Jean Sibelius, compositeur.

Jean Sibelius (Johan Sibelius en finnois), né le 8 décembre 1865 à Tavastehus, dans le grand-duché de Finlande, et mort le 20 septembre 1957 à Järvenpää, près d’Helsinki, est un compositeur finlandais de musique classique. Il est, avec Johan Ludvig Runeberg, l’un des Finlandais qui symbolisent le mieux la naissance de l’identité nationale finlandaise.


Johan Julius Christian Sibelius (Janne pour ses amis et Jean en français, pour son activité musicale) naît dans un chalet à Hämeenlinna (Tavastehus en suédois) au nord d’Helsingfors, dans une famille parlant le suédois.

Jean Sibelius est le fils du médecin Christian Gustaf Sibelius et de Maria Charlotta Sibelius née Borg. Le nom de famille provient de la succession Sibbe en Uusimaa qui était détenue par son arrière grand-père paternel. Le père de Sibelius est mort du typhus en juillet 1868, laissant des dettes importantes. En conséquence, la mère de Jean qui était de nouveau enceinte, a dû vendre leurs biens et aller avec sa famille dans la maison de Katarina Borg, sa mère veuve, qui vivait également à Hämeenlinna.

Sibelius a été par conséquent élevé dans un environnement féminin, la seule influence masculine venant de son oncle, Pehr Ferdinand Sibelius, qui était intéressé par la musique, surtout le violon. C’est cet oncle qui a donné au garçon un violon quand il était âgé de dix ans, et qui plus tard, l’a encouragé à maintenir son intérêt pour la composition. Pour Sibelius, l’oncle Pehr non seulement a pris la place d’un père, mais d’un conseiller musical. En 1870, le tout jeune Jean reçoit ses premières leçons de piano d’une tante, Julia Sibelius. C’est au contact de son oncle Pehr, violoniste amateur, qu’il découvre l’instrument pour lequel il écrira un célèbre concerto et de nombreuses pièces avec orchestre, le violon. À dix ans il écrit au piano sa première œuvre Gouttes d’eau. En 1876, dans un contexte politico-social qui promeut la culture finnoise, ses parents l’inscrivent dans une école où les cours sont en finnois. Il poursuit ensuite sa scolarité au lycée normal de Hämeenlinna jusqu’en 1885.

Sibelius, carte maximum, Roumanie.

Jean Sibelius, son frère et sa sœur jouant de la musique de chambre.
C’est pendant cette période, vers 1880, qu’il entreprend d’étudier sérieusement la musique. Il prend ses premiers cours de violon avec le chef de la musique militaire Gustav Leander ; ayant acquis une certaine technique, il se met à jouer de la musique de chambre avec son frère et sa sœur et dès 1883 s’essaie à la composition avec un trio.

Il fait une rencontre importante avec le virtuose du piano Ferruccio Busoni qui impressionne tant Sibelius qu’il renonce définitivement à l’idée de devenir un jour soliste virtuose du violon. Étudiant en droit peu studieux à l’université impériale Alexandre d’Helsingfors, il s’inscrit à l’institut de musique de Martin Wegelius (qui sera rebaptisé Académie Sibelius en 1939) en classe de violon où il suit les cours de Mitrofan Vassiliev. Sibelius dès lors se tourne définitivement vers sa passion, la musique. Il compose sa première œuvre d’importance, un quatuor en la mineur qui récolte un succès certain lors d’un concert public.

Il travaille aussi l’harmonie avec Wegelius, mais faute de classe d’orchestration, Sibelius reste encore cantonné dans un environnement de musique de chambre. Il se rend à Berlin pour étudier avec Albert Becker de 1889 à 1890 ; il a l’occasion d’écouter les concerts du grand chef d’orchestre allemand Hans von Bülow qui joue Richard Strauss et Antonín Dvořák ; dans cette ville, qu’il trouve trop bruyante, il compose un quintette pour piano et cordes. De retour en Finlande, il écrit son quatuor à cordes en si bémol majeur. L’année suivante, il part pour Vienne pour travailler avec Karl Goldmark de 1890 à 1891.

Il sollicite une entrevue avec Brahms qui ne répond pas. C’est la révélation de la musique d’Anton Bruckner, avec sa troisième symphonie, qui sera le fait marquant de ce voyage. L’année 1890 marque un tournant dans sa vie de compositeur. Il compose ses premières œuvres pour orchestre : une simple ouverture, certes imparfaite, mais avec « beaucoup de bonnes choses » selon l’avis de son professeur et une scène de ballet. Il s’intéresse de plus en plus aux mythes et légendes finlandaises comme le Kalevala écrit par Elias Lönnrot et s’oriente dès lors de plus en plus vers un art authentiquement finlandais dans ses racines et ses références nationales, « tout ce qui est finlandais m’est donc sacré, le monde primitif finlandais a pénétré ma chair et mon cœur » écrit-il à Aino.

Il travaille à sa première composition symphonique Kullervo. Il échoue à devenir violoniste dans l’Orchestre philharmonique de Vienne. De retour à Helsingfors en 1892, il épouse Aino Järnefelt et compose ses premiers Lieder. L’année suivante, il écrit son premier poème symphonique En saga teinté de couleurs d’Islande, quelques pièces pour piano dont la sonate en fa majeur op. 12 et des impromptus.

Sibélius, entier postal, Roumanie.

C’est à cette époque que se manifeste un penchant pour la boisson. En 1893, il s’attelle à un projet d’opéra La Construction du bateau dont le livret s’inspire du Kalevala. « Trop lyrique, pas assez dramatique » jugeront certains9, le projet sera abandonné. Il écrit une musique de scène Karelia en hommage à la Carélie, province peu industrialisée et sauvage, berceau de nombreux chants populaires. En 1894, il se rend à Bayreuth pour écouter la musique de Richard Wagner : le choc artistique est fort. Subjugué par Parsifal et Tristan et Isolde, il est dans un premier temps conquis par le génie wagnérien puis s’en détache pour finalement se rapprocher de l’univers musical de Franz Liszt tel qu’il se traduit dans la Faust-Symphonie. En 1895, de retour en Finlande, après un détour par l’Italie, il compose une œuvre orchestrale d’envergure, la suite Lemminkäinen op. 22 dont l’une des parties, « Le Cygne de Tuonela », devait connaître un succès immense.

En 1896, il compose le seul opéra de sa carrière, en un acte, La Jeune Fille dans la tour qui ne sera joué que trois fois à Helsingfors. Bien que plébiscité, il échoue à obtenir le poste de professeur de musique à l’université d’Helsingfors à la suite de l’intervention du chef d’orchestre finlandais Robert Kajanus auprès de l’administrateur russe à Saint-Pétersbourg. Le commentaire du jury ne laisse aucun doute à ce sujet : « en la personne de Sibelius est donné à notre pays un musicien dont le riche talent dépasse tout ce que notre musique a pu produire jusqu’ici ». En 1897, il compose la musique de scène pour la pièce le Roi Christian II.

De retour à Berlin au printemps 1898, il signe un contrat avec le célèbre éditeur allemand Breitkopf & Härtel. En août, le tsar Nicolas II publie le Manifeste de février qui prive le grand-duché de Finlande de tout droit à l’autonomie. En réaction, Sibelius compose le Chant des Athéniens dans lequel la Russie est comparée aux Perses primitifs de l’Antiquité.

En 1899, il fait jouer sa première symphonie op. 39 qui reçoit un accueil triomphal. Sa musique opère pour la première fois une synthèse réussie entre son style « primitif » et les exigences de la symphonie postromantique. La police tsariste accentuant sa répression en instaurant la censure et en supprimant des journaux, la riposte s’organise autour d’une Célébration pour la presse, spectacle chorégraphique pour lequel Sibelius écrit une musique de scène en 7 tableaux. Afin de présenter une musique emblématique de la Finlande à l’exposition universelle de 1900, Sibelius en reprend des extraits pour composer Finlandia. Début 1901, il s’installe avec sa famille en Italie où il travaille sa deuxième symphonie op. 43. Il fait la rencontre d’Antonín Dvořák et de Richard Strauss au festival de Heidelberg. La rencontre est des plus amicales, Sibelius note « il s’est montré très aimable et m’a parlé de ses œuvres avec la plus grande franchise ».

L’année suivante, en 1902, l’exécution de la deuxième symphonie obtient un vrai triomphe public. Puis il s’attelle à l’une de ses œuvres emblématiques, son Concerto pour violon et orchestre op. 47, enchaîne avec une musique de scène Kuolema (la mort), qui contient la célèbre « Valse triste ». En 1903 pour échapper à l’atmosphère pesante de la capitale, il se fait construire une villa au nord d’Helsinki qu’il baptise du nom de sa femme Ainola et où il s’installe définitivement avec sa famille quelques mois plus tard. Ses problèmes avec l’alcool ne s’estompent pas. Il confie à son frère Christian « tu vois, mon penchant pour la boisson a des racines très profondes et très dangereuses ». En février 1904, il dirige son concerto pour violon qui reçoit initialement un accueil public plutôt chaleureux mais devant le peu de succès rencontré lors des représentations suivantes, Sibelius décide de le réviser. Le Grand-duché de Finlande, qui appartient à l’Empire russe depuis 1809, est, à partir de 1898, sous la coupe autoritaire du gouverneur général du duché, le général russe Nikolaï Bobrikov dont les pouvoirs en 1903 ont pris une forme absolutiste. En juin, ce dernier est assassiné par un jeune patriote finlandais Eugen Schauman pour lequel Sibelius écrira en 1909 une marche funèbre In memoriam.

Sa deuxième symphonie suscite à Berlin l’année suivante des réactions plutôt contrastées tandis que sa nouvelle composition Pelléas et Mélisande d’après Maurice Maeterlinck rencontre un franc succès. C’est l’heure de la découverte des œuvres de ses contemporains. Il s’émerveille devant la musique de Claude Debussy, se passionne pour Arnold Schönberg, s’enthousiasme pour le grand orchestre de Richard Strauss. En octobre, son concerto pour violon dans sa version définitive est donné à Berlin avec Richard Strauss à la direction. Si la critique est favorable, l’accueil du public est en revanche plutôt réservé. Il enchaîne avec une nouvelle œuvre inspirée du Kalevala, La Fille de Pohjola op. 49 suivie en 1907 de la troisième symphonie qui ne suscite pas d’enthousiasme populaire.

Sa rencontre amicale avec Gustav Mahler, qui apprécie sa musique, met en lumière deux visions de la musique radicalement différentes. Pour Gustav Mahler, la musique doit embrasser tout l’univers, pour Sibelius en revanche, cela doit être le dépouillement, l’ascèse, l’expression rigoureuse de l’essentiel, l’art du non-dit et de l’aphorisme. En 1908, Sibelius, qui se remet difficilement d’une opération pour un cancer à la gorge, entame l’écriture d’un nouveau poème symphonique Chevauchée nocturne et lever de soleil puis termine l’année suivante son quatuor à cordes en ré mineur Voces intimæ, œuvre d’un caractère sombre et douloureux.

L’année 1910 verra naître une œuvre maîtresse de la musique moderne, fascinante et intemporelle, la quatrième symphonie op. 63, achevée en 1911. Partout où elle est jouée, c’est la réserve, l’incompréhension et même l’hostilité. En septembre, il achève une suite d’orchestre Scènes historiques où il reprend des thèmes d’une musique composée en 1899 en l’honneur de la presse finnoise. Il se rend à Berlin puis à Paris où sa musique reste encore peu jouée.

De retour chez lui en Finlande, il traverse une période de dépression; mais le printemps suivant, il se remet promptement à la tâche en terminant L’Amant, chanson pour cordes et timbales, et en travaillant sur la suite Scènes historiques II. Accablé depuis longtemps par les soucis financiers, il reçoit avec intérêt de l’académie de musique de Vienne l’offre pour un poste de professeur de composition. Finalement, il y renonce préférant se consacrer entièrement à l’écriture musicale.

Il n’a pas moins de deux symphonies en chantier, la cinquième et la sixième symphonie. Le 29 mars 1912, sont données en première audition les Scènes historiques, c’est un grand succès. Trois sonatines pour piano verront le jour peu après puis il part pour l’Angleterre où en octobre il dirige sa quatrième symphonie qui reçoit un accueil des plus enthousiastes.

À Helsingfors, en 1913, est joué son nouveau poème symphonique le Barde qui récolte les éloges tandis que sa quatrième symphonie boudée par les Viennois et l’Amérique est en revanche acclamée par le public finlandais. Durant l’été, il compose un ouvrage ambitieux de longue durée, une symphonie lyrique Luonnotar (fille de la nature) pour soprano et orchestre ; de la même année date Scaramouche écrit pour le Théâtre royal du Danemark.

Au printemps 1914, il se rend aux États-Unis à l’invitation de Horatio Parker qui lui commande une nouvelle œuvre pour le festival de musique de Norfolk les Océanides, c’est enfin le succès sans réserves et la reconnaissance outre-atlantique du « génie sibélien ». Consécration suprême, il est fait docteur honoris causa de l’université Yale. Un projet de grande tournée américaine est envisagé mais l’attentat à Sarajevo sonne le glas de la paix en Europe. C’est la Première Guerre mondiale et pour Jean Sibelius, quatre années d’isolement et de solitude.

Un voyage à Göteborg en 1915 sera l’une des rares occasions pour Sibelius de renouer le contact avec le monde extérieur et son public. Il travaille ardemment sur sa cinquième symphonie et c’est en apercevant des cygnes voguer sur un étang qu’il trouve, tout exalté par sa découverte, le thème du finale. Le 23 mai, sa fille aînée Eva14 donne naissance à une petite fille, et l’auteur de En saga devient grand-père. Le 15 août, il note dans son journal : « je suis si pauvre, si pauvre que je suis obligé d’écrire de petites pièces. »

Le 8 décembre 1915, la représentation de la cinquième symphonie à la bourse d’Helsingfors donne lieu à une soirée des plus officielles où Sibelius est unanimement reconnu comme le porte-flambeau de la musique finlandaise. À la suite de la défection américaine, les soucis d’argent s’aggravent et des amis parmi lesquels la chanteuse Ida Ekman organisent dans l’urgence une grande collecte nationale à son profit. Durant l’été 1916, il retravaille la cinquième symphonie et à sa première audition à Helsinki les critiques sont si vives qu’il décide de la réécrire ; entretemps il compose une musique pour la pièce de théâtre Everyman. Son penchant pour la boisson crée de telles tensions avec son épouse Aino qu’il envisage le divorce, mais en 1917, les bruits de la Révolution russe et les espoirs de liberté qu’elle fait naître pour les Finlandais occupent dès lors tous les esprits. À l’actif du compositeur s’ajoutent Humoresques et un cycle de mélodies op. 88.

La situation politique finlandaise se dramatise : les Gardes rouges pro-soviétiques sont prêts à en découdre avec les Gardes blancs nationalistes. Pour Sibelius, en composant une musique sur un texte de Heikki Nurmio, Jääkärien marssi (la Marche des chasseurs), la cause est entendue : la Finlande. Les événements se précipitent. Le 7 novembre 1917, le gouvernement de Kerenski à Moscou est renversé par un coup d’État communiste, les Soviets prennent le pouvoir et deviennent les nouveaux maîtres de l’Empire russe. Alors que le 15 novembre la Finlande annonce au nouveau pouvoir des Soviets sa volonté d’indépendance, le Parlement finlandais déclare être seul dépositaire du pouvoir suprême sur le pays. Le 6 décembre 1917, la Finlande est officiellement indépendante.

Le 18 décembre 1917, Sibelius écrit : « je suis malade et incapable de travailler, mais dans ma tête, j’ai la cinquième et sixième symphonie ». Déprimé, il pense un temps au suicide mais se ravise en pensant à Aino et aux enfants. En janvier 1918, les Gardes rouges s’emparent du pouvoir ; la censure est installée ; des troupes nationalistes ont attaqué des garnisons rouges, c’est la guerre civile, Sibelius est placé en résidence surveillée puis se réfugie chez son frère. C’est le temps du rationnement et Sibelius perd beaucoup de poids.

En avril 1918, les Gardes rouges sont vaincus, après les réjouissances de la liberté retrouvée, en ce printemps Sibelius s’active toujours sur la cinquième symphonie qui ne cesse d’être remaniée. Fin avril, après d’incessantes retouches et révisions, la symphonie est enfin achevée. En juin 1919, il part avec Aino au Danemark et au retour, sa cantate Sang Jordens est donnée à la nouvelle académie d’Åbo. En novembre, est jouée la cinquième symphonie, c’est le triomphe. Il s’empresse dès lors d’écrire la sixième symphonie. En 1920, il compose la Valse lyrique et durant l’été, dirige ses œuvres à la première foire industrielle de Finlande.

Reconnu dans la sphère anglo-saxonne comme l’un des compositeurs majeurs de ce début de siècle, les offres affluent. La Eastman School of Music aux États-Unis lui propose un poste de professeur et Londres le sollicite pour être chef d’orchestre invité. Il accepte cette dernière offre. Sur le plan matériel, pour ses cinquante-cinq ans, quelques patrons finlandais lui font un don de 19 000 marks. L’année suivante, il se rend à Berlin pour régler quelques menus détails de contrat avec son éditeur Breitkopf & Hartel puis fait une tournée réussie en Grande-Bretagne en y dirigeant ses grandes compositions. Il s’offre quelques moments de détente avec des amis en Norvège ; les concerts qu’il y donne sont chaudement salués, puis il rentre en Finlande.

Il compose, il dirige, participe à quelques soirées bien arrosées. Pour Sibelius, c’est un cycle perpétuel. Il termine la Valse chevaleresque au printemps 1920, il apprend que son frère Christian est atteint d’un mal incurable qui finalement l’emporte le 2 juillet.

En 1922, il devient franc-maçon et compose de la musique rituelle pour ses « frères » de loge. Il est un des membres fondateurs de la loge maçonnique « Suomi n°1 », il devient grand-organiste de la Grande Loge de Finlande. Il compose neuf pièces vocales et instrumentales assemblées sous le titre de Masonic Ritual Music op.133.

En décembre, on lui commande une Cantate de Noël, il décide en relisant des brouillons d’écrire un quatuor à cordes qu’il intitule Andante festivo. En 1938, il en tire un arrangement pour cordes et timbales. Début 1923, la sixième symphonie est enfin achevée et jouée devant un parterre d’auditeurs et de critiques conquis, il se rend à Stockholm où il est ovationné puis se rend à Rome où, amoindri et fatigué, il reçoit un accueil plutôt mitigé. En revanche, à Göteborg, il est acclamé par le public suédois.

Sibelius travaille à sa septième symphonie. Pour calmer ses mains tremblantes, il boit, suivant en cela les avis des médecins. Il achève la partition de sa symphonie au printemps 1924, qu’il dirige à Stockholm avec succès. Il apprend avec douleur la nouvelle de la mort de Ferrucio Busoni, puis après une tournée au Danemark, le tremblement de ses mains le force à envisager de mettre un terme à la direction d’orchestre.

À l’automne, il compose la Fantaisie symphonique. En 1925, l’éditeur Hansen et le Théâtre royal danois sollicitent Sibelius pour une musique d’accompagnement de la pièce la Tempête de William Shakespeare. Il y travaille activement et la première audition est présentée au printemps 1926. À l’occasion de ses soixante ans, est organisée une collecte nationale qui rapporte 275 000 marks à Sibelius, ajoutée à cela une pension d’État de 100 000 marks ; Sibelius est désormais à l’abri du besoin.

Au début de l’année 1926, l’Orchestre philharmonique de New York lui passe commande d’un poème symphonique d’une vingtaine de minutes. Ayant accepté, il part pour Rome afin de s’y consacrer. À l’automne, la commande est bouclée et elle s’appellera Tapiola. On la joue à New York où elle reçoit un accueil mitigé de la part des critiques. Début 1927, il écrit sa Massonic Ritual Music op. 113 (musique maçonnique) Pendant l’été, il met la touche finale à sa musique de scène pour La Tempête.

Il compose en 1946 deux pièces de musique rituelle maçonnique Veljesvirsi et Ylistyshymni pour chant et harmonium, qui sont ses toutes dernières compositions originales. En 1948, il réorchestre Skidspårt ensamt ett (une piste de ski solitaire) pour récitant, harpe et cordes. Ses contacts avec le monde extérieur peu à peu se raréfient sauf à l’occasion d’un festival de musique les semaines Sibelius à Helsinki au cours duquel il reçoit à Ainola quelques invités de marque comme les violonistes Yehudi Menuhin, Isaac Stern, les chefs d’orchestre Eugene Ormandy ou bien Thomas Beecham. À l’occasion de ses 85 ans, en décembre 1950, le président finlandais Juho Kusti Paasikivi lui fait l’honneur de se rendre en visite officielle chez lui à Ainola. En 1951 il écrit un arrangement de son op. 91b Marssi partiolaisten pour deux voix de femme et piano et en 1954 à l’âge de 89 ans il réarrange un cantique de Noël Julvisa pour chœur d’enfants et pendant l’été 1957, il dicte à Jussi Jalas21 la musique d’un arrangement sur Valitus kullervon pour baryton et orchestre. Le 20 septembre 1957, Jean Sibelius se retire définitivement dans le silence après une vie entière consacrée à composer de la musique.

Jean Sibelius épouse à Maxmo le 10 juin 1892 Aino Järnefelt (1871-1969) fille du général Alexander Järnefelt. Ils ont eu 6 filles : Eva (1893–1978), Ruth (1894–1976) qui a été actrice et a épousé Jussi Snellman, Kirsti (1898–1900), Katarina (1903–1984), Margareta (1908–1988) et Heidi (1911–1982) qui a été styliste et qui a épousé l’architecte Aulis Blomstedt.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.