La bataille de Diên Biên Phu.

La bataille de Diên Biên Phu (Điện Biên Phủ en vietnamien) est un moment clé de la guerre d’Indochine qui se déroula du 20 novembre 1953 au 7 mai 1954 et qui opposa, au Tonkin, les forces de l’Union française aux forces du Việt Minh, dans le nord du Viet Nam actuel.

Occupée par les Français en novembre 1953, cette petite ville et sa plaine environnante devinrent l’année suivante le théâtre d’une violente bataille entre le corps expéditionnaire français, composé de diverses unités de l’armée française, des troupes coloniales et autochtones, sous le commandement du colonel de Castries (nommé général durant la bataille), et l’essentiel des troupes vietnamiennes (Việt Minh) commandées par le général Giáp.

Cette bataille se termina le 7 mai 1954 par arrêt du feu, selon les consignes reçues de l’état-major français à Hanoï. Hormis l’embuscade du groupe mobile 100 entre An Khê et Pleiku, en juin 1954, la bataille de Diên Biên Phu fut le dernier affrontement majeur de la guerre d’Indochine. Cette défaite des forces françaises accéléra les négociations engagées à Genève pour le règlement des conflits en Asie (Corée et Indochine).

La France quitta la partie nord du Viêt Nam, après les accords de Genève signés en juillet 1954, qui instaurèrent une partition du pays de part et d’autre du 17e parallèle nord.


L’attaque débute le 13 mars vers 17 h 15 par une intense préparation d’artillerie visant le centre de résistance Béatrice, l’un des PA les plus éloignés du dispositif, tenu par le 3e bataillon de la 13e demi-brigade de Légion étrangère (III/13e DBLE), commandé par le chef de bataillon Pégot. L’attaque n’est pas une surprise pour les défenseurs, puisque les services de renseignement français avaient correctement prévu l’endroit et l’heure où elle se déclencherait, mais la puissance de feu de l’artillerie viêt minh cause un véritable choc. Le point d’appui est écrasé par les obus de canons et de mortiers lourds. Il en reçoit des milliers en l’espace de deux ou trois heures. Les abris, non conçus pour résister à des projectiles de gros calibre, sont pulvérisés. Le chef de bataillon Pégot et ses adjoints directs sont tués dans les premières minutes du combat, par un coup direct frappant leur abri. Les liaisons radio avec le centre du camp sont coupées, empêchant les défenseurs de Béatrice de régler correctement les tirs de l’artillerie française.

L’assaut du Viêt Minh est donné par les 141e et 209e régiments de la division 312 qui s’élancent des tranchées réalisées à proximité du centre de résistance.

Sans officier pour les diriger, sans appui d’artillerie, les légionnaires, livrés à eux-mêmes, mènent un combat désespéré contre les fantassins viêt minh qui utilisent la technique de la vague humaine, certains n’hésitant pas à se faire sauter sur les barbelés pour permettre à leur camarades de passer derrière eux. Le centre de résistance tombe peu avant minuit, après plusieurs heures de combat au corps à corps.

Pour ajouter à la confusion dans les rangs français, au cours de la même nuit, le lieutenant-colonel Gaucher, chef de corps de la 13e DBLE et commandant du sous-secteur centre, est également tué dans son abri par un coup direct de l’artillerie viêt minh.

À l’issue de cette première nuit d’affrontement, les Français réalisent soudain que, contre toute attente, le Viêt Minh a été capable d’apporter et de camoufler autour du camp un nombre important de pièces d’artillerie de calibre 105 mm, alors que le 2e bureau de l’état-major français pensait qu’ils ne pourraient au pire amener que des pièces légères, de calibre 75 au plus. Jamais par la suite l’artillerie française ne sera dans cette bataille en mesure de faire taire les canons viêt minh, pas plus que les bombardiers de l’Armée de l’air ni les chasseurs-bombardiers en piqué de l’Aéronavale.

Constatant cet échec, le colonel Charles Piroth, commandant l’ensemble des unités d’artillerie à DBP, qui avait affirmé au commandement être en mesure de contre-battre l’artillerie viêt minh avec ses canons de 155 mm, se suicide le 15 mars dans son abri.

Le 14 mars vers 20 h, deux régiments de la division 308 attaquent le centre de résistance Gabrielle, tenu par le 5e bataillon du 7e régiment de tirailleurs algériens (V/7e RTA) commandé par le chef de bataillon de Mecquenem. Utilisant la même tactique que pour Béatrice, forte préparation d’artillerie et assaut d’infanterie par vagues successives, le Viêt Minh grignote peu à peu la position. Les « Turcos », surnom donné aux tirailleurs, se défendent durement toute la nuit et réussissent à repousser plusieurs assauts, incitant Giáp à ordonner le repli de la 308 à 2 h 30.

Quand l’attaque reprend à 3 h 30 après une nouvelle préparation d’artillerie, des troupes fraîches de la division 312 sont également engagées12. Le V/7e RTA est submergé et doit finalement abandonner la position le 15 mars au petit matin, rejoint trop tard par un élément de contre-attaque constitué de 6 chars du 1er régiment de chasseurs à cheval, d’éléments du 1er BEP13 et du 5e BPVN parachuté en renfort dans l’après-midi du 14 mars.

À l’occasion de cette contre-attaque manquée, l’attitude au feu du 5e BPVN fera l’objet sur le moment de nombreuses critiques, certains, dont le lieutenant-colonel Langlais (adjoint de Castries), lui reprochant, en termes peu aimables, un « manque de punch » pendant l’action. Ce fut une des nombreuses polémiques qui surgirent au cours de la bataille et qui font parfois encore débat aujourd’hui parmi les spécialistes. À la décharge du 5e BPVN, d’autres, plus tard, feront valoir qu’il n’était pas forcément judicieux de confier une mission de contre-attaque à une unité qui, parachutée la veille, n’avait pas eu le temps de se reposer et connaissait mal le terrain, alors qu’un bataillon comme le 8e choc, présent à DBP sans discontinuer depuis quatre mois, ayant eu le temps de se familiariser avec le terrain et de reconnaître les itinéraires de contre-attaque, aurait eu plus de chances de réussir. Quoi qu’il en soit, le chef de corps, le capitaine Botella, prit, à l’issue de l’engagement, des mesures drastiques en rétrogradant au rang de simple soldat des officiers qui avaient fait preuve de faiblesse et en transformant en coolies les soldats qui ne s’étaient pas correctement comportés à ses yeux. Ainsi « purgé », le 5e BPVN poursuivra le combat jusqu’à la fin de la bataille.

Ayant subi des pertes au cours de ces deux premières attaques, le général Giáp est contraint d’observer une pause, pour réorganiser ses unités durement éprouvées, reconstituer ses stocks de munitions et faire creuser des tranchées pour s’approcher des PA. Parallèlement, le Haut-Commandement français décide aussi l’envoi de renforts et le 6e BPC est parachuté dans l’après-midi du 16 mars. Le retour à DBP du « bataillon Bigeard » contribue à remonter le moral de la garnison, choquée par la tournure prise par les évènements.

Après une phase d’assaut frontal, très coûteuse en vies humaines, Giáp opte pour une tactique de harcèlement du camp retranché. Les artilleurs du Viêt Minh s’appliquent à bombarder tous les points importants du camp retranché, en particulier la piste d’atterrissage qui devient rapidement inutilisable de jour et bientôt aussi de nuit. Le dernier avion décolle de DBP le 27 mars. Dès lors, le cordon ombilical qui reliait le camp à Hanoï est coupé, réduisant d’autant les possibilités de ravitaillement et, surtout, rendant impossible l’évacuation des blessés. L’avion qui la transportait ayant été endommagé, puis détruit, par l’artillerie viêt minh, après s’être posé pour tenter d’évacuer des blessés, la convoyeuse de l’Air Geneviève de Galard se retrouve bloquée dans le camp retranché, où elle passera le reste de la bataille, à travailler comme infirmière à l’antenne chirurgicale du médecin-commandant Grauwin. Elle deviendra célèbre sous le nom d’« ange de Dien Bien Phu » (Dien Bien Phu angel) qui lui sera donné par la presse anglo-saxonne. La légende qui fait d’elle la seule femme dans le camp oublie le BMC d’une vingtaine de prostituées, essentiellement vietnamiennes, qui devinrent aussi infirmières.

Des opérations sont montées tous les jours pour assurer la liaison terrestre avec le point d’appui Isabelle, situé au sud du centre de résistance principal. Au fil du temps, ces opérations d’« ouverture de route » deviennent de plus en plus lourdes et dangereuses, et le 23 mars, au cours de l’une d’elles, le 1er BEP perd 9 hommes, dont 3 officiers (les lieutenants Lecocq, Raynaud et Bertrand) et plus de 20 blessés, dans une embuscade tendue par des éléments du Vietminh infiltrés. Devant les pertes subies, les liaisons quotidiennes avec Isabelle sont finalement abandonnées : ce point d’appui, commandé par le lieutenant-colonel Lalande, combattra jusqu’à la fin de la bataille de façon autonome.

Le 28 mars, le 6e BPC, appuyé par le 8e BPC lance une contre-attaque vers l’ouest du camp retranché avec pour objectif de détruire les pièces de DCA du Viêt Minh qui gênent de plus en plus le ravitaillement par air. L’opération est un demi-succès : à part des quantités importantes d’armement léger, elle n’a permis de capturer ou de détruire que peu d’armes lourdes (canons de DCA de 37 mm) et se solde par des pertes importantes. Le 6e BPC enregistre en particulier 17 tués, dont deux officiers (les lieutenants Le Vigouroux et Jacobs) et quatre sous-officiers. La 4e compagnie n’a plus d’officiers, puisqu’outre le Lt. Jacobs, l’officier adjoint, tué au cours de l’action, son chef, le lieutenant De Wilde, est grièvement blessé.

Giáp avait fixé comme objectif les collines formant la défense nord-est et est du Centre de résistance principal. Dans la nuit du 30 mars, après une nouvelle très forte préparation d’artillerie, tous les points d’appui tombent rapidement aux mains du Viet-Minh, à l’exception d’Éliane 2 (surnommée « la cinquième colline ») et d’Éliane 4, qui n’était pas directement en première ligne. La faible résistance opposée aux assaillants par le III/3e RTA sur Dominique 2 et par la compagnie du I/4e RTM tenant Éliane 1 sera d’ailleurs à l’origine d’une autre polémique, lancée elle aussi par l’impétueux lieutenant-colonel Langlais, mettant clairement en cause la valeur des troupes nord-africaines à DBP. S’ajoutant à cela le fait que certains soldats de ces unités, démoralisés, déserteront et iront se réfugier sur les bords de la Nam Youm en refusant de livrer combat jusqu’à la fin de la bataille, le cours des événements finira par donner naissance au mythe selon lequel « seuls les paras et la Légion se sont battus à DBP ».

Sur Éliane 2, le Viet-Minh se heurte à la farouche résistance des autres compagnies du I/4e RTM, renforcées toute la nuit du 30 au 31 mars par différentes unités prélevées sur les autres bataillons et très efficacement soutenues par l’artillerie d’Isabelle. Au matin du 31 mars, Éliane 2, jonchée de dizaines de cadavres, tient toujours.

Le 31 mars, le Commandement français décide de lancer une contre-attaque pour reprendre les positions perdues : le 8e BPC reprend Dominique 2 (la colline la plus élevée du camp retranché) et le 6e BPC reprend Éliane 1. Toutefois, faute de troupes fraîches pour relever ces deux unités durement éprouvées (le parachutage du II/1er RCP a été annulé au dernier moment), les positions reprises doivent être de nouveau abandonnées.

Giáp poursuivra ses attaques sur Éliane 2 jusqu’au 4 avril, subissant de très fortes pertes, jusqu’à renoncer finalement à prendre ce point d’appui. Cet échec provoquera une grave crise du moral au sein des unités viet-minh, dont beaucoup des cadres, jugés incompétents ou trop timorés, seront éliminés.

Le « grignotage » des positions françaises durant le mois d’avril
Les actions d’encerclement et d’étouffement se poursuivent durant tout le mois d’avril, aussi bien sur les PA Huguette, à l’ouest de la piste d’aviation, que sur les collines de l’est.

Les tentatives de colonnes de secours au sol échouent. Les avions venant de Hanoï (des bombardiers Douglas A-26 Invader, des chasseurs Grumman F8F Bearcat de l’Armée de l’air et de la 11F de l’Aéronavale alors équipée de Grumman F6F Hellcat, des transporteurs (largueurs de napalm) Fairchild C-119 Flying Boxcar (surnommés Packet), sont gênés de surcroît par une météo capricieuse (mousson). Ils peuvent difficilement identifier les emplacements de tir. Ils larguent les bombes et le napalm au mieux, sans radar et vaguement guidés seulement par radio. Les A-26 et les chasseurs font aussi des passages au-dessus des crêtes pour tirer avec leurs mitrailleuses de 12,7 mm et leurs roquettes.

Un écran nuageux, quasi-permanent en période de mousson, rend l’accès et l’action aériens difficiles, à vue (les radars de vol existaient peu ou presque pas). Dans ce contexte, les missions d’attaque des avions français sont dangereuses du fait du terrain, du climat et surtout de la DCA. Ces avions doivent faire plus de 600 km avant d’arriver sur zone : ils sont alors à la limite de leur réserve de carburant et ont par conséquent très peu de temps pour leur mission de combat. D’ailleurs, les assauts viêt minh ont essentiellement lieu de nuit, lorsque l’aviation française est moins efficace.

Les Français disposent de 10 chars légers M24 Chaffee armés de canons de 75 mm, relativement inadaptés à une guerre de siège, souvent utilisés pour soutenir l’infanterie lors de contre-attaques. Certains sont finalement sabotés par leur équipage, sur avarie ou pour éviter leur capture par l’ennemi. La garnison ne peut compter que sur des contre-attaques de parachutistes à pied, leur mission est de s’emparer des positions adverses et des canons, armés de lance-flammes. Mais ces contre-attaques ne peuvent dépasser la ligne des sommets et sont limitées dans le temps par l’impossibilité de les ravitailler et de les soutenir d’un appui-feu. Lorsqu’un point d’appui est atteint, les soldats se trouvent parfois à court de munitions. C’est donc une mêlée à l’arme blanche et à la grenade qui les attend.

Dans cette bataille, les Français sont dans l’incapacité de se reposer ni d’être relevés. Il y a de nombreux cas de morts d’épuisement. On entend des hommes se battre en chantant La Marseillaise au cours des combats. Lorsqu’on sollicite les blessés pour retourner au combat — faute de combattants valides —, il y a encore des volontaires. La nuit, les explosions, les balles traçantes et les fusées éclairent le champ de bataille comme en plein jour. Les canons français tirent tellement qu’ils sont chauffés au rouge. Parmi les actes les plus notables, citons le combat de dix soldats du 6e BPC qui résistent sans soutien aux assauts viêt minh pendant huit jours. Au moment de déposer les armes, ils tiennent toujours leur position. Il y eut deux survivants, les brigadiers Coudurier et Laugier.

Concernant la logistique, l’aviation française a du mal à faire face à l’ampleur de la tâche et doit recourir à des avions Fairchild-Packet C-119 (« Flying Boxcar ») fournis par l’US Air Force (en vertu d’accords d’assistance militaire), pilotés par des équipages militaires français et aussi par des équipages de mercenaires américains du CAT (Civil Air Transport) du général Claire Chennault. Le CAT (qui deviendra plus tard Air America) est en fait la Flying Tigers Line, une compagnie aérienne proche de la CIA et dirigée par Chennault, l’ancien « boss » des Tigres volants. Plusieurs C-119 seront touchés par la DCA au-dessus de DBP et c’est là que les Américains connaîtront leurs premières pertes dans la péninsule indochinoise, avec la mort des deux pilotes (James McGovern et Wallace Bufford) d’un équipage mixte franco-américain, alors qu’ils essayaient de poser leur C-119 en catastrophe, après avoir été touchés par la DCA lors de leur opération de largage. Ainsi, les États-Unis n’interviendront jamais directement dans le conflit, pour ne pas provoquer l’intervention directe de la Chine et une escalade du conflit, se contentant de fournir une logistique aérienne et des mercenaires aux Français.

Le général Giáp donne son analyse des combats : les militaires français, « selon leur logique formelle, avaient raison ». « Nous étions si loin de nos bases, à 500 kilomètres, 600 kilomètres. Ils étaient persuadés, forts de l’expérience des batailles précédentes, que nous ne pouvions pas ravitailler une armée sur un champ de bataille au-delà de 100 kilomètres et seulement pendant 20 jours. Or, nous avons ouvert des pistes, mobilisé 260 000 porteurs — nos pieds sont en fer, disaient-ils —, des milliers utilisant des vélos fabriqués à Saint-Étienne que nous avions bricolés pour pouvoir porter des charges de 250 kg. Pour l’état-major français, il était impossible que nous puissions hisser de l’artillerie sur les hauteurs dominant la cuvette de Diên Biên Phu et tirer à vue. Or, nous avons démonté les canons pour les transporter pièce par pièce dans des caches creusées à flanc de montagne et à l’insu de l’ennemi. Navarre avait relevé que nous n’avions jamais combattu en plein jour et en rase campagne. Il avait raison. Mais nous avons creusé 45 km de tranchées et 450 km de sapes de communications qui, jour après jour, ont grignoté les mamelons. »

En manque de troupes, les Français organisent des recrutements de volontaires à Hanoï pour les parachuter sur Diên Biên Phu. Alors que tout le monde sait la situation désespérée et la chute du camp imminente, des centaines de personnes répondent « présent » à l’appel, certaines n’ayant jamais sauté en parachute de leur vie. Leur motivation est d’aller se battre « pour aider les copains », « pour l’honneur ». Dans la fureur des combats, et la confusion, certains largages atterrissent chez l’ennemi.

Les défenseurs du camp ont jusqu’au bout espéré une intervention massive de l’aviation américaine, qui n’est jamais venue. Début mai 1954, les Viêts utilisent massivement des lance-roquettes multiples Katioucha (ou « orgues de Staline ») sur la garnison, dont les effets sont dévastateurs.

Des tentatives françaises de gêner le ravitaillement Viet-Minh par des pluies artificielles ont lieu sous la direction du colonel Genty, sans dépasser le stade de l’expérimentation.

La surface du camp ayant considérablement diminué au cours du mois d’avril, une part de plus en plus importante du ravitaillement parachuté tombe chez l’ennemi. Du côté français, le manque de munitions devient très préoccupant, en particulier pour l’artillerie, et la situation sanitaire tourne à la catastrophe, avec des centaines de blessés entassés dans les différents postes de secours. L’assaut final est lancé le 1er mai au soir, précédé d’une préparation d’artillerie extrêmement intense qui dure trois heures. Les divisions 312 et 316 attaquent la face est du camp retranché, la 308 la face ouest. L’artillerie et l’infanterie françaises n’ont plus les moyens ni les effectifs suffisants pour faire face à cet assaut massif et généralisé. « Éliane 1 » tombe dans la nuit du 1er et seuls quelques éléments du II/1er RCP, l’unité qui tenait la position, parviennent à s’en échapper vivants. « Dominique 3 » et « Huguette 5 » tombent à leur tour dans la nuit du 2.

Le Commandement des forces françaises en Indochine décide alors de lancer dans la bataille un dernier bataillon parachutiste en renfort, pour l’honneur. Le 1er BPC du commandant de Bazin de Bezons est parachuté de façon fractionnée au début du mois de mai : la 2e compagnie du lieutenant Edme saute dans la nuit du 2 au 3 mai, la 3e du capitaine Pouget (aide de camp du général Navarre) dans la nuit du 3 et une partie de la 4e compagnie du capitaine Tréhiou dans la nuit du 4. Le reliquat des trois premières compagnies ayant déjà sauté, soit 91 hommes, est largué dans la nuit du 5 mai. Ce seront les derniers renforts parachutés sur le camp retranché. Le largage de la 1re compagnie du lieutenant Faussurier, prévu dans la nuit du 6, est annulé, alors que les avions sont déjà au-dessus du camp, l’état-major de Diên Biên Phu ayant préféré donner la priorité à une mission de largage de fusées éclairantes « lucioles », pour soutenir les combattants au sol qui se battent partout au corps à corps.

« Huguette 4 » tombe dans la nuit du 4 mai. « Éliane 2 » résiste toujours, mais dans la nuit du 6 mai, une charge de deux tonnes de TNT, placée dans une sape creusée sous la colline fait sauter la position, tenue par la compagnie du capitaine Pouget. Le matin du 7 mai, « Éliane 10 », « Éliane 4 » et « Éliane 3 » sont conquis par les Viêt Minh qui tiennent désormais tous les points d’appui sur la rive est de la Nam Youm.

Après avoir abandonné l’idée de percer les lignes viets pour sortir du camp, faute d’effectifs suffisants pour avoir une quelconque chance de réussite, le général de Castries reçoit l’ordre de cesser le feu, au cours d’une dernière conversation radio qu’il a avec son supérieur, le général Cogny, basé à Hanoï. L’ordre est transmis aux troupes de détruire tout le matériel et l’armement encore en état. Pour l’anecdote, le lieutenant-colonel Bigeard doit envoyer un mot griffonné sur une feuille de papier au lieutenant Allaire, commandant la section de mortiers du 6e BPC, qui refuse de cesser le combat sans un ordre écrit.

Il appartenait à la division 308 du général Vuong Thua Vu (vi), division d’infanterie qui avait été de toutes les batailles en haute et moyenne région, des « désastres » de Cao Bang et Lang Son en 1950 jusqu’à celui de Diên Biên Phu, de donner le coup de grâce. Constatant l’absence de réaction des Français lors des tirs de préparation de la nouvelle attaque prévue pour la nuit, les Viets investissent l’ensemble du camp retranché. Après 57 jours et 57 nuits de combat quasi ininterrompus, le camp retranché de Dien Bien Phu tombe le 7 mai 1954 à 17 h 30.

Cette même division 308 sera également la première unité vietminh à entrer dans Hanoï le 9 octobre 1954.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.