La genette.

La genette commune (Genetta genetta) que l’on croise sur le territoire français, donc, est originaire d’Afrique.

Si de nombreuses sous-espèces ont été décrites (une bonne trentaine d’après le « Handbook of the Mammals of the World »), seules cinq sont actuellement admises.

Avec un corps de 46 à 52 centimètres pour les mâles et de 46 à 49 pour les femelles, une queue de 40 à 51,6 centimètres tous sexes confondus, l’espèce n’est pas anodine dans le monde des petits carnivores.

Son poids de 1,4 à 2,3 kilogrammes pour les femelles et de 1,6 à 2,6 kilogrammes pour les mâles (l’équivalent d’un petit chat) nous confirme cela.

N’ayant pas d’appréhension à côtoyer les humains et leurs habitations, la genette se retrouve a priori dans tous types d’habitats (à l’exclusion des milieux « extrêmes » tels que déserts ou forêts tropicales), pouvant monter jusqu’à 2 000 mètres d’altitude en général, 1 600 mètres apparemment, en France.

Genette, carte maximum, Paris, 26/04/1986.

Que l’on soit dans le Sud-Ouest de la France ou à l’Est du continent africain, la genette commune consomme peu ou prou la même chose.

Les différences de régime alimentaire s’expriment géographiquement et en fonction du type de nourriture disponible.

Certaines affectionnent plus particulièrement les araignées (au Botswana), d’autres les insectes (au Zimbabwe) ou encore les arthropodes (Île Cabrera dans les Baléares). Mais, dans la majorité des cas, la genette se nourrit de petits mammifères.

En France, notamment, où les proies les plus consommées par la genette commune sont les rongeurs en tous genres (mulots, campagnols, souris, etc.), leurs cousins insectivores (musaraignes, taupes, etc.) mais aussi certains mustélidés comme l’hermine.

Dans son régime alimentaire, suivent ensuite oiseaux, arthropodes, amphibiens, reptiles, lapins, poissons, œufs, herbes (comme pour le chat sauvage ou domestique, l’herbe permet à la genette de régurgiter plus facilement poils, os ou plumes) ou encore fruits.

Animal principalement nocturne, avec une activité qui s’étale de préférence entre le coucher du soleil et le milieu de la nuit, la genette commune peut néanmoins être active en journée.

En règle générale cependant, elle va se reposer la journée en cherchant un abri qui peut être différent chaque jour. Utilisant des nids d’oiseaux et autres cavités à 4 mètres au moins du sol, elle attendra paisiblement de pouvoir à nouveau chasser à la faveur de la nuit.

Chez la genette, les interactions sociales débutent avec la mère et se décomposent en une première partie « regroupée », où les jeunes sont avec la mère, et une deuxième partie de « dispersion », où les jeunes gagnent leur indépendance.

Le comportement ainsi que le type d’échanges de la mère et des jeunes évoluent au cours de ces deux phases (le flairement, les cris, etc. disparaissant petit à petit) pour se réduire au fur et à mesure à la simple communication olfactive.

Arrivée à l’âge adulte donc, la genette est principalement solitaire, passant la majeure partie de son temps d’activité au sol et celui de repos en hauteur, notamment dans les arbres, le mâle ayant généralement un territoire plus grand que la femelle.

Crottes de genette commune Pierre Rigaux
Que ce soit en hauteur ou au sol, la genette commune utilise des « crottiers », des lieux identifiés d’une surface de 0,5 à 1,5 mètres carrés où déposer leurs fèces.

Ces crottiers sont essentiellement utilisés par une seule genette, mais dans certains cas plusieurs spécimens peuvent en avoir l’usage. Au-delà du côté pratique de ces crottiers, ils servent également de marqueurs communicationnels entre individus : il en va de même pour l’utilisation de l’urine et des marquages à l’aide de ses glandes.

Quand la cohabitation n’est pas possible, la genette réagit en faisant le dos rond, gueule grande ouverte afin de montrer ses dents, poil hérissé, comme le ferait un chat.

Animal principalement nocturne, avec une activité qui s’étale de préférence entre le coucher du soleil et le milieu de la nuit, la genette commune peut néanmoins être active en journée.

Genette, carte maximum, Portugal, 2016.

En règle générale cependant, elle va se reposer la journée en cherchant un abri qui peut être différent chaque jour. Utilisant des nids d’oiseaux et autres cavités à 4 mètres au moins du sol, elle attendra paisiblement de pouvoir à nouveau chasser à la faveur de la nuit.

Chez la genette, les interactions sociales débutent avec la mère et se décomposent en une première partie « regroupée », où les jeunes sont avec la mère, et une deuxième partie de « dispersion », où les jeunes gagnent leur indépendance.

Le comportement ainsi que le type d’échanges de la mère et des jeunes évoluent au cours de ces deux phases (le flairement, les cris, etc. disparaissant petit à petit) pour se réduire au fur et à mesure à la simple communication olfactive.

Arrivée à l’âge adulte donc, la genette est principalement solitaire, passant la majeure partie de son temps d’activité au sol et celui de repos en hauteur, notamment dans les arbres, le mâle ayant généralement un territoire plus grand que la femelle.

Que ce soit en hauteur ou au sol, la genette commune utilise des « crottiers », des lieux identifiés d’une surface de 0,5 à 1,5 mètres carrés où déposer leurs fèces.

Ces crottiers sont essentiellement utilisés par une seule genette, mais dans certains cas plusieurs spécimens peuvent en avoir l’usage. Au-delà du côté pratique de ces crottiers, ils servent également de marqueurs communicationnels entre individus : il en va de même pour l’utilisation de l’urine et des marquages à l’aide de ses glandes.

Quand la cohabitation n’est pas possible, la genette réagit en faisant le dos rond, gueule grande ouverte afin de montrer ses dents, poil hérissé, comme le ferait un chat.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Défi écologique, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.