Johann Heinrich Pestalozzi, pédagogue éducateur et penseur.

Johann Heinrich Pestalozzi, né le 12 janvier 1746 à Zurich et mort à Brugg le 17 février 1827, était un pédagogue éducateur et penseur suisse, pionnier de la pédagogie moderne. Il est connu pour avoir cherché à appliquer les principes de l’Émile de Rousseau, ensemble de théories novatrices sur l’éducation et la pédagogie publié en 1762. Pestalozzi influença le philosophe Fichte, qui voulut intégrer la pédagogie à la philosophie transcendantale de la liberté. Il fut proclamé citoyen français par l’Assemblée législative le 26 août 1792.


Influencé par les idées de Jean-Jacques Rousseau, il voue sa vie à l’éducation des enfants pauvres. En 1798, la Bataille de Stockach a laissé derrière elle de multiples orphelins. C’est pour cette raison que Johann Heinrich Pestalozzi a été appelé afin de former un orphelinat. Par la suite, il va chercher à éduquer et former tous les enfants qui sont en sa présence, même s’ils refusent au départ cette éducation. Il pense une école à laquelle les parents devront envoyer leurs enfants, dispensant des premiers apprentissages et mettant en œuvre une pédagogie active, en lien avec les

besoins environnants des enfants et la profession à laquelle ils sont promis. Les diverses écoles qu’il fonde — notamment à Stans, Berthoud et Yverdon-les-Bains — servent de modèles dans toute l’Europe. Ses méthodes d’éducation, concrètes et directes, fondées sur le développement progressif de toutes les facultés, sont exposées dans ses ouvrages, dont le roman humanitaire Léonard et Gertrude (1781-1787) et l’essai Comment Gertrude instruit ses enfants (1801). En 1782 il est affilié aux Illuminés de Bavière sous le nom d’Alfred.

De 1804 à 1825, Pestalozzi réside à Yverdon où il fonde un institut pour les jeunes gens, un institut pour les jeunes filles, un institut pour les sourds-muets et un institut pour les enfants pauvres. Il eut comme élève Allan Kardec.

Pestalozzi, élu président de la Société helvétique, écrit pour elle ses deux derniers opuscules : Discours prononcé à Langenthal le 26 avril 1826 et Essai d’une esquisse de ce qui constitue l’idée de l’éducation élémentaire.

Ses principes éducatifs sont :

  • présenter l’aspect concret avant d’introduire les concepts abstraits ;
  • commencer par l’environnement proche avant de s’occuper de ce qui est distant ;
  • faire précéder d’exercices simples les exercices compliqués ;
  • procéder graduellement et lentement.

Sa méthode se déploie dans trois directions: la tête, le cœur et la main, mis en parallèle avec trois verbes : connaître, vouloir, apprendre.

Sa pédagogie reste ancrée dans les domaines agricoles et professionnels et elle préconise l’enseignement mutuel. Les progrès qu’il a pu réaliser se situe sur des plans moraux et humains et non sur des plans économiques.

Son nom a été donné au village d’enfants Pestalozzi à Trogen.

 

 

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.