José de Ribera, peintre et graveur.

José de Ribera, né le 12 janvier 1591 à Xàtiva et mort le 2 septembre 1652 (à 61 ans) à Naples, dit lo Spagnoletto (« l’Espagnolet ») en raison de sa petite taille ou Jusepe Ribera en italien, est un peintre et graveur espagnol de l’ère baroque. Il est l’un des représentants du ténébrisme et de l’école napolitaine.


Né à Xàtiva et issu d’une famille modeste, il s’installe très jeune en Italie. Sa première œuvre daterait de 1611, Saint Martin partageant son manteau, aujourd’hui disparu1. Il peint à Rome une première série des Cinq Sens, dont ont été conservés quatre tableaux ainsi qu’une copie du cinquième. Rien n’est connu de ses années de formation.

José de Ribera, carte maximum, Cook.

Arrivé à Naples, en 1616, à l’âge de 25 ans, il est le protégé du vice-roi espagnol, le duc d’Osuna, pour qui il peint plusieurs tableaux conservés à la Collégiale d’Osuna (près de Séville), dont Saint Sébastien et le Calvaire. Il y acquiert une brillante réputation et peut ainsi rencontrer de nombreux artistes de passage, notamment son compatriote Diego Vélasquez qui lui achète plusieurs toiles pour le roi Philippe IV d’Espagne en 1629, puis, à nouveau en 1649, pour le palais de l’Escurial.

Ribera épouse Catalina de Azzolino, fille d’un peintre, avec laquelle il a cinq enfants.

À l’aube du XVIIe siècle, le chiaroscuro du Caravage (1610) et l’apparente sobriété de moyens de ses œuvres séduisent de nombreux artistes, parmi lesquels José de Ribera. Ses débuts en peinture sont empreints de ténébrisme caravagesque, mais alors que Le Caravage donne beaucoup d’intensité au tableau à travers de forts contrastes de clair-obscur et le dynamisme des attitudes, chez l’Espagnol, le clair-obscur sert à donner un certain mystère à l’œuvre, sans diminuer la sérénité et l’équilibre de la scène.

José de Ribera, carte maximum, Espagne, 1959.

De cette première époque, on relève ses quatre tableaux religieux d’interprétation prophétique et d’une extraordinaire magnificence : Saint Jérôme, Saint Sébastien soigné par les Saintes Femmes, les tableaux à thème mythologique sont également importants : Sileno borracho (Silène ivre). On remarque la vision ascétique de l’artiste dans les représentations des prophètes, apôtres, saints, etc. : Saint Paul Ermite, Saint Roch, Saint André, Saint Jacques le Majeur ainsi que son réalisme dans les descriptions des différents martyres.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.