Jean Eugène Auguste Atget, photographe.

Jean Eugène Auguste Atget, né le 12 février 1857 à Libourne et mort le 4 août 1927 à Paris, est un photographe français.

Il est principalement connu pour ses photographies documentaires sur le Paris de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.


Eugène Atget est né d’un couple d’artisans de la banlieue parisienne. Orphelin à l’âge de cinq ans, il est élevé par ses grands-parents à Bordeaux. Après de courtes études secondaires, il s’embarque comme garçon de cabine sur un paquebot de ligne et travaille, de 1875 à 1877, sur des lignes desservant l’Amérique du Sud.

En 1878, de retour à Paris, il tente d’entrer, sans succès, aux cours d’art dramatique du Conservatoire. Il doit alors accomplir son service militaire. En 1879, il tente de nouveau le Conservatoire et réussit, mais l’assiduité est incompatible avec ses obligations militaires. Il est exclu du Conservatoire en 1881. Il commence une carrière d’acteur qu’il poursuivra durant quinze ans, sans grande réussite : il joue des rôles mineurs dans des théâtres de banlieue. En 1885, il entre dans une troupe ambulante de comédiens. Son métier lui permet de rencontrer, en 1886, Valentine Delafosse-Compagnon (1847-1926), qui deviendra sa compagne.

L’année suivante, victime d’une affection des cordes vocales, il abandonne le théâtre et Paris pour se lancer dans la peinture, le dessin puis la photographie. Dès 1890, il est de retour à Paris pour s’essayer à la peinture, sans grand succès. S’il ne joue plus sur scène, Atget continue longtemps d’entretenir sa passion pour le théâtre, en donnant notamment des conférences sur cet art dans les universités populaires, et ce jusqu’au déclenchement de la Première Guerre mondiale.

Eugène Atget, carte maximum, Paris, 10/07/1999.

Il comprend vite que les peintres, architectes et artisans ont besoin de documentation, c’est alors qu’il se tourne vers la photographie. Il commence à photographier des paysages, des arbres et des plantes, avec l’intention de réunir une collection documentaire à destination des peintres.

Vers 1897, il se lance dans une entreprise de photographie exhaustive de vues de Paris. Sa clientèle évolue : Atget s’adresse désormais prioritairement aux amateurs de l’histoire de Paris et aux institutions culturelles (bibliothèques, musées…). Ces institutions sont alors en train de rassembler d’importants fonds photographiques documentaires, notamment sur les monuments de Paris et achèteront au photographe des milliers de clichés.

Eugène Atget organise ses photographies en cinq séries1. La première, des « Paysages documents » est issue de sa première expérience de documentation pour les peintres : elle rassemble des études d’arbres, de parcs. La deuxième est consacrée aux environs de Paris. La troisième, la plus célèbre, est intitulée « Paris Pittoresque » et comprend 900 photographies. Elle comporte plusieurs sous-séries, « Petits métiers de Paris », condamnés à disparaître ; les devantures des boutiques (il vend ses tirages aux commerçants pour une somme modique).

La quatrième série, « Art dans le Vieux Paris » consiste en des collections de portes, d’escaliers, de heurtoirs, pris frontalement et systématiquement de 1898 à 1927.

La dernière série, intitulée « Topographie du Vieux Paris » est réalisée entre 1906 et 1915 : Atget photographie systématiquement chaque arrondissement pour répondre aux besoins des fichiers topographiques de la Bibliothèque historique de la ville de Paris.

Eugène Atget, épreuve d’artiste signée.

L’approche du photographe est très méthodique, photographiant jusqu’à épuisement d’un sujet avant d’en aborder un autre.

Il va à contre-courant du mouvement photographique pictorialiste alors en vogue qui cherche à imiter la peinture avec des flous et des retouches, réalisant des clichés nets et détaillés mais en s’attachant au cadrage, à l’usage des lignes de fuites ou la répartition de la lumière. Il utilise également encore un appareil en bois, avec une chambre à soufflet, exigeant des poses longues pour exposer les plaques en gélatino-bromure d’argent, négligeant les nouveaux appareils plus légers et rapides apparus au tournant du siècle. Jamais noir et blanc, la teinte de ses photographies oscille du sépia au brun-violacé selon les tirages, permettant toujours d’apprécier les contrastes. Eugène Atget réalise lui-même tous ses tirages dans son appartement et les classe dans des albums qu’il va régulièrement présenter à ses clients. Un système de numérotation lui permet de remplacer dans les albums les clichés vendus par de nouveaux tirages.

En 1899, le couple s’installe au 17 bis, rue Campagne-Première, dans le quartier du Montparnasse. Atget photographie à plusieurs reprises son trois pièces et inclut ces clichés dans la série des « Intérieurs parisiens », parfois sous des identités factices.

Malgré des clients institutionnels réguliers (Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque historique de la ville de Paris, musée Carnavalet), la situation financière d’Atget demeure précaire — le couple vivra pendant un temps sur les seuls revenus de sa femme —, particulièrement pendant et après la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle il cesse progressivement de photographier jusqu’au début des années 1920.

En 1920, Atget cède les négatifs de 2 621 de ses clichés à l’administration des monuments historiques contre la somme de 10 000 francs1. Deux mille négatifs supplémentaires seront acquis par la même institution après la mort de l’artiste.

Vers 1921-1925, Atget rencontre Berenice Abbott puis Man Ray, qui lui achète des œuvres, suivis par d’autres artistes illustres comme Georges Braque, André Derain, Maurice Utrillo, Maurice de Vlaminck, André Dunoyer de Segonzac, Moïse Kisling et Tsugouharu Foujita.

Il meurt dans la misère le 4 août 1927 en son domicile dans le 14e arrondissement et est inhumé dans la 95ème division du cimetière parisien de Bagneux. Sa tombe a aujourd’hui disparu. Son ami André Calmettes est désigné comme exécuteur testamentaire.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.