La chapelle Saint-Ser à Puyloubier (Bouches-du-Rhône).

La petite chapelle Saint-Ser, blottie dans son écrin de falaises et de “lesques” boisées, n’est pas facile à distinguer de loin…

La légende dit qu’au Ve siècle, un ermite connu sous le nom de SERVUS DEI (Serviteur de Dieu) vivait dans une grotte, sur la face sud de Sainte-Victoire, non loin de Puyloubier. Les chrétiens de la région vinrent lui rendre hommage, ce qui irrita le Roi des Wisigoths, Euric, qui lui fit couper les oreilles et le fit décapiter. Il fut enterré sur place.

La légende veut aussi qu’il ait eu trois filles, Sainte-Consorce (appelée Sainte-Confosse), vénérée à Jouques, Sainte-Victoire et Sainte-Perpétu, comme en témoignent les panneaux peints au XVIIème siècle dans la chapelle Sainte-Victoire de Pertuis.

Très vite, un pèlerinage est organisé chaque année, le lundi de Pentecôte, pour commémorer son martyre et en souvenir de ses talents de guérisseur contre la surdité. La tradition de sa mémoire fut transmise sous le nom de SAINT-SER.

Une chapelle fut édifiée et consacrée par l’Evêque d’Aix-en-Provence, en l’an 1001.

La reconstruction de la chapelle a été réalisée en 2001 par la commune avec le soutien financier de l’Etat (Opération Grand Site (DIREN) et DRAC), du Conseil régional et du Conseil départemental.

La chapelle Saint-Ser, carte maximum, Puyloubier, 22/06/2002.

En hommage à Saint-Ser, les oreilles de tous ceux qui participèrent à ce chantier furent dessinées sur la charpente.

Cette chapelle est séparée en deux parties : l’une ouverte au public, avec des bancs en pierre permettant un peu de repos et de recueillement dans le calme, et une deuxième partie, dans le creux du rocher, où un autel a été dressé.
Une partie de la nouvelle charpente avec les oreilles dessinées en rouge
Le clocher blanc de la chapelle s’élève à nouveau devant cette paroi abrupte qui a déjà su se montrer si cruelle dans le passé récent !

L’arrivée sur le site est magnifique, une partie de la végétation ayant été préservée lors de l’incendie de 1989, grâce à une source qui jaillit dans la chapelle et qui évite la sécheresse. Le sentier passe sous une arche qui a été consolidée avant de déboucher sur l’esplanade devant la chapelle. Des mûriers platanes y font de l’ombre, permettant d’admirer tranquillement le paysage qui s’étend jusqu’à la Sainte-Baume.

On ne manquera pas la vue à l’ouest, sur le Baou des Vespres au pied duquel se trouve le refuge Baudino avec cette “virgule” de rocher très énigmatique appelée la Torque … et à l’est, sur les “lesques” bordant la chapelle.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Les amis de Sainte-Victoire, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.