La grenade (fruit).

La grenade est le fruit du grenadier (Punica granatum) de la famille des Lythracées. Elle provient d’une aire géographique qui s’étend de l’Asie occidentale à l’Asie centrale.


Les conditions pour les témoignages archéologiques concernant la grenade sont mauvaises puisque le fruit est la plupart du temps consommé frais et que la peau riche en eau éclate lorsqu’on la chauffe. Comme des expériences le montrent, seules les vieilles grenades à la peau relativement desséchée ont une chance de se fossiliser et d’arriver ainsi jusqu’à nous.

On a retrouvé une grenade fossilisée dans des couches du début de l’âge du bronze dans le Tel es-Sa’idieh en Jordanie. À la fin de l’âge du bronze, on fabriquait à Chypre et en Égypte des récipients en verre colorés en forme de grenade. Le bateau Uluburun, retrouvé en Turquie près de Kas, contenait des amphores chypriotes avec plus de 1 000 graines de grenade. D’après les récipients, on peut le dater de la période du XIVe au XIIIe siècle av. J.-C.  Dans la tombe d’un haut fonctionnaire égyptien de l’époque de Ramsès IV, on a retrouvé des grenades comme offrandes funéraires. Dans le Tell Deir Alla jordanien dans la vallée du Jourdain, on a trouvé des grenades dans des couches de l’âge du fer. En Allemagne, la présence de grenades est archéologiquement prouvée dans la ville de Constance au Moyen Âge.

Grenade, carte maximum, Espagne.

L’aire de répartition de la grenade se situe en Asie occidentale et centrale ; les pays d’origine de l’arbre s’étendent de la Turquie au Caucase (Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie) et du Tadjikistan, Turkménistan et Ouzbékistan à l’est jusqu’en Iran, Afghanistan et Pakistan. Dans le bassin méditerranéen et au Proche-Orient, par exemple en Iran, Arménie, Égypte, Espagne, Maroc, Algérie, Tunisie, Syrie, Liban et Israël, on cultive la grenade depuis des siècles.

Actuellement, les principaux producteurs de grenade sont l’Algérie, la Tunisie, la Turquie, le Maroc, l’Égypte, Israël, l’Iran, l’Inde et l’Afghanistan. L’Espagne, la Turquie et Israël sont les principaux pays exportateurs. On trouve également d’importants vergers en Californie (États-Unis), au Mexique, en Chine, au Japon, en Russie, au Pakistan, en Irak, en Birmanie et Arabie saoudite. Les fruits y sont presque exclusivement destinés au marché intérieur. En Inde, la grenade est aussi cultivée comme condiment.

Quelques variétés de la grenade peuvent être transplantées dans des régions à hiver doux d’Europe centrale. Par exemple, un arbuste fleurit chaque année dans le jardin situé devant le Musée des arts décoratifs de Budapest. Des exploitations agricoles existant dans le sud de la France, dans le département du Gard en particulier.

Avec la colonisation espagnole, la grenade s’est implantée dans les Caraïbes et en Amérique latine.

Le fruit, en forme de pomme, passant avec le temps du vert au rouge orange, doit être considéré comme un cas limite de baie puisque la pulpe n’est pas charnue, mais elle n’est pas filandreuse non plus. Son diamètre peut atteindre 15 centimètres et elle est divisée par de nombreuses parois. Ainsi, se forment des loges dans lesquelles se trouvent de nombreuses graines triangulaires mesurant jusqu’à 15 millimètres qui sont entourées d’une enveloppe (le sarcotest) translucide très juteuse de couleur rouge foncé à rose clair qui éclate à la moindre pression. En tout, il y a à peu près 400 graines dans chaque fruit.

Les fruits ne continuent pas à mûrir après la cueillette, ils font partie des fruits non-climactériques.

Il existe mille deux cents variétés de grenade qui a été cultivée parfois pour la beauté des fleurs, parfois pour les fruits. Chaque variété est liée à un terroir et un pays producteur. On peut citer par exemple la Wonderful en Israël, la Mollar et la Tendrar en Espagne, et la Hicaz en Turquie.

Le grenadier nain (Punica granatum var. ‘nana’. Nom horticole Punica granatum ‘Nana’) est un petit buisson qui atteint une hauteur d’à peu près un mètre. Il est utilisé comme plante ornementale.

Certaines variétés ornementales ont des fruits violets à presque noirs qui sont extrêmement acides, ce qui les rend impropres à la consommation.

Plus de 250 études scientifiques16 montrent que la grenade pourrait avoir un effet positif en cas de maladies cardiovasculaires, cancers et arthrite. Cependant, la plupart de ces études se sont limitées à des expériences sur des cultures cellulaires ou des animaux. C’est pourquoi, il n’est pas sûr jusqu’à présent que leurs résultats soient applicables à l’homme, ceci doit être démontré dans des études correspondantes. Jusqu’à présent, on a publié sept études cliniques (études en double aveugle partiellement rendues aléatoires) portant sur l’efficacité du jus de grenade ; une étude de phase 3 avec des patients atteints d’un cancer de la prostate n’est pas encore terminée.

Même si on la compare au vin rouge et aux myrtilles, la grenade dispose d’un grand nombre de polyphénols particulièrement efficaces auxquels on peut vraisemblablement attribuer ses effets bénéfiques pour la santé. Dans les produits à base de grenade, on note des différences de qualité et de la teneur en polyphénols efficaces vraiment considérables.

Dans une étude in vitro, on a pu constater un effet protecteur du jus de grenade contre les cellules du cancer du sein. Ils inhibent la formation d’œstrogènes endogènes et entraînent une diminution de la croissance de 80 % en cas de cellules du cancer du sein positives vis-à-vis du récepteur d’œstrogène sans nuire au développement des cellules saines. Dans ce cas, le jus fermenté est deux fois plus efficace que le jus frais. Les polyphénols du jus fermenté agissent aussi sur les cellules de la leucémie : ou bien les cellules redeviennent saines (redifférentiation) ou elles sont poussées vers la mort programmée (apoptose). En outre, les polyphénols empêchent la formation de nouveaux vaisseaux sanguins (néoangiogenèse), ce qui rend la propagation de la tumeur plus difficile.

Les polyphénols du jus de grenade fermenté semblent être particulièrement efficaces aussi contre le cancer de la prostate, comme le démontre une série d’études pré-cliniques. Au cours d’une étude, des patients atteints d’un cancer de la prostate ont pu maintenir stable leur taux de PSA, le marqueur central du cancer de la prostate, quatre fois plus longtemps qu’avant le traitement en prenant chaque jour du jus de grenade (570 mg polyphénols). Au cours d’une phase d’observation d’une durée de 6 ans, le temps de doublement du PSA est passé de 15,4 à 60 mois. Après ce succès, l’étude a été étendue.

Dans une étude sur une culture cellulaire datant de 2008, on a pu montrer en outre que le jus de grenade peut avoir un effet positif même à un stade avancé du cancer de la prostate – cependant l’application de ces résultats à l’évolution de la maladie chez l’homme n’est pas possible sans d’autres recherches. Des effets positifs semblables pour des cancers de la prostate hormono-réfractaires sont apparus dans des études sur les animaux.

Dans une étude en double aveugle contrôlée placebo avec 45 patients atteints d’une maladie coronarienne, l’administration de 240 ml de jus de grenade a amélioré significativement l’irrigation du muscle cardiaque. On a noté des effets positifs aussi dans une étude portant sur des patients souffrant d’un rétrécissement de la carotide : après un an de consommation de grenade, les dépôts sur la carotide ont diminué de 35 % alors qu’ils augmentaient nettement dans le groupe de contrôle.

Les fruits sont cueillis de septembre à décembre. La peau et le jus de la grenade servent depuis des siècles à teindre les tapis d’Orient. En cuisant les fruits, on obtient une encre noire comme jais. La peau de la grenade était utilisée en Inde pour teindre la laine dans des tons jaunes et noirs. Avec un extrait de la racine du grenadier, on peut produire des tons bleu foncé à l’aide d’une teinture de fer.

La racine, l’écorce et la peau bouillie étaient utilisées jusqu’au Moyen Âge comme vermifuge même contre les vers solitaires.

Le sirop de grenade, qui autrefois était fabriqué exclusivement à partir de grenades de l’île de la Grenade dans les Caraïbes, donne son goût fruité et sa couleur rouge au Tequila Sunrise et à plusieurs autres cocktails.

Les grenades et le jus obtenu en pressant les fruits entiers sont utilisés comme aliments dans le monde entier en particulier dans le bassin méditerranéen, au Proche-Orient, aux États-Unis, en Europe Méridionale et depuis quelques années en Europe Centrale et Septentrionale aussi.

À partir du jus, on peut obtenir par fermentation du vin de grenade exporté surtout par l’Arménie et Israël. Il ressemble aux vins de dessert sucrés ou aux vins du sud comme le Porto et le Sherry. Mais le jus est aussi fermenté dans des buts thérapeutiques car c’est surtout grâce à la fermentation par des micro-organismes vivants que la bioactivité et la biodisponibilité des polyphénols contenus dans la grenade sont accrues par une pré-digestion fermentatrice.

La pulpe ou le jus de grenade sont utilisés dans la cuisine pour agrémenter les plats de gibier, de volaille ou dans les salades de fruits.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.