José Raúl Capablanca, joueur d’échecs.

José Raúl Capablanca y Graupera, né le 19 novembre 1888 à La Havane (Cuba) et mort le 8 mars 1942 à Harlem (New York, États-Unis), est un joueur d’échecs cubain.

Alors jeune prodige des échecs, il bat le champion de Cuba à treize ans.

Troisième champion du monde des échecs, de 1921 à 1927, Capablanca est réputé pour la clarté de son jeu, donnant l’impression de jouer avec une facilité déconcertante, ainsi que pour son art de jouer les finales. Au cours de sa carrière, il perd rarement des parties (il est invaincu entre 1917 et 1923) ce qui lui vaut d’être surnommé « The Chess machine » (la machine des échecs).


Fils d’un fonctionnaire colonial espagnol, José María Capablanca, José Raúl fut un enfant prodige qui découvrit le jeu d’échecs à quatre ans. La légende dit qu’il assimila les règles à l’âge de quatre ans en observant son père jouer avec des amis. Dès ses jeunes années, sa force au jeu est remarquable. À huit ans, il fut inscrit au club d’échecs de La Havane où il put affronter les meilleurs joueurs du pays. À l’âge de treize ans, en novembre—décembre 1901, il remporte un match contre le champion de Cuba Juan Corzo y Príncipe par +4 -3 =6. L’année suivante, il finit quatrième du championnat de Cuba.

Par la suite, Capablanca étudie pendant deux ans la chimie et le sport à l’université Columbia à New York. Il joue dans l’équipe universitaire de baseball au poste de shortstop.

En 1909, il gagne nettement contre Frank Marshall par +8 -1 =14. Il fait irruption sur le plan international au tournoi de Saint-Sébastien en Espagne en 1911, où il gagne devant des maîtres connus, comme Akiba Rubinstein, Milan Vidmar et Carl Schlechter.

En 1913, il fut nommé dans les services diplomatiques du ministère des Affaires étrangères de Cuba. Il n’avait pas d’obligations réelles, les autorités cubaines trouvant suffisante la publicité qu’il faisait pour son pays et pouvait donc de facto se consacrer pleinement aux échecs. En 1914, il finit deuxième du fort tournoi de Saint-Pétersbourg à un demi-point du champion du monde Emanuel Lasker.

En 1921, Capablanca gagna le championnat du monde contre Emanuel Lasker, de vingt ans son ainé (+4 -0 =10). Pendant six ans, il ne perdit que 4 parties sur environ 200 mais il ne mit pas son titre en jeu.

En 1922, le nouveau champion du monde remporta le tournoi de Londres, mais Lasker était absent. En 1924, Capablanca fut devancé par l’ancien champion du monde lors du tournoi de New York ; puis, en 1925, par Efim Bogoljubov et par Lasker lors du tournoi de Moscou. En 1927, il termina premier du tournoi de New York, devant Alexandre Alekhine et Aaron Nimzowitsch, mais Emanuel Lasker n’était pas invité.

Capablanca perdit son titre en 1927 à Buenos Aires contre Alexandre Alekhine (+3 –6 =25). Le match dura trente quatre parties, un record, car les parties nulles ne comptaient pas et la victoire revenait au premier joueur à remporter six parties. Contrairement à ce qu’il avait déclaré, au cours des années suivantes Alekhine évita d’accorder à Capablanca une revanche, ne lui donnant ainsi aucune occasion de regagner son titre. Les deux joueurs ne s’adressèrent plus la parole.

De 1928 à 1930, Capablanca remporta les tournois de Budapest 1928, Berlin 1928, Ramsgate 1929, Budapest 1929, Barcelone 1929 et Hastings 1929-1930 ; il finit deuxième aux tournois de Bad Kissingen 1928, Carlsbad 1929 et Hastings 1930-1931. Cependant, il n’eut pas la possibilité d’affronter le champion du monde Alekhine qui ne participa à aucun de ces tournois.

Dans les années 1930, surgirent en face de Capablanca des rivaux plus jeunes et redoutables : d’abord Max Euwe, Salo Flohr et Mikhaïl Botvinnik, qui le devancèrent à Hastings en 1934-1935, Moscou en 1935 et à Margate en 1936, puis Paul Keres, Reuben Fine et Samuel Reshevsky qui le devancèrent à Margate en 1935, à Semmering-Baden en 1937 et au tournoi AVRO de 1938.

Capablanca n’en fit pas moins un retour remarqué dans l’élite mondiale en 1936, gagnant deux tournois fort disputés : à Moscou (seul vainqueur devant Botvinnik) et à Nottingham (ex æquo avec Botvinnik, devant Euwe, Fine, Reshevsky, Alekhine, Flohr et Lasker). En 1938, il réalisa un des plus mauvais tournois de sa carrière : le tournoi AVRO remporté par Fine et Kéres, où il finit avant-dernier.

Capablanca était marié à doña Gloria Simoni Betancourt. En 1937, ils divorcèrent et le 20 octobre 1938, Capablanca épousa à New York Olga Clark (née le 23 septembre 1898 en Géorgie).

Après avoir remporté la médaille d’or individuelle à l’olympiade d’échecs de 1939 à Buenos Aires, devant Alekhine, Capablanca se retira de la scène internationale en 1939 sur les conseils de ses médecins. Il souffrait d’hypertension artérielle. Il eut une attaque le 7 mars 1942 et mourut le 8 au matin au Mount Sinai Hospital (New York).

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.