La Civette.

Civette et anciennement chat musqué sont des noms vernaculaires qui désignent en français de nombreuses espèces de petits mammifères du sous-ordre des Feliformia, principalement de la famille des Viverridés.


Le mot « civette » dérive du terme arabe zabād désignant le musc et signifiant écumeux, via l’italien zibetto, ou bien le catalan civetta. Les Arabes désignaient l’animal sous le nom soit de qaṭṭ az-zabād, c’est-à-dire chat à musc, d’où l’autre nom vernaculaire, soit de Sennour ez zabad (« fouine musquée »), etc. Zabad désigne donc une odeur, le musc mais aussi une couleur (l’« écume », la « crème ») zebda est le “beurre”.

L’attribution du nom, de chat, de genette ou de civette à une espèce animale a varié selon les époques. Par conséquent, dans un document, pour distinguer l’espèce par son nom il est important de connaître la date du document qui en parle. Ainsi au XIXe siècle, Frédéric Cuvier appelait genette des espèces aujourd’hui appelées civette.

Ces animaux ont en effet posé des problèmes de classification aux naturalistes dès le Moyen Âge. Au XVIe siècle Pierre Belon rapporte, conformément aux croyances de l’époque, que la civette était nommée Hyaena (ce qui en ferait une sorte de hyène), mais qu’elle ressemble plus à une Panthère odoriférante. Pour Buffon au XVIIIe siècle, la civette était bien une sorte de blaireau. Il fut capable de donner une description et surtout d’annoncer que sous ce terme se cachaient en fait plusieurs espèces différentes6. Buffon rapporte aussi que des civettes étaient effectivement en voie de domestication au Moyen-Orient et en Inde et même dans certains cas apprivoisées. Buffon distingue les genettes des civettes du fait que les premières sont plus petites que les secondes.

Les caractéristiques générales des civettes sont celles des Feliformia de la famille des Viviridés ou de la sous-famille des Euplerinae, avec des différences pour chaque espèce.

Les civettes partagent plusieurs caractéristiques communes à la majorité des espèces. L’odeur de la civette provient de la civettone, substance contenue dans un liquide blanc produit par les glandes anales de tous les Viverridae. Ce liquide possède à l’état brut une odeur très forte, avec des relents d’excréments, mais une fois dilué il dégage une odeur de musc et de fleur. Les sécrétions des glandes anales de la civette étaient utilisées en pharmacie et dans la fabrication des cigares ou de parfums. Leur usage remonte à plus de 2 000 ans ; elles avaient la réputation d’être très appréciées de Cléopâtre.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.