José de Espronceda, poète.

José de Espronceda, de son nom complet José Ignacio Javier Oriol Encarnacion de Espronceda y Delgado (Almendralejo, 25 mars 1808 – 23 mai 1842) est l’un des principaux poètes romantiques espagnols du XIXe siècle.


Dans sa jeunesse, il créa avec ses amis Ventura de la Vega et Patricio de la Escosura une société secrète appelée los Numantinos qui complotait contre Ferdinand VII et voulait venger la mort de Rafael del Riego. Il fut emprisonné dans un monastère pour cela. Ensuite, il quitta l’Espagne et vécut à Lisbonne, en Belgique, en France, en Angleterre et aux Pays-Bas. À son retour en Espagne, en 1833, il s’impliqua dans des mouvements d’extrême gauche. Esponceda est aussi connu pour sa relation passionnée avec Teresa Mancha, qui lui inspira le “Canto a Teresa” (dans El diablo mundo).

Esproncéda, carte maximum, Espagne.

Son professeur Alberto Lista l’encouragea à commencer une carrière littéraire ; durant sa détention au monastère, il commença donc l’ode historique El Pelayo, qu’il ne devait jamais terminer. Par la suite, il écrivit le roman Sancho Saldaña. Peuvent aussi être cités El estudiante de Salamanca et El diablo mundo, deux longs poèmes lyriques également inachevés, A Jarifa en una orgia, El Verdugo, Canción del cosaco, La canción del pirata, et Himno al sol. Ses œuvres permettent de le classer parmi les romantiques, et de fait, avec José Zorrilla, il est considéré comme l’un des principaux poètes romantiques espagnols, et comme le plus rebelle.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.