alluviales. Les zones d’extraction de granulats ont augmenté par exemple de 30 % en dix ans (16 % au niveau national). Cette disparition entraîne la réduction de la biodiversité de la région. Les peuplements piscicoles reflètent la dégradation du milieu aquatique et restent majoritairement (61 %) perturbés ou dégradés.

Région Centre, épreuve d’artiste signée.

La région abrite la plus grande forêt domaniale de France, la forêt d’Orléans qui s’étend sur plus de 35 000 ha au nord de la Loire et d’Orléans. La forêt accueille depuis les années 1980 la nidification du balbuzard pêcheur, marquant le retour du rapace en France après des décennies de déclin4. Disparu du territoire métropolitain au cours du XIXe siècle, le rapace avait trouvé un dernier refuge en Corse où il ne subsistait que trois couples en 1974.

La région est écologiquement très fragmentée. En 2010, la DREAL et la Région ont lancé l’élaboration du Schéma régional de cohérence écologique (SRCE), visant à restaurer dans la région un réseau écologique plus fonctionnel. En 2001, une première cartographie de la trame verte et bleue et des milieux naturels a été réalisée qui permettra de préparer le SRCE, traduction administrative du projet de Trame verte et bleue européenne (Réseau écologique paneuropéen, nationale et régionale pour les six départements de cette région, dans le cadre de la loi Grenelle II et de la nouvelle Stratégie nationale pour la biodiversité (2010-2011).

Historiquement, les départements du Centre-Val de Loire ont été constitués globalement à partir de trois provinces historiques :

  • l’Orléanais (Loiret, Eure-et-Loir, Loir-et-Cher) ;
  • le Berry (Cher et Indre) ;
  • la Touraine (Indre-et-Loire)

Celles-ci sont entrées très tôt dans le domaine royal (Orléans ayant, avec Paris, constitué le noyau d’origine de ce domaine), à la formation duquel elles contribuèrent très largement : les châteaux de la Loire — de Gien à Chinon, en passant par Chambord, Blois, Chenonceaux, Azay-le-Rideau, La Ferté-Saint-Aubin… témoignent d’un héritage commun.

La région a vu naître ou a accueilli de nombreuses célébrités littéraires : Honoré de Balzac, René Descartes, François Rabelais, Pierre de Ronsard, George Sand, Charles Péguy, Marcel Proust, Jules Romains, Anatole France, Max Jacob, Maurice Genevoix, Gaston Couté, François Villon, Alain-Fournier, Étienne Dolet, Guillaume de Lorris, Patrice de la Tour du Pin, Alfred de Vigny, Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, Beaumarchais, etc.

voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.