La grande synagogue de Paris.

La grande synagogue de Paris, généralement appelée synagogue de la Victoire ou grande synagogue de la Victoire selon l’usage qui est de nommer les synagogues par le nom de la rue où elles sont localisées, est située au no 44 rue de la Victoire, dans le 9e arrondissement de Paris.

Pendant la Restauration, et surtout sous le Second Empire, la communauté juive parisienne a plus que doublé passant de 12 000 à 25 000 membres.

Il fut donc décidé de construire une nouvelle synagogue par souscription. Le principal souscripteur fut Gustave de Rothschild. Et le terrain fut offert par la ville de Paris. À cet emplacement se trouvait dans les années 1830 le siège de l’ambassade des États-Unis en France.

L’architecte de la grande synagogue de Paris est Alfred-Philibert Aldrophe (1834-1895), qui a également construit la synagogue de Versailles et celle d’Enghien-les-Bains. Conçue dans un style néo-byzantin, elle est commencée en 1867, inaugurée en 1874 et ouverte au culte public en 1875.

Synagogue de Paris, variété : couleur noire partiellement absente.

Le 21 avril 1890, Alfred Dreyfus s’y est marié avec Lucie Hadamard. C’est le grand rabbin de France, Zadoc Kahn, futur grand dreyfusard, qui officiait.

En 1891, Theodor Herzl arrive à Paris en tant que journaliste du journal Viennois “Neue Freie Presse”. Il y vivra plusieurs années et sera témoin des événements liés à l’affaire Dreyfus. Durant ces années, il se rendra plusieurs fois à la Grande Synagogue de Paris. En 1894, il écrira dans son journal : l’idée s’est renforce en moi que je devais faire quelque chose pour les juifs. J’ai été pour la première fois au Sanctuaire de prière de la Rue de la Victoire, et la prière m’est paru de nouveau festive et émouvante. Beaucoup de choses m’ont rappelé mon enfance et le sanctuaire de Dohány utca à Budapest.

Synagogue de Paris, carte maximum, 7/02/1988.

Pendant l’Occupation allemande, dans la nuit du 2 au 3 octobre 1941, une bombe explose dans la grande synagogue lors d’une nuit d’attentats touchant plusieurs synagogues parisiennes. L’attentat est organisé par le Mouvement social révolutionnaire (MSR), parti d’extrême droite fondé par Eugène Deloncle.

En 1942, des miliciens profanent son tabernacle et des œuvres s’y trouvant sont dégradées.

En 1943, à l’issue de l’office de Roch Hachana, la police et la Gestapo organisent un contrôle d’identité à la sortie de la synagogue. Prévenus, les dirigeants communautaires ont pu cacher les personnes en situation irrégulière.

Après la guerre, la synagogue entame une rénovation qui n’est achevée qu’en 1967.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.