Jan Potocki, savant et écrivain.

Jan Potocki, né à Pików le 8 mars 1761 et mort le 2 décembre 1815 à Uładówka près de Pików, en Podolie alors polonaise, est un aristocrate, savant et écrivain polonais. Grand voyageur, historien, archéologue et ethnologue, éditeur, fondateur de Wolna Drukarnia (Imprimerie libre) en 1788, il est surtout connu comme auteur du Manuscrit trouvé à Saragosse.


Fils de Józef Potocki (1735-1802) et de Anna Teresa née Ossolińska, Jan Potocki est né au sein d’une ancienne et puissante famille de magnats polonais. Les immenses biens des Potocki s’étendaient aux confins orientaux de la Pologne entre Dniepr et Dniestr. Il reçoit une éducation française et dès l’âge de neuf ans quitte son pays pour la Suisse, où poursuit son instruction à Genève et à Lausanne.

Après une brève expérience militaire dans l’armée polonaise en tant que capitaine du génie militaire et capitaine des galères, il part en voyage. Dans les années 1779 -1785, il visite les pays autour de la Méditerranée. Il est en France, en Italie, en Sicile, à Malte (il devient chevalier de l’Ordre), l’Espagne, le Maroc, Tunis, puis la Mer Noire, Constantinople. Il s’intéresse à l’histoire des peuples slaves et engage des recherches sur le terrain en Carniole, en Hongrie, en Serbie, en Autriche. Il contribue à la naissance de l’ethnologie.

En 1785, il épouse à Wilanów Julia Lubomirska (1764-1794), fille du prince Stanisław Lubomirski (1722-1782). Ils ont deux enfants : Alfred Potocki (1785-1862) et Artur (1787-1832). Ils divorcent. En 1798, Il épouse en secondes noces sa cousine Konstancja Potocka (1781-1852), fille du comte Stanisław Szczęsny Potocki (1751-1805). Quelques jours plus tard, les nouveaux mariés partent pour Łańcut. Ils s’installent ensuite à Paris. Ils ont trois enfants : Andrzej Bernard, Irena et Teresa. Le couple continue à voyager.

En 1788, Potocki ouvre une imprimerie à Varsovie : Wolna Drukarnia (Imprimerie libre) et, quatre ans plus tard, le premier salon de lecture gratuit de la ville. Il devient député à la Grande Diète. En 1790, il acquiert une grande célébrité pour avoir été la première personne à monter dans une montgolfière en Pologne lorsqu’il s’éleva au-dessus de Varsovie avec son serviteur turc et l’aéronaute Jean-Pierre Blanchard.

À la suite du vote de la Constitution polonaise du 3 mai 1791 par la Diète polonaise, la Russie envahit la Pologne. Potocki participe aux combats mais la lutte est perdue d’avance et la Pologne subit le deuxième partage de ses territoires. Amer, Potocki se retire à Łańcut, le luxueux palais de sa belle-mère, la princesse Izabela Lubomirska où il écrit des pièces de théâtre qui paraissent ensuite à Varsovie, sans nom d’auteur ni d’éditeur, réunies dans Recueil de parades représentées sur le théâtre de Łańcut dans l’année 1792.

Il réside en Allemagne presque sans interruption jusqu’en 1796. Ce séjour est certainement lié aux troubles qui agitent alors la Pologne et la France, mais aussi à la retraite à Hambourg de son cousin, Stanislas Félix Potocki, qui l’aidait financièrement. Il profite de cette situation pour visiter les bibliothèques allemandes et poursuivre ses travaux historiques. En avril 1794, il est à Rheinsberg, chez Henri de Prusse (1726-1802), frère de Frédéric II.

À partir de 1796, après la mort de Catherine II, Potocki se rapproche de la Russie. Il assiste au couronnement de Paul Ier à Moscou et en profite pour obtenir l’autorisation de parcourir le Caucase. Sa première femme étant morte en 1794, Potocki épouse Konstancja, une cousine éloignée, fille du magnat Stanislas Potocki.

En 1802, après quelques années de retraite, il publie son principal ouvrage sur l’histoire des Slaves. En 1805, sur la recommandation du prince Adam Jerzy Czartoryski, son compatriote, il devient responsable de la commission ethnographique et géographique organisée par l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, chargée d’accompagner l’expédition terrestre du comte Golovkine vers Pékin. Il est probable que sans l’appui de Potocki, jamais l’orientaliste allemand, Julius Klaproth n’aurait pu participer à l’aventure. Cette expédition permit d’explorer de nouvelles régions de la Sibérie, et d’en étudier la faune et flore. Après le traité de Tilsit, Potocki se retire dans ses domaines en Podolie.

Potocki est l’un des premiers écrivains de récit de voyage de l’ère moderne, avec les comptes-rendus expressifs de plusieurs de ses voyages, au cours desquels il entreprit également des études historiques, linguistiques et ethnographiques extensives. En plus des nombreux récits de voyage et des travaux historiques, il est également l’auteur de pièces de théâtre et du Manuscrit trouvé à Saragosse, chef-d’œuvre de la littérature fantastique.

Malade, affaibli et probablement dépressif, Potocki se suicida. Selon une tradition partiellement légendaire, il se serait tiré dans la tête une boule d’argent limée du couvercle de sa sucrière. Il l’aurait fait bénir par le chapelain de son domaine.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.