Johann Strauss II, compositeur.

Johann Strauss II, dit Johann Strauss fils (Johann Strauss Sohn) ou Johann Strauss le jeune, est un compositeur autrichien né le 25 octobre 1825 à Vienne et mort le 3 juin 1899 dans la même ville.

On lui doit en particulier de la musique de danse et des opérettes. Il a composé plus de 500 valses, polkas, quadrilles, et d’autres types de musique de danse, ainsi que plusieurs opérettes et un ballet. Surnommé « Le roi de la valse », il est responsable de la popularité de la valse à Vienne au cours du XIXe siècle.

Johann Strauss II, entier postal, Autriche.

Ses deux jeunes frères, Josef et Eduard Strauss, également compositeurs de musique légère, n’ont jamais eu la notoriété de leur frère aîné. Parmi ses œuvres les plus célèbres, on peut citer Le beau Danube bleu, La Valse de l’empereur, les Histoires de la forêt viennoise et la Tritsch-Tratsch-Polka. Parmi ses opérettes, La Chauve-souris et Le Baron tzigane sont les plus connues.


La famille Strauss est originaire de Basse-Autriche. Fils aîné du compositeur Johann Strauss et de Maria Anna Streim, Johann Strauss II a cinq frères et sœurs : Josef (né en 1827), Anne (née en 1829), Thérèse (née en 1831), Ferdinand (né en 1834 mais qui ne vécut que 10 mois) et Eduard (né en 1835). Il naît à St Ulrich près de Vienne (aujourd’hui une partie de Neubau), le 25 octobre 1825. Son arrière-grand-père paternel était un juif hongrois. Ce fait sera dissimulé par les Nazis, qui soutenaient Strauss dont la musique, disaient-ils, était « aussi allemande ». Son père ne veut pas qu’il devienne musicien et le destine à une carrière de banquier. Néanmoins, Strauss junior étudie très tôt en secret le piano avec Vencelas Plachy et le violon avec le premier violoniste de l’orchestre de son père, Franz Amon. Il est à peine âgé de six ans lorsqu’il compose sa première valse. Quand son père découvre que son fils pratique le violon, il le punit sévèrement en lui donnant le fouet. Il semble que, quoiqu’en disent certaines légendes, plutôt que d’essayer d’éviter une rivalité musicale avec son fils, Strauss père veut seulement que son fils échappe aux rigueurs de la vie d’un musicien.

Ce n’est que lorsque le père abandonne, en 1842, sa famille pour sa maîtresse, Émilie Trampusch, que le fils, qui a 17 ans, peut se concentrer pleinement sur une carrière de compositeur avec le soutien de sa mère qui divorce en 1844.

Strauss Il poursuit l’étude du violon avec Anton Kohlmann1 et étudie la théorie et la composition avec Joseph Drechsler. Il étudie également le contrepoint et l’harmonie avec le professeur et théoricien de la musique Joachim Hoffmann9, qui possède une école privée. C’est pendant cette période qu’il compose sa seule œuvre sacrée, le graduel Tu qui regis totum orbem (1844). Son autre professeur de violon, Anton Kollmann, qui est répétiteur de ballet de l’Opéra de Cour de Vienne, nous a laissé d’excellents témoignages à son sujet. Avec les recommandations de ses professeurs, il s’approche des autorités viennoises et obtient une Musiklicenz (permis officiel de donner des concerts publics) bien qu’il n’ait pas encore atteint la majorité. Il forme un petit orchestre dont il recrute les membres à la taverne Zur Stadt Belgrad, où les musiciens cherchant du travail peuvent être embauchés facilement.

En septembre 1844, avec sa formation de 24 musiciens, Strauss II fait ses débuts au casino Dommayer à Hietzing et présente un programme qui comporte six de ses compositions ainsi que des nouvelles valses de son père. On y entend notamment les valses Sinngedichte (Épigramme), Gunstwerber et la polka Herzenslust. La prestation remporte un tel succès — les Valses, op. 1 sont bissées à 19 reprises — qu’il est aussitôt considéré comme le grand rival de son père. Celui-ci refuse de jouer au casino de Donmayer, qui avait vu ses premiers succès.

Malgré ce début en fanfare, les débuts de Strauss comme compositeurs sont difficiles les premières années, mais il a rapidement séduit le public après avoir accepté des contrats en dehors de Vienne. Il part en tournée en Europe et en Amérique du Nord. Le premier poste majeur pour le jeune compositeur est sa nomination comme Kapellmeister du 2e régiment des citoyens de Vienne, qui est resté vacant après le décès de Joseph Lanner deux ans auparavant.

En 1846, Johann Strauss père est nommé directeur des bals de la Cour d’Autriche au château de Schönbrunn, tandis qu’en 1848, Johann fils est nommé chef de la musique municipale de Vienne.

Vienne est secouée par la révolution de 1848 et la rivalité intense entre le père et le fils Strauss est devenue beaucoup plus évidente. Johann fils décide de s’associer aux révolutionnaires. Cette décision est professionnellement désavantageuse, car la royauté autrichienne lui refuse par deux fois le poste très convoité de KK Hofballmusikdirektor, créé spécialement pour Johann I en reconnaissance de ses contributions musicales. En outre, le jeune Strauss est également arrêté par les autorités viennoises pour avoir joué publiquement La Marseillaise. Il est ensuite acquitté. Strauss père reste fidèle à la monarchie et compose sa Marche de Radetzky, op. 228, consacrée au maréchal Joseph Radetzky von Radetz et qui deviendra l’une de ses compositions les plus connues.

Lorsque Strauss I meurt d’une scarlatine à Vienne en 1849, son fils fusionne les deux orchestres et part dans de nouvelles tournées. Plus tard, il compose un certain nombre de marches patriotiques dédiées à l’empereur François-Joseph Ier, comme la Kaiser Franz-Josef Marsch, op. 67 et la Kaiser Franz Josef Rettungs Jubel-Marsch, op. 126, probablement pour s’attirer les bonnes grâces du nouveau monarque, monté sur le trône autrichien après la révolution de 1848.

La renommée de Strauss fils dépasse finalement celle de son père. Il devient l’un des compositeurs de valses les plus populaires de l’époque. Il part en tournée en Autriche-Hongrie, en Pologne et en Allemagne avec son orchestre. Strauss postule au poste de Hofballmusikdirektor (directeur de la musique de bal de la Cour). Il l’obtient finalement 1863, après plusieurs tentatives infructueuses dues à ses démêlés avec les autorités locales. Avec ses musiciens, il visite Paris, Berlin, Londres, Saint-Pétersbourg et les États-Unis, obtenant partout d’énormes succès.

En 1853, en raison de sollicitations mentales et physiques constantes, Strauss subit une dépression nerveuse9. Sur les conseils des médecins, il prend sept semaines de vacances à la campagne pendant l’été de cette année. Son jeune frère, Josef, qui a quitté sa carrière d’ingénieur, prend la direction de l’orchestre de Johann pendant cette période.

En 1855, Strauss accepte des commandes de la direction de la compagnie ferroviaire de Tsarskoye-Selo de Saint-Pétersbourg pour jouer en Russie, l’année suivante, au pavillon Vauxhall à Pavlovsk. Il se produira en Russie tous les ans jusqu’en 1865.

Dans les années 1870, Strauss, avec son orchestre, visite les États-Unis, où il participe au Festival de Boston à l’invitation du chef d’orchestre militaire Patrick Gilmore. Il dirige un Monster Concert réunissant, au World’s Peace Jubilee and International Musical Festival plus de 1 000 musiciens. Il y interprète, entre autres sa valse Le Beau Danube bleu, avec un succès considérable.

Strauss épouse la cantatrice Henrietta Treffz le 27 août 1862 et abandonne la baguette de chef d’orchestre à ses frères cadets Josef et Eduard, eux-mêmes auteurs de valses et de polkas. Henrietta incite son mari à se lancer dans le répertoire lyrique. Après deux premiers essais en 1871 (Indigo und die 40 Räuber) et 1873 (Der Karneval in Rom), Strauss compose en 1874 ce qui est considéré aujourd’hui comme son chef-d’œuvre : Die Fledermaus (La Chauve-Souris).

Henrietta meurt le 8 avril 1878 à 59 ans. Strauss épouse six semaines plus tard l’actrice Angelika Dittrich mais des dissensions, tant sur le plan privé que professionnel, naissent rapidement et le couple finit par divorcer. L’Église catholique refusant l’annulation du mariage, Strauss se convertit au protestantisme et devient citoyen du duché de Saxe-Cobourg et Gotha en janvier 1887. Il épouse Adele Deutsch en août de la même année. Celle-ci va se montrer d’un soutien précieux dans la composition de ses dernières œuvres majeures comme l’opérette Waldmeister et la Kaiserwalzer (Valse de l’Empereur).

Strauss contracte une pneumonie et, le 3 juin 1899, il meurt à Vienne, à l’âge de 73 ans. Il est enterré dans le Cimetière central de Vienne. Au moment de mourir, il composait encore un ballet, Aschenbrödel.

À la suite des efforts de Clemens Krauss qui a présenté un programme spécial tout-Strauss en 1929 avec l’Orchestre philharmonique de Vienne, la musique de Strauss est régulièrement interprétée au Concert du nouvel an à Vienne. Parmi les chefs de ce concert, Willi Boskovsky, continuait la tradition de conduire avec le violon en main. Parmi les chefs les plus célèbres, on peut retenir Herbert von Karajan, Carlos Kleiber, Lorin Maazel, Zubin Mehta, Riccardo Muti et plus récemment le jeune Gustavo Dudamel (2017). De plus, le Wiener Johann Strauss orchester, formé en 1966, rend hommage à la famille Strauss lors de ses tournées dans le monde entier. En 1987, le violoniste et chef hollandais André Rieu a également créé un orchestre Johann Strauss.

Deux musées à Vienne sont consacrés à Johann Strauss II. Sa résidence dans la Praterstrasse où il a vécu dans les années 1860 fait maintenant partie du Vienna Museum. Le Museum der Johann Strauss Dynastie est consacré à toute la famille en mettant l’accent sur Johann Strauss II.

Au Stadtpark de Vienne est édifié le monument dédié à Johann Strauss avec une statue en bronze doré de Edmund Hellmer (1921). Lors de l’inauguration de la statue, Arthur Nikisch dirige les valses Künstlerleben, An der schönen blauen Donau et Wein, Weib un Gesang. Lors du centenaire de la naissance de Strauss, le 25 octobre 1925, Felix Weingartner consacre un concert au musicien.

Voir aussi cette vidéo : (en anglais)

Sources : Wikipédia, YouTube.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.