La fortification de Fasil Ghebi (Éthiopie).

Fasil Ghebi (ou Ghebbi) est une fortification située en Éthiopie, à Gondar. L’enceinte royale (de Fasil : roi et Ghebi : rempart en amharique) a été fondée  au XVIIe siècle par l’empereur Fasiladas (1632-1667), puis embellie et agrandie par ses successeurs. La ville-forteresse fonctionna comme centre du gouvernement éthiopien jusqu’en 1864. Elle abrite une vingtaine de palais, des bâtiments royaux, des églises richement décorées, des monastères et des bâtiments publics et privés uniques, transformés par le style baroque introduit à Gondar par les missionnaires jésuites.

Le site est inscrit depuis 1979 sur la liste du Patrimoine mondial.


Les origines de Fasil Ghebbi peuvent être trouvées dans la vieille tradition des empereurs éthiopiens de voyager autour de leurs possessions en nomades résidant dans des camps de tentes et vivant sur le pays. Gondar est considéré comme l’un de ces katama («camp» ou «colonie fortifiée») ou makkababya, nom appliqué au camp impérial itinérant dans la chronique royale de Baede Maryam.

De camp provisoire parmi d’autres, l’empereur en fondant Gondar, rend la ville historiquement importante par sa permanence relative. L’empereur Fasiladas rompt alors avec la tradition en l’érigeant comme sa capitale. Il commande la construction d’un édifice imposant, le château qui porte son nom qui devient sa résidence principale.

Le style architectural particulier est influencé par les cultures indiennes et arabes et même nubiennes.

Ses successeurs aux XVIIe siècle et XVIIIe siècle ont fait eux aussi construire des palais et divers bâtiments dans cette enceinte.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les forces italiennes de Mussolini se retranchent à Gondar. C’est ainsi que l’enceinte impériale est bombardée par l’aviation britannique (novembre 1941) causant d’importants dégâts.

 

 

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.