John Galsworthy, romancier et dramaturge.

John Galsworthy (Kingston Hill, 14 août 1867 – Hampstead, 31 janvier 1933) est un romancier et dramaturge britannique. Il est lauréat du prix Nobel de littérature en 1932.


Issu d’une famille aisée, il étudie le droit à Oxford. Diplômé en 1890, il ne pratique cependant pas. En effet, l’amitié qui le lie à Joseph Conrad le  pousse à écrire.

Il publie d’abord quelques courts récits sous le pseudonyme de John  Sinjohn. S’intéressant à l’écriture dramatique, il se lance dans l’écriture d’une première pièce de théâtre, The Silver Box (1906), qui devient un succès. Il la fait suivre immédiatement du roman Le Propriétaire (The Man of Property, 1906), premier volume de la Histoire des Forsyte (The Forsyte Saga), son œuvre la plus connue. Cet ensemble de neuf romans et plusieurs nouvelles forme le cycle romanesque imposant, dont les titres sont publiées entre 1906 et 1933. L’ensemble constitue une fresque de la société britannique à la fin de l’époque victorienne et abordant les premières décennies du XXe siècle, racontée à travers l’histoire d’une famille, les Forsyte, sur quatre générations. Histoire des Forsyte, aussi traduite en français sous le titre La Dynastie des Forsyte, se compose de trois trilogies (dont la dernière en partie posthume) et d’un recueil de nouvelles. Le cycle des Forsyte a donné lieu à une célèbre mini-série de la BBC en 1967 : La Dynastie des Forsyte, avec Eric Porter, Nyree Dawn Porter, Kenneth More et Susan Hampshire.

Outre les récits liés aux Forsyte, Galsworthy fait paraître plusieurs autres romans, dont The Island Pharisees (1904), et de nombreuses pièces de théâtre, dont les plus célèbres sont Strife (1909) et The Skin Game (1920).

Il est lauréat du prix Nobel de littérature en 1932.

L’année suivante, il meurt d’une tumeur au cerveau dans sa maison à Hampstead. Il repose aujourd’hui au cimetière de Highgate de Londres aux côtés de son épouse décédée en 1956.

Galsworthy, entier postal, Russie.

Une bonne part de son œuvre recèle un commentaire social caustique, dénonçant tout particulièrement la rigidité du système des classes en Angleterre. Sensible à l’évolution nécessaire du statut de la femme en société, l’épouse, spoliée dans ses droits et ses aspirations et contrainte à subir un mariage malheureux, est également un autre de ses thèmes récurrents.

Plusieurs des traductions des œuvres de Galsworthy sont l’œuvre de la romancière française Camille Mayran.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.