Joseph Conrad, écrivain.

Joseph Conrad, de son vrai nom Józef Teodor Konrad Korzeniowski, né le 3 décembre 1857 à Berditchev, en Ukraine, alors province de l’Empire russe, et mort le 3 août 1924 à Bishopsbourne, est un écrivain polonais et britannique, écrivant en langue anglaise.


Né en 1857 à Berdytchiv, Józef Korzeniowski est issu de la noblesse polonaise. En 1861, sa famille déménage à Varsovie. En octobre de la même année, son père Apollo Korzeniowski, qui participe aux préparatifs de l’insurrection polonaise contre la Russie tsariste, est arrêté et emprisonné à la citadelle de Varsovie, puis condamné à l’exil à Vologda, puis à Tchernihiv. Sa famille le suit. La mère de Józef meurt de la tuberculose en avril 1865. Gravement malade lui-même, Apollo Korzeniowski est autorisé à rentrer en Pologne en 1868. Il emménage avec son fils à Lviv, puis l’année suivante à Cracovie, mais il meurt en mai 1869, laissant Józef orphelin à l’âge de onze ans1. Celui-ci est alors confié à son oncle maternel, Tadeusz Bobrowski (en), qui demeurait à Cracovie, et à qui il devait rester très attaché, entretenant avec lui une correspondance suivie jusqu’à la mort de ce dernier en 1894.

À la fois pour raisons de santé et parce qu’il est attiré par la carrière  maritime, Józef part en 1874 pour Marseille, où il embarque comme mousse sur un voilier. Il fait ainsi pendant près de quatre ans son apprentissage en France pour entrer ensuite dans la marine marchande britannique, où il va demeurer plus de seize ans. Il obtient son brevet de capitaine au long cours le 10 novembre 1886, prend la même année la nationalité britannique, sous le nom de Joseph Conrad et commence à écrire. Conrad parle avec une égale facilité le polonais, l’allemand, le français et l’anglais ; mais il décide d’écrire dans la langue de sa nouvelle patrie.

En 1887, après un séjour à l’hôpital de Singapour pour une blessure reçue en mer, Conrad embarque comme second sur le Vidar et effectue au moins quatre voyages à Bornéo et des séjours à Berau. En 1888, il embarque sur le voilier Otago qui est son premier et unique commandement comme capitaine. En 1890, recommandé auprès du capitaine Albert Thys, administrateur de la Compagnie du Commerce et de l’Industrie du Congo, il part travailler comme capitaine de steamer pour la Société du Haut-Congo officiant dans l’État indépendant du Congo. Il est engagé pour trois ans, mais ne réalise qu’un aller-retour en steamer entre Stanley-Pool et Stanleyville avant d’être rapatrié en Europe pour dysenterie.

En 1891, après une hospitalisation à Londres et une convalescence à Champel en Suisse, il embarque, le 19 novembre, comme second sur le clipper Torrens pour l’Australie. Après un deuxième voyage à Adélaïde et une visite à son oncle Tadeusz Bobrowski en Pologne, il est rayé des rôles du Torrens et en novembre 1893 embarque sur le vapeur Adowa comme second, pour le Canada, avec escale à Rouen. En janvier 1894, l’Adowa retourne à Londres où débarque Conrad. C’est la fin de sa carrière maritime.

Se consacrant désormais à son travail littéraire, Conrad achève La Folie Almayer qui paraît en avril 1895, écrit Un paria des îles publié en avril 1896. Désespérant de retrouver un commandement, il écrit à un ami « il ne me reste que la littérature comme moyen d’existence » et déclare clairement écrire pour l’argent… La même année, il épouse Jessie George et séjourne en Bretagne de mars à septembre — la vie est moins chère à Lannion et l’Île-Grande qu’à Londres — et y écrit certains de ses textes. De retour en Angleterre, il s’installe à Stanford-le-Hope, Essex, puis, en mars 1897, à Ivy Walls, Essex (publication du Nègre du Narcisse). Son fils Boris naît en 1898 (publication du recueil de nouvelles Inquiétude), et en octobre, la famille Conrad s’installe à Pent Farm, Kent, maison louée par l’écrivain Ford Madox Ford. En août 1906, après la naissance du deuxième fils, John, les Conrad séjournent à Montpellier, puis à Genève. Il publie le Miroir de la mer.

En juin 1910, Conrad, qui vient de souffrir d’une grave dépression nerveuse, quitte sa résidence d’Aldington, dans le Kent, où il s’est installé l’année précédente, pour Capel House, ferme isolée près d’Ashford, dans le même comté, pour près de dix ans cette fois. En octobre 1911, il publie Sous les yeux de l’Occident.

En 1919, obligés de quitter Capel House, les Conrad s’installent  provisoirement à Spring Grove (publication de La Flèche d’or), puis vont habiter à Oswalds où est achevée la rédaction de La Rescousse. Pour faciliter la rédaction de l’Attente, Jessie et Joseph Conrad effectuent en janvier 1921 un voyage en Corse puis Conrad, seul, une tournée aux États-Unis en 1923 (publication du roman Le Frère-de-la-Côte).

En 1924, après une crise cardiaque en juillet, Joseph Conrad meurt le 3 août à Bishopsbourne. Il est enterré le 7 août à Canterbury. C’est en 1925 que paraissent Derniers Contes et un roman inachevé, L’Attente.

Ecouter aussi ce document audio :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.