Johann Josef Loschmidt, physicien et chimiste.

Johann Josef Loschmidt, né le 15 mars 1821 à Počerny, village de Bohême proche de la célèbre station thermale de Carlsbad ou Karlovy Vary, et mort le 8 juillet 1895 à Vienne, était un physicien et chimiste autrichien. On lui doit les premières modélisations moléculaires à l’occasion desquelles il introduit les symboles des double et triple liaisons ainsi que la possibilité de l’existence de molécules cycliques et hétérocycliques. Il a réalisé la première détermination du nombre d’Avogadro qui sera affinée par James Clerk Maxwell, puis par Jean Perrin. Par sa rigueur intellectuelle et par ses qualités humaines, il a eu une influence décisive sur Ludwig Boltzmann, son jeune collègue enseignant-chercheur à l’Institut de Physique de l’Université de Vienne.


Josef Loschmidt (il n’emploiera que son deuxième prénom) était originaire la région des Sudètes qui faisait partie de l’Empire Austro-Hongrois et qui, à l’heure actuelle, constitue la Région de Karlovy Vary en République tchèque. Il est né dans une famille d’agriculteurs pauvres. Sur recommandation de l’abbé Adalbert Czech, il est scolarisé, entre 1833 et 1837, au monastère piariste de Schlackenwerth (Ostrov nad Ohří, en tchèque), près de Prague. Il peut ensuite s’inscrire à l’Université Charles de Prague en 1839 pour y étudier la philosophie et les mathématiques. Il arrive dans cette université en même temps que son professeur de philosophie, Franz Serafin Exner qui sera son second mentor. Ce dernier lui suggère d’appliquer les méthodes mathématiques aux problèmes psychologiques. Bien que ce projet échoue, Loschmidt devient un bon mathématicien. En 1841, il s’inscrit à l’Institut de Polytechnique de Vienne dont il sort, en 1846, avec un diplôme de chimie et de physique équivalent à la licence.

Ne parvenant pas à obtenir un poste universitaire, il fonde, avec un ami, une société de fabrication de nitrate de potassium à Vienne. Mais la société fait faillite en 1849. Il fait divers métiers en Styrie, en Bohême, et en Moravie avant de revenir à Vienne. En 1856, il devient professeur dans une école secondaire viennoise où il enseigne les mathématiques, la physique, la chimie et la comptabilité, tout en commençant ses recherches en chimie. En 1866, Josef Stefan, percevant l’importance de ses projets, lui ouvre les portes de l’Institut de Physique.

C’est à l’Institut de Physique de la rue Erdberg, dirigé par Josef Stefan, à l’université de Vienne qu’il rencontre, entre 1866 et 1869, son jeune collègue Ludwig Boltzmann, qui devient son ami et sur qui il exerce une grande influence. Loschmidt est nommé professeur-assistant en 1868. Un doctorat honoraire lui est conféré en 1869 ce qui lui permet d’accéder à la chaire de chimie physique en 1872 et de prendre la direction du Laboratoire de Chimie physique en 1875. En 1877 il est élu Doyen de la Faculté. Il est élu membre de l’ Académie autrichienne des sciences.

En 1887, à l’âge de 66 ans, Josef Loschmidt épouse Karoline Mayr (1846-1930), sa femme de ménage de longue date. Peu de temps après, naît Josef, «notre enfant unique» (inscription sur la pierre tombale), décédé en 1898, trois ans après son père. Cependant, le quatrième et dernier nom figurant sur la pierre tombale est celui d’une “Karoline Mayr (1885-1950), qui est donc née deux ans avant leur fils Josef. La tombe de la famille Loschmidt se trouve dans le cimetière central de Vienne.

Josef Loschmidt prend sa retraite de professeur en 1891. Il meurt à Vienne en 1895. Ludwig Boltzmann prononce son éloge funèbre devant l’Académie des sciences. Il évoque ses deux mentors: Josef Stefan et Josef Loschmidt:

« Parce qu’ils étaient sans prétention aucune, de par leur simplicité et leur modestie, ils se ressemblaient beaucoup. Ils n’essayaient jamais de faire montre de leur supériorité intellectuelle. Pendant les longues années que je passai auprès d’eux, d’abord comme étudiant, puis comme assistant, ils me traitèrent toujours comme un ami. Leur sérénité olympienne et leur humour si fin, qui faisaient des discussions les plus âpres un divertissement ludique pour les étudiants, me marquèrent au point d’influencer ma manière d’être. »

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.