La création des départements français.

L’histoire des départements français, depuis la création des départements en 1790, résulte principalement des ajustements successifs du territoire de la France.

Si de nombreux départements ont été créés à l’occasion des guerres de la Révolution française et du Premier Empire puis lors de la colonisation, la chute de l’Empire en 1814 a généralement conduit à leur suppression. La carte actuelle des départements n’est donc guère différente de celle de 1790, à l’exception notable des départements d’outre-mer, de la région parisienne et des zones frontalières avec l’Allemagne et l’Italie. En revanche, les numéros de départements attribués ont été modifiés.

Une première approche d’un découpage du territoire national en départements est soumise au roi de France en 1665 par Marc-René d’Argenson, le département est alors entendu en tant que répartition fiscale ou circonscription territoriale pour les Ponts et Chaussées. En 1787, certaines assemblées provinciales se réunissent « par département ». Un découpage en entités similaires du territoire semble un atout pratique pour l’administration, ainsi l’on retrouve cette demande dans les cahiers de doléance de 1788 qui souhaitent la formation de circonscriptions uniformes avec un chef-lieu accessible, le carnet du Puy-en-Velay parle explicitement de département.

Création des département français, carte maximum, Port-sur-Saône, 13/10/1990.

En 1734 paraît une ordonnance royale pour la division et l’étendue des départements et quartiers de l’Intendance de Brest. La province de Bretagne est divisée en quatre départements, ceux de Brest, de Vannes, de Saint-Malo et de Nantes comprenant vingt quartiers à la tête desquels sont les villes principales. L’exécution de ces divisions est donnée au comte de Toulouse, lieutenant général de la Bretagne.

À la veille de la Révolution française, l’organisation territoriale du royaume est « d’une extrême complexité » : les circonscriptions administratives, militaires, ecclésiastiques, judiciaires, fiscales ne se recoupent pas systématiquement. Pour les contemporains, c’est sans doute la notion de provinces qui décrit au mieux l’espace vécu ; ces provinces ne recouvrent pas forcément des territoires aux limites précises, mais se rapportent à des représentations historiques ou linguistiques.

Dès le début du XVIIIe siècle, de nombreuses voix s’étaient élevées pour simplifier la géographie administrative et créer un quadrillage plus régulier du royaume. Ainsi, l’édit de 1787 portant création des assemblées provinciales incite celles-ci à se subdiviser en « départements » : la Picardie en comptera quatre (Amiens, Doullens, Montdidier, Péronne) comme le Soissonnais, contre dix à la Haute-Normandie et neuf à l’Île-de-France. En 1788, Condorcet pose le principe selon lequel « une demi-journée, ou une petite journée de distance, devrait être le plus grand rayon d’un district ; enfin, une grande journée devrait être celui d’une province, en le prenant du chef-lieu de district le plus éloigné ».

Le 30 juillet 1789, Duport dépose un projet de réorganisation administrative du royaume, divisant la France en soixante-dix départements d’égale étendue, subdivisés en districts puis en municipalités. Mais l’élaboration de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen empêche le projet d’être discuté.

Le 7 septembre 1789, l’abbé Sieyès propose à l’Assemblée nationale l’élaboration d’un plan de réorganisation administrative du royaume, dont le projet est confié à un comité dont le rapporteur est Thouret. Celui-ci présente au comité son projet le 19 septembre. Il prévoit la division du royaume en 81 départements, chacun formant, à l’exception du département de Paris, un carré de 18 lieues terrestres de côté. Chaque département est divisé en 9 districts de 6 lieues de côté eux-mêmes fractionnés en 9 cantons de deux lieues de côté. Chaque canton devrait compter en moyenne 680 citoyens actifs, lesquels constitueraient l’assemblée primaire des cantons. À la tête de chacun de ces départements, une assemblée départementale serait constituée de 81 membres. Chacun de ces membres devrait verser une contribution égale à dix journées de travail et serait choisi en fonction du territoire, de la population et des impôts directs. Le rôle principal des assemblées départementales consisterait à nommer les députés à l’Assemblée nationale, à raison de neuf députés par département soit 720 députés nationaux.

Ce projet s’inspire de près de travaux de Robert de Hesseln, géographe du Roi, publiés en 1780.

Dès le 11 novembre 1789, l’Assemblée nationale constituante adopte un nouveau projet de découpage en départements dont les noms sont choisis en fonction de la géographie et de l’hydrographie.

Les départements sont créés par décret du 22 décembre 1789 pris par l’Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées à la fois impropres à la bonne maîtrise du territoire national par le pouvoir central et profondément injustes relativement à leur représentation auprès de ce même pouvoir central parce que trop inégales en importance, mais aussi afin de rationaliser l’organisation du territoire en une entité administrative unique en lieu et place des diverses divisions du royaume, extrêmement différentes par leur taille, se chevauchant les unes les autres et s’enchevêtrant par de multiples enclaves et dessins tortueux. Le nombre exact des départements et leurs limites furent fixés dans des décrets du 15 janvier et du 16 février 1790, leur existence prenant effet le 4 mars suivant.

Le 8 janvier 1790, Jean-Xavier Bureau de Pusy présente un Rapport sommaire sur la nouvelle division du royaume, dans lequel il expose la méthode suivie, et un Tableau des départements, suivant l’ordre de travail, exposant les propositions.

La discussion s’ouvre le lendemain.

Le 12 janvier, la Constituante prend les quatre décrets particuliers suivants : le Dauphiné sera divisé en trois départements ; l’Aunis ne pourra former un département ; la Franche-Comté sera divisée en trois départements ; la Soule et le Labourd seront réunis au Béarn pour ne former qu’un département.

Le 13, le Constituante décrète : la réunion de Clamecy au département du Nivernais ; que le Forez, le Beaujolais et le Lyonnais ne formeront qu’un département ; que les Trois-Évêchés, la Lorraine et le Barrois formeront quatre départements. Le même jour, elle décrète la division de l’Alsace en deux départements, ayant pour chefs-lieux respectifs Strasbourg et Colmar, puis que Paris formera, avec sa banlieue, un seul département, de trois lieues de rayon au plus, à partir du parvis Notre-Dame.

Le 15, la Constituante décrète la division de la Guyenne en quatre départements. Surtout, elle adopte le projet de décret final présenté par Gossin : le nombre des départements est fixé à 83. La liste des départements, de leurs limites et des 555 districts est fixée par un décret du 16 février 1790, et leur existence prend effet le 4 mars suivant.

Ce nouveau découpage est également une réponse au danger insurrectionnel rappelé par la Grande Peur de juillet-août 1789. Dans un souci de rationalité, les départements ont reçu une architecture semblable, fonctionnant dans les deux sens sans problème de chevauchement territorial, à la fois du citoyen vers le roi via les différents corps d’élus, et du haut de la pyramide vers chaque citoyen : une portion de territoire suffisamment petite mais équivalente pour être gérée facilement par un chef-lieu concentrant les principaux services administratifs. La taille de ces départements était fixée de façon telle qu’il devait être possible de se rendre en moins d’une journée de cheval au chef-lieu de chacun de ceux-ci depuis n’importe quel point de leur territoire.

La création des départements au cours de la Révolution française (encore gouvernée par un roi) témoigne d’un des trois processus de toponymisation identifiés en 2008 par les géographes Frédéric Giraut, Myriam Houssay-Holzschuch et Sylvain Guyot, ici celui d’éradication des références toponymiques de l’Ancien Régime (les noms des provinces) motivée par l’application d’un nouveau projet politique et idéologique d’envergure nationale. Il s’agit, par la constitution d’un nouveau cadre administratif, et donc de nouveaux toponymes, de valoriser cette appartenance à un nouvel ensemble national, tout en asseyant l’objectif de contrôle politique du territoire de la part du pouvoir central.

À l’époque, chaque département possède son assemblée, constituée de 36 membres élus par les citoyens actifs ayant payé un impôt au moins égal à 10 journées de travail, ceux-ci désignant à leur tour un président et un directoire exécutif permanent. Les départements sont divisés en districts, cantons et communes. Il peut y avoir jusqu’à neuf districts par département et neuf cantons par district. L’administration de chacune des 41 000 communes revient au conseil général de la commune composé pour un tiers d’un conseil municipal et pour deux tiers des notables tous élus pour deux ans par les seuls citoyens actifs.

Cette organisation proposée par Jean Cassini visait à homogénéiser le découpage du territoire français tout en conservant une administration locale, mais en retirant les spécificités des provinces, considérées comme provenant essentiellement des privilèges de l’aristocratie locale.

Le nombre de départements, initialement de 83, grimpa à 130 (voir Liste des départements français de 1811) en 1810 avec les annexions territoriales de la République et de l’Empire, en Allemagne, dans les Pays-Bas, en Italie, en Espagne, puis fut réduit à 86 après la chute de l’Empire en 1815 (Rhône-et-Loire divisé en Rhône et Loire, création des départements de Vaucluse en 1793, et de Tarn-et-Garonne en 1808). Le rattachement de Nice (Alpes-Maritimes) et de la Savoie (Duché de Savoie) partagée entre les départements de la Savoie et de la Haute-Savoie en 1860 conduisit à un total de 89.

À la suite de la défaite de 1871, le Bas-Rhin, la majeure partie du Haut-Rhin et de la Moselle, ainsi qu’une partie de la Meurthe et des Vosges furent cédés à l’Allemagne. Les parties non cédées de la Meurthe et de la Moselle furent fusionnées dans le nouveau département de Meurthe-et-Moselle, portant le total à 86. Ces trois départements furent rétrocédés à la France en 1919, ramenant le nombre total à 89 (les parties des anciens départements de la Meurthe et de la Moselle furent fusionnées dans le nouveau département de la Moselle). La partie du Haut-Rhin qui resta française en 1871, située autour de Belfort, ne fut pas réintégrée dans son département d’origine en 1919 et ne constitua le département du Territoire de Belfort qu’en 1922, amenant le total à 90. Avec cela, il fallait compter sur les départements en Algérie, de trois départements en 1848, quatre en 1902, cinq en 1955, jusqu’à 17 en 1958, puis 15 départements de 1959 à leur suppression définitive en 1962.

La réorganisation de la région parisienne en 1964, effective en 1968, transforma les deux départements de la Seine et de Seine-et-Oise en sept départements : Paris, les Yvelines, l’Essonne, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et le Val-d’Oise. Le département de Corse fut divisé en 1976 en Corse-du-Sud et en Haute-Corse. Avec les quatre départements d’outre-mer créés en 1946, le total fut porté à 100. Saint-Pierre-et-Miquelon eut le statut de département d’outre-mer de 1976 à 1985 avant de devenir une collectivité d’outre-mer.

Le 31 mars 2011, date de la première réunion du Conseil général suivant les élections cantonales, Mayotte, une collectivité d’outre-mer, devient le 101e département français.

Le 6 juillet 2003, les électeurs de Corse ont rejeté21 les orientations annexées à la loi no 2003-486 du 10 juin 2003 qui prévoyaient la substitution d’une collectivité territoriale unique à l’actuelle collectivité territoriale de Corse et aux deux départements de la Haute-Corse et de la Corse-du-Sud. Ce projet est cependant adopté dans la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République de 2015, pour une entrée en vigueur le 1er janvier 2018.

Le 7 avril 2013, les électeurs d’Alsace ont rejeté le projet à la création d’une collectivité territoriale unique par fusion de la région Alsace et des deux départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin22. Cependant une nouvelle collectivité territoriale — la collectivité européenne d’Alsace — regroupant les deux départements et disposant de compétences particulières verra le jour le 1er janvier 2021.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.