Jan van Riebeeck, administrateur.

Jan Anthoniszoon van Riebeeck (Culemborg, 21 avril 1619 – Batavia, 18 janvier 1677) a établi pour la Compagnie néerlandaise des Indes orientales la première implantation européenne en Afrique du Sud, proche du cap de Bonne-Espérance. Devenue la colonie du Cap en 1691, ses frontières n’ont cessé de s’agrandir jusqu’à devenir la plus grande province d’Afrique du Sud.


Né à Culemborg aux Pays-Bas, Jan van Riebeeck a grandi à Schiedam.

À partir de 1639, Jan van Riebeeck travailla pour la Compagnie des Indes orientales. Il commença ainsi sa carrière d’administrateur en poste à Batavia en Insulinde puis visita le Japon.

Son poste le plus important fut celui de chef du comptoir commercial de Tonkin, dans le futur Viêt Nam. Il fut cependant rappelé de ce poste pour avoir mené des affaires à profit personnel.

Van Riebeeck, carte maximum, Pays-Bas.

Le 28 mars 1649, il épousa Marie de la Queillerie à Schiedam. Le couple aura huit enfants dont la plupart mourront en bas âge.

En 1651, la Compagnie des Indes orientales chargea Jan van Riebeeck d’établir au cap de Bonne-Espérance une station de retraitement pour permettre aux navires de la compagnie de s’approvisionner en eau et en nourriture. Il avait à sa disposition cinq navires (Drommedaris, Reijger, Goede Hoope, Walvis et Oliphant) pour effectuer le voyage et procéder à l’érection d’un fort.

Le 6 avril 1652, après avoir perdu quelque 130 personnes au cours du voyage, Jan Van Riebeeck atteignit la baie de la montagne de la Table et y fonda le premier établissement néerlandais du Cap.

Les pionniers, au nombre de quatre-vingt-dix (dont huit femmes), érigèrent le fort puis par la suite installèrent des jardins tout autour, pour leur garantir des ressources fraiches tout en comptant sur le commerce avec les indigènes locaux (qu’ils appelaient les Hottentotten) pour la viande. Il n’y avait pas de volonté centrale pour construire un établissement permanent et les instructions donnés à van Riebeeck étaient clairement de ne pas établir une colonie mais juste un établissement relais pour les navires en route vers les Indes orientales.

Les premiers temps furent difficiles pour les Hollandais. Dix-neuf d’entre eux ne passèrent pas le premier hiver mais la station fut quand même opérationnelle dès 1659.

Entre 1657 et 1667, plusieurs expéditions furent organisées pour reconnaître l’intérieur des terres.

Van Riebeeck recommanda alors que les Hollandais libres (libérés de leurs obligations vis-à-vis de la compagnie) furent autorisés à commercer et à s’installer comme fermiers et c’est en février 1657 que la compagnie délivra ses premières autorisations à neuf (ex-)salariés de la compagnie pour s’établir librement le long de la rivière Liesbeek (en). La même année, des esclaves furent importés de Batavia et de Madagascar alors que plusieurs expéditions furent organisées pour reconnaître l’intérieur des terres.

Van Riebeeck quitta Le Cap en 1662 pour repartir vers les Indes orientales alors que l’embryon de colonie du Cap comptait 134 salariés de la Compagnie des Indes orientales, 35 colons libres, 15 femmes, 22 enfants et 180 esclaves importés d’outre mer.

C’est à Malacca en novembre 1664 que Maria van Riebeeck est décédée alors qu’elle n’avait que 35 ans.

En 1676, la colonisation fut enfin recommandée par la Compagnie des Indes orientales afin de stimuler l’agriculture de la région du Cap.

Jan van Riebeeck est mort à Batavia (l’actuelle Jakarta) sur l’île de Java le 18 janvier 1677.

Il existe aujourd’hui un musée dans sa maison natale à Culemborg, aux Pays-Bas.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.