La pomme-cannelle.

L’attier ou pommier cannelle (Annona squamosa) est une espèce d’arbustes fruitiers de la famille des Annonaceae originaire d’Amérique du Sud et de l’Afrique de l’Ouest (sahara).


L’attier est un petit arbre très ramifié de 3 à 8 mètres de haut très similaire au corossol (Annona muricata).

Son feuillage caduc forme une large couronne ouverte sur un tronc court.

Son fruit est appelé atte ou pomme cannelle. Il est gros comme une pomme. Sous ses écailles épaisses et molles se trouve une chair blanche, tendre, sucrée et parfumée qui se mange telle quelle. Elle est criblée de pépins ronds et aplatis d’environ 1 cm de diamètre. Ce fruit est très populaire dans les marchés tropicaux.

Il est cultivé dans la plupart des régions subtropicales : en Amérique latine, en Asie du Sud et du Sud-Est où il a été introduit dès le XVIe siècle, autour de l’océan Indien et de l’océan Pacifique, aux Antilles (principalement en Martinique). À La Réunion, où on le trouve surtout à Saint-Leu, on utilise également le terme zatte, sous l’influence du créole réunionnais. La pomme cannelle est également très présente en Nouvelle-Calédonie, où on la trouve fréquemment le long des routes et en milieu sauvage, et en Polynésie française, où elle est souvent appelé par son nom tahitien tapotapo.

Comme la plupart des espèces d’Annona, l’attier nécessite un climat tropical ou subtropical avec des températures estivales de 25 °C à 41 °C, et une moyenne des températures hivernales au-dessus de 15 °C. Il est sensible au froid et au gel. Il perd ses feuilles en dessous de 10 °C et meurt s’il est exposé à des températures négatives. Il est seulement modérément tolérant à la sécheresse, nécessitant au moins 700 mm de précipitations annuelles, et ne produira pas de fruits en période de sécheresse.

Dans de bonnes conditions, il est très prolifique, et produit des fruits dès deux ou trois ans après le semis. À cinq ans l’arbre peut produire jusqu’à 50 pommes-cannelle.

Une faible production de fruits a été rapportée en Floride parce qu’il y a peu de pollinisateurs naturels (les abeilles pénètrent difficilement les fleurs femelles fermées hermétiquement) ; Toutefois, la pollinisation à la main avec une brosse en fibres naturelles est efficace pour augmenter le rendement. Les pollinisateurs naturels sont les coléoptères (Coleoptera) des familles Nitidulidae, Staphylinidae, Chrysomelidae, Curculionidae et Scarabeidae. Aux Philippines, le fruit est couramment consommé par la roussette (kabag ou kabog), qui propage ensuite les graines d’île en île. L’attier est une plante hôte pour les larves du papillon Graphium Agamemnon.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.