La datte.

La datte est le fruit comestible du dattier (Phœnix dactylifera, L.), un cultivar populairement pris pour un arbre. C’est un fruit charnu, oblong, de 4 à 6 cm de long, contenant un « noyau » allongé, marqué d’un sillon longitudinal. C’est un fruit très énergétique.

Le jujube, fruit du jujubier commun (Ziziphus jujuba), est parfois aussi appelé datte ou datte chinoise.


Sur le plan botanique, la datte est une baie. Ce que l’on appelle familièrement le « noyau » de la datte, enveloppé dans l’endocarpe membraneux, est en fait la graine très dure, à albumen corné. Le fruit n’est donc pas une drupe.

Dattes, carte maximum, Algérie, 1950.

La récolte de ce produit agricole se déroule au niveau de la strate arborée et se présente en régime (issu de l’inflorescence femelle) pouvant regrouper une centaine de rameaux et plusieurs centaines de dattes.

Au sein d’une oasis, toutes les strates sont exploitées pour tirer un rapport des sols fertiles de celle-ci. Certaines mises en culture, via une agriculture conventionnelle du dattier, posent des problèmes sanitaires. Les engrais et produits phytosanitaires de synthèse, destinés aux intercultures situées au niveau de la strate herbacée et arbustive sont également absorbés par les palmiers dattiers et se retrouvent dans les fruits. Le traitement contre la pyrale, un parasite des dattes, se fait en pulvérisation souvent par avion.

La datte fraîche, quand elle arrive à maturité, est un fruit fragile et délicat à transporter. C’est en partie pour cette raison qu’elle est séchée (de 70 % d’eau pour la datte fraîche elle passe à 20 %). Sa valeur énergétique est de 287 kcal par 100 grammes. Elle est très riche en sucres (glucose, fructose et saccharose). Elle est riche en potassium et contient d’autres sels minéraux (magnésium et calcium). Elle est également riche en chrome ainsi qu’en fibres. Elle contient également des vitamines (B2, B3, B5 et B6).

Les dattes étaient l’ingrédient de base du diaphoenix, remède de la pharmacopée maritime occidentale au XVIIIe siècle.

En moyenne plus de 5 millions de tonnes de dattes sont récoltées dans le monde chaque année. L’Égypte est le plus gros producteur, mais les dattes voyageant peu – 90 % de la production est consommée dans son pays d’origine, notamment comme aliment pour le bétail. L’Europe est surtout approvisionnée par l’Afrique du Nord (principalement Algérie et Tunisie). On dénombre plus de trois cents variétés (cultivars en fait).

Trois variétés sont commercialisée sous cette forme : la hayani dont le fruit est petit avec une peau luisante et noire, la barhi à la peau lisse et claire, sucrée et juteuse et la sphinx, plus grosse et moins allongée dont la couleur devient brun-noir. Les dattes fraîches ne se conservent que quelques jours ; c’est pourquoi on les congèle ce qui permet aussi de les proposer toute l’année. Elles sont cueillies non matures, le mûrissement se faisant après décongélation.

Sous cette forme, la datte deglet nour est la plus réputée avec son fruit petit et bien parfumé ; viennent ensuite la halawi, tendre et sucrée, la dayri au goût de caramel et la zahidi, un peu plus ronde et légèrement moins sucrée que les autres. Plus grosse, la datte medjoul est très tendre et sucrée ; alors que l’amary est plus riche en fibres. Les variétés kenta, alig et khouat alig sont également commercialisées.

La dessiccation des dattes débute sur l’arbre et se poursuit au soleil ou dans des étuves en veillant à conserver au fruit ses qualités gustatives : la datte doit garder son parfum, et rester suffisamment moelleuse.

L’Algérie et la Tunisie sont connues pour leurs exportations de deglet nour, produite principalement dans les régions de Biskra (Tolga) et Tozeur.

Le Maroc a longtemps produit la medjoul (ce terme veut dire « inconnu » ou « anonyme » en arabe). Mais au XIXe siècle une épidémie a ravagé plus de dix millions de palmiers dattiers. Quelques plants ont néanmoins pu être sauvés et réinstallés dans le sud de la Californie ; dans les années 1970, l’Agence juive en a importé quelques-uns pour les planter dans la vallée de la Arabah. C’est pourquoi le marché européen est aujourd’hui approvisionné en dattes medjhoul américaineset israéliennes.

Voir aussi cette vidéo [wp-svg-icons icon=”camera-2″ wrap=”i”]

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.