Jean-Pierre Bloch, résistant et homme politique.

Jean Pierre-Bloch est un homme politique socialiste, résistant français de la Seconde Guerre mondiale et militant ardent contre le racisme, né le 14 avril 1905 à Paris où il est mort le 17 mars 1999.

Après avoir été membre du comité directeur de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) de 1934 à 1968, il en fut le président de 1968 à 1993, puis le président d’honneur jusqu’à sa mort.


Il est le fils de Georges Pierre-Bloch, chef d’entreprise, et de Reine Aboucaya, issue d’une famille séfarade d’Algérie.

Il fait ses études secondaires aux lycées Charlemagne et Henri-IV, puis s’oriente vers le journalisme militant, adhérant à la SFIO.

En 1929, Il est initié à la Franc-maçonnerie, au Droit Humain et rejoint, en 1932, le Grand Orient de France.

En 1930, il devient journaliste au Populaire, l’organe du parti socialiste.

En 1934, il est élu conseiller général du canton de Marle dans l’Aisne. Il prend l’habitude de mettre Pierre-Bloch sur ses affiches au lieu de Bloch, parce qu’un autre Bloch de droite existait dans la région ; il régularisera plus tard ce changement.

En 1935, il renforce son assise locale en devenant adjoint au maire de Laon puis en 1936, devient député de l’Aisne, le plus jeune député du Front populaire.

Parallèlement, il enquête sur les pogroms commis à Constantine : c’est le début de son engagement pour la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, qui l’occupera pour le restant de sa vie. En 1937, il devient membre du comité directeur de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) jusqu’en 1968, date où il sera élu à la présidence. De religion juive, il est particulièrement sensible au sort réservé aux juifs dans l’Allemagne d’hitlérienne. Il collabore alors aux quotidiens L’Ordre d’Émile Buré et Ce soir.

En 1938, Jean Pierre-Bloch est l’un des rares parlementaires à s’opposer aux accords de Munich. Il ne vote pas cependant contre ces accords le 4 octobre 1938. Dans ses mémoires, il souligne la division irréductible du groupe parlementaire de la SFIO entre Munichois et Antimunichois, la volonté d’un petit groupe de députés antimunichois (comprenant Bouhey, Camel, Lapie, Eugène Thomas, Izard, Guy, Lagrange, Vienot, Bloncourt et lui-même) d’« attaquer de front » leurs collègues avant le vote. Mais Léon Blum entend sauvegarder l’unité du parti et réussit à « enlever le vote du groupe ». Vincent Auriol a convoqué tous les récalcitrants. Pierre-Bloch écrit: « Nous sommes huit à refuser catégoriquement de nous plier. Le parti n’en tiendra pas compte et se livrera à une mascarade indigne d’une organisation démocratique. Effectivement, lors de la victoire de juin 1936, nous avions tous accepté le principe de la discipline de vote, chaque parlementaire signant tacitement un chèque en blanc au secrétaire général du groupe en vue d’une délégation de vote. Cet artifice servira à mêler nos voix à ceux des munichois. (…] Vincent Auriol se rend, avant le vote, à la questure et fait savoir qu’unanime le groupe votera la confiance. Ainsi tous les socialistes, à l’exception de Jean Bouhey, se retrouvent sous la bannière honteuse des munichois ». Pierre-Bloch s’estime « floué »; il évoque « une escroquerie commise à l’encontre des antimunichois ».

Jean-Pierre Bloch, carte maximum, Paris, 8/11/2001.

En 1939, il est engagé volontaire et est fait prisonnier le 23 juin 1940. Il ne peut donc pas participer au vote lorsque Pétain demande les pleins pouvoirs en juillet. Le 17 octobre, il s’évade du camp d’Essey-lès-Nancy et rejoint la Zone libre.

En février 1941, il rend visite à Léon Blum dans sa prison de Riom, puis rencontre Xavier Vallat pour protester contre les lois anti-juives, mais n’obtient rien. En mars, il est cofondateur du Comité d’action socialiste de la zone sud. En août, sur l’initiative de Max Hymans, il rencontre à Châteauroux Jacques Vaillant de Guélis, qui le recrute pour la section F du Special Operations Executive. En octobre, il organise, près de sa propriété de Villamblard en Dordogne, le premier comité de réception d’un parachutage combiné d’hommes et d’armes en France, qui a lieu dans la nuit du 10 au 11 octobre.

Le 20 octobre 1941, il est arrêté à Marseille alors qu’il transporte des fonds pour la Résistance et transféré à la prison de Périgueux, où il est détenu cinq mois, puis au camp de Mauzac dont il s’évade le matin du 16 juillet 1942, avec dix camarades. Il tente de rejoindre le Général de Gaulle à Londres, mais est arrêté en Espagne et passe de longs mois au camp de Miranda, dont il est tiré par le consul anglais.

Arrivé à Londres, il devient chef de la section non militaire du Bureau central de renseignements et d’action (BCRA). En 1943, transféré à Alger, Jean Pierre-Bloch devient commissaire adjoint à l’Intérieur. À ce titre, il contribue au rétablissement du décret Crémieux de 1870, qui avait fait citoyens français les Juifs d’Algérie et avait été abrogé par le régime de Vichy et maintenu par le général Giraud. Mais c’est en vain qu’il propose, une mesure similaire pour les Algériens musulmans.

Patriote exemplaire, il milite pour le châtiment des collaborateurs et approuve la condamnation à mort de l’ancien ministre de l’Intérieur de Pétain, Pierre Pucheu.

Partisan convaincu du général De Gaulle pendant la guerre, il dénonce cependant, dans De Gaulle ou le temps des méprises, la présence dans l’entourage du Général, au moins jusqu’en 1942, de royalistes ou de personnalités proches des ligues d’extrême-droite avant guerre : Claude Hettier de Boislambert, sympathisant de la Cagoule, le colonel Pierre Fourcaut, membre présumé de cette organisation, Pierre Bénouville, ancien membre de l’Action française, émeutier le 6 février 1934, Henri d’Astier de la Vigerie. Selon Jean Pierre-Bloch, le ralliement du général de Gaulle à la République aurait été purement tactique et la Résistance a été confisquée par de Gaulle : pour lui, les gaullistes ont entretenu une vision tronquée de la Résistance, présentant leur courant comme la seule grande force de résistance, avec les communistes, oubliant les socialistes et les démocrates-chrétiens.

En 1945, Jean Pierre-Bloch retrouve aisément son siège de député, qu’il abandonne pour diriger, de 1947 à 1953, la Société nationale des entreprises de presse (SNEP), chargée d’administrer les biens des journaux interdits de publication après la Libération.

Il est juré au procès du maréchal Pétain et vote la mort. À ce sujet il déclare : « Juré du procès Pétain, je m’honore d’avoir voté la peine de mort pour le traître Pétain, plus coupable que Laval qui a été fusillé ».

Entre-temps, il a présidé la commission de l’Assemblée nationale pour la coordination des affaires musulmanes. À ce titre, il tente d’améliorer le sort des Algériens et participe à la rédaction du statut de 1947, qui ne sera pas appliqué.

De 1950 à 1960, il participe au Mouvement de la paix. En 1956, il échoue à retrouver son siège de député.

En 1968, il devient président de la Ligue internationale contre l’antisémitisme (LICA, qui deviendra la LICRA en 1979). Il le restera jusqu’en 1992. De 1974 à 1981, il est président du B’nai B’rith France et, de 1987 à 1989, de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) auprès du Premier ministre. En 1998, il est témoin à charge au procès de Maurice Papon, à l’âge de 93 ans.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.