La civilisation Inca.

La civilisation inca est une civilisation précolombienne du groupe andin. Elle prend naissance au début du XIIIe siècle dans le bassin de Cuzco situé dans l’actuel Pérou et se développe ensuite le long de l’océan Pacifique et de la cordillère des Andes, couvrant la partie occidentale de l’Amérique du Sud. À son apogée, elle s’étend de la Colombie jusqu’à l’Argentine et au Chili, en couvrant la plus grande partie des territoires actuels de l’Équateur, du Pérou et près de la moitié Ouest de la Bolivie.

Elle est à l’origine de l’Empire inca, l’un des grands royaumes de l’Amérique précolombienne. Cet empire avait pour chef suprême le “Sapa Inca”.  L’Empire inca fut conquis par les conquistadors espagnols sous les ordres de Francisco Pizarro à partir de 1532.

L’une des grandes singularités de cet empire fut d’avoir intégré, dans une organisation étatique originale, la multiplicité socioculturelle des populations hétérogènes qui le composaient.


Les premières traces humaines en Amérique du Sud datent au moins du trentième millénaire avant notre ère. Cette présence humaine est attestée sur le site archéologique de Pedra Furada (« pierre percée » en portugais), situé dans le parc national de la Serra da Capivara (Piauí) au nord-est du Brésil, qui représente probablement le site humain connu le plus ancien en Amérique. Vivant de chasse et de cueillette, ces peuples nomades  s’intéressaient progressivement à l’agriculture. Les propriétés  nutritionnelles du maïs, cultivé dès le troisième millénaire dans la région d’Ayacucho, permettaient d’accroître son importance.

Le développement de l’agriculture entraîna des changements sociaux importants : la population explose, des villes apparaissent et une élite religieuse se crée. Le premier millénaire avant notre ère voit ainsi s’épanouir la civilisation Chavín, unissant dans un style artistique commun de nombreuses cultures locales, probablement grâce à un culte unique dont un élément caractéristique est l’image du jaguar.

Entre le Ier et le VIIIe siècle, l’unité créée par la civilisation Chavín disparut au profit de cultures plus locales (Mochica, Paracas-Nazca, Tiwanaku). Le développement agricole, notamment l’irrigation et l’aménagement de terrasses, continue. À partir du VIIIe siècle, deux villes des hautes terres rayonnent particulièrement et regroupent sous leur bannière les peuples andins : Tiwanaku vers le sud jusqu’au nord du Chili et Huari vers le nord.

Les États de Tiahuanaco et Huari s’effondrent brusquement au XIIe siècle. À nouveau, le régionalisme prévaut dans un premier temps, puis de nouvelles tentatives d’intégration impérialistes ont lieu. Ainsi, vers le milieu du XIIIe siècle, le peuple Chimú crée un nouvel empire sur la côte nord du Pérou actuel, fondé sur l’aménagement hydraulique. L’Empire Chimú s’étend le long de la côte jusqu’à l’actuelle frontière équatorienne, et il entre inévitablement en rivalité avec l’Empire inca, l’autre grand empire andin du XVe siècle, ce qui lui sera fatal.

À leur arrivée dans la région de Cuzco, les Incas ne sont qu’une tribu parmi d’autres dans une confédération locale, occupant dans un premier temps un rang subordonné. Leur position de chefs militaires dans la confédération leur permet de gagner progressivement de l’influence lors des règnes successifs de Sinchi Roca, Lloque Yupanqui, Mayta Capac et Capac Yupanqui. Finalement, à la mort de Capac Yupanqui, Inca Roca s’empare du contrôle de la confédération.

Yahuar Huacac puis Viracocha Inca étendent la domination inca. Néanmoins, le territoire inca ne dépasse pas un rayon de 40 km autour de Cuzco. En 1438, lors d’une guerre avec la tribu voisine des Chancas, Viracocha abandonne la capitale, mais son fils Pachacutec la défend avec succès et défait les Chancas. C’est le début de l’expansion extrêmement rapide de l’empire.

Le fils de Pachacutec, Tupac Yupanqui et son fils après lui, Huayna Capac, repoussent les frontières de l’empire du Chili au Sud de la Colombie. L’empire est à son apogée.

En 1532, 180 conquistadors espagnols débarquent et commencent la conquête de l’empire inca. Bien que peu nombreux face aux armées incas de plusieurs dizaines de milliers de soldats, cette conquête est très rapide. Les historiens expliquent cela par une combinaison de plusieurs raisons : la guerre de succession consécutive à la mort de Huayna Capac en 1527, la rapide capture du nouvel empereur Atahualpa, la supériorité militaire des Espagnols, tant par leur armement (chevaux, armures en métal et armes à feu) que par leur stratégie, leur habileté diplomatique à soulever contre l’empire des tribus locales ainsi que l’assimilation par les Incas des Espagnols à des dieux annoncés par des prophéties.

La conquête espagnole s’accompagne de nombreux pillages et de massacres. La colonisation qui s’ensuit engendre une catastrophe démographique majeure : la population de l’empire inca, estimée entre 12 et 15 millions de personnes avant la conquête, est d’environ 600 000 un siècle plus tard. L’exploitation des indigènes et leur manque de défenses immunitaires contre les maladies apportées par les Espagnols en sont les principales raisons.

Prisonnier de Pizarro, Atahualpa lui donna tout son or en échange de sa libération. Pizarro prit l’or mais fit malgré cet accord exécuter l’empereur le 29 août 1533.

Les Incas se rebelleront tout de même plusieurs fois, notamment en 1536 sous le commandement de Manco Inca. La ville de Vilcabamba devient le centre d’un noyau de résistance inca qui y subsistera jusqu’en 1572. La résistance aura un sursaut aux XVIIe et XVIIIe siècles ; le plus important épisode sera celui de Túpac Amaru II en 1780, toujours avec l’objectif avorté de restaurer l’empire inca.

La vie des Incas est rythmée par quatre étapes principales. La première s’effectue vers deux ans : on fête le passage du bébé au statut d’enfant en effectuant la cérémonie de la première coupe de cheveux, que l’on garde ensuite précieusement.

La deuxième constitue le passage de l’enfance à l’âge adulte, vers 14 ou 15 ans. Pour les garçons, le rite de passage qui y est associé est appelé warachikuy, la “mise du pagne”, et comporte un jeûne et une série d’épreuves physiques. À cette occasion, on leur perce les oreilles pour y insérer les boucles propres à l’ethnie inca, on leur remet un pagne et on leur donne un nouveau nom. Le rituel féminin, le k’ikuchikuy, “première menstruation”, est plus simple et comportait également une phase de jeûne.

La troisième étape est celle du mariage, entre 20 et 25 ans pour les hommes et 16 à 20 ans pour les femmes. Le couple s’établit dans une nouvelle maison et bénéficie alors de tous les droits et devoirs. Parmi ces obligations se trouvent notamment celle de participer aux corvées collectives.

Enfin, lors de la mort, les défunts sont placés dans des tours funéraires ou des abris rocheux plus simples. Ils sont parés de leurs plus beaux atours et de leurs outils du quotidien afin d’assurer leur subsistance dans l’au-delà.

Le « style inca » d’encastrement de gros blocs de pierre est la plupart du temps réservé aux temples et palais. Ici l’on voit Hatun rumiyoc (« la plus grande pierre » en quechua, la fameuse « pierre aux douze angles » dans la rue du même nom au Cuzco. Elle fait partie du mur de l’Archevêché qui est en fait l’ancien palais du VIe empereur Inca Roca. Dans la plupart des cas, les Incas conservent les structures d’habitation des territoires conquis.

Dans les terres hautes, ils construisent des capitales provinciales, mais la plupart des habitants habitent des villages de quelques centaines d’habitants. Chaque foyer y possède une cour bordée d’un muret en pierre dans laquelle se trouve un ou plusieurs bâtiments circulaires de 3 à 6 m de diamètre. Parmi ces bâtiments, il peut y avoir une cuisine, des chambres, des entrepôts… Les murs sont de pierre non taillée ou d’adobe, et les toits de chaume.

Sur la côte, les maisons populaires sont en roseau et celles de l’aristocratie en pisé.

Le bois étant rare, tant dans la montagne que sur la côte, les Incas n’ont pas de mobilier. La vaisselle est posée à même le sol et on mange par terre.

Les paysans incas, comme leurs descendants péruviens actuels, prennent deux repas par jour (vers 8h et 16 ou 17h) et une légère collation vers midi. Il est la grande majorité du temps végétarien et composé de plantes et légumes bouillis dans une marmite. La viande, du lama ou de l’alpaga séché ou du cochon d’Inde rôti, est réservée aux jours de fêtes. Néanmoins, sur la côte, les poissons sont très consommés.

Le légume de base est la pomme de terre, qui peut être conservée pendant plus de cinq ans grâce à un processus de conservation complexe (qui comprend notamment l’exposition au gel et l’écrasement). Le maïs est également l’un des aliments de base, mais en plus grande quantité sur la côte que dans les Andes. Il est souvent utilisé pour produire de la bière légèrement alcoolisée.

Enfin, ils mastiquent des feuilles de coca pour ses vertus médicinales et son effet « coupe-faim ».

La colonisation espagnole et l’évangélisation catholique ont rapidement fait décliner les religions des Incas. Si certaines formes subsistent aujourd’hui notamment sous forme d’animisme, la plupart des informations que l’on possède à ce propos sont issues de témoignages indirects, plus ou moins biaisés. On possède par ailleurs très peu d’informations sur le système religieux en dehors des Andes, les populations ayant rapidement décliné avant même l’évangélisation.

En plus de la volonté d’imposer une religion d’état, l’héritage des civilisations précédentes et une longue histoire d’échanges et d’influence permettent aux populations andines une certaine unité religieuse. Certaines divinités sont ainsi communes à différents peuples, mais portent des noms différents.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.