James K. Baxter, poète et dramaturge.

James Keir Baxter, né le 29 juin 1926 à Dunedin, et mort le 22 octobre 1972 à Auckland, est un poète et un dramaturge néo-zélandais. Il était connu comme militant pour la préservation de la culture maorie.


James K. Baxter est né à Dunedin, fils d’ Archibald Baxter et de Millicent Brown, et a grandi près de Brighton. Il est nommé d’après James Keir Hardie, l’un des fondateurs du parti travailliste britannique. Son père est fermier, il a été objecteur de conscience pendant la Première Guerre mondiale. Sa mère, Millicent Baxter, est issue d’une famille de lettrés, son grand-père maternel est professeur à l’université de Canterbury et sa grand-mère maternelle est diplômée de Canterbury College. Millicent Baxter fait ses études au Presbyterian Ladies’ College de Sydney, et obtient son diplôme à l’université de Sydney en 1908, elle poursuit ses études à Newnham College, obtenant la deuxième place aux tripos de l’université de Cambridge en 1912.

James K. Baxter épouse en 1948 l’écrivaine d’origine maorie, Jacqueline Sturm. Il devient anglican la même année. Il s’inscrit au Wellington Teachers’ College. En 1952, une sélection de ses poèmes est publiée dans un volume collaboratif, Poems Unpleasant. Il poursuit ses études en 1953 au Victoria University College et publie sa troisième collection majeure, The Fallen House. En 1954, il est nommé enseignant assistant à l’école Epuni, à Lower Hutt. Il obtient une licence universitaire en 1956.

En 1955, James K. Baxter fait un héritage et quitte l’enseignement pour se consacrer à l’écriture. Il devient l’éditeur des journaux scolaires pour le ministère de l’Éducation. En 1957, Baxter suivit un catéchisme catholique et publie le recueil de poèmes In Fires of No Return, en 1958. Ce fut son  premier recueil édité à l’international. Il se sépare provisoirement de Jacqueline Sturm, du fait de ses difficultés avec l’alcool et de sa conversion au catholicisme, en 1957. Cette même année, il rejoint les Alcooliques anonymes et cesse définitivement de consommer de l’alcool. Il est reçu dans l’Église catholique en 1958.

La même année, Baxter reçoit une bourse de l’UNESCO qui lui permet d’effectuer un voyage en Asie, en particulier en Inde où le rejoignent Jacqueline Sturm et leurs enfants. À son retour d’Inde, il publie des écrits critiquant ouvertement la société néo-zélandaise. Dans les années 1960, il accède à la notoriété par ses poèmes et ses écrits de théâtre, notamment pour sa pièce radiodiffusée, Jack Winter’s dream.

Il publie le recueil de poèmes Pig Island Letters, puis bénéficie d’une résidence littéraire, la Robert Burns Fellowship, à l’université d’Otago.

En 1968, Baxter affirme qu’il a reçu en rêve l’ordre de se rendre à « Jerusalem ». Jerusalem est une implantation maorie (connue sous le nom de translittération du maori, Hiruharama) sur le fleuve Whanganui.

Baxter vit quelque temps à Grafton, à Auckland, où il crée un centre pour toxicomanes selon les mêmes principes que les Alcooliques anonymes. En 1969, il adopte la version maorie de son nom, Hemi, et s’installe à Jerusalem. Ses poèmes de cette époque ont un style conversationnel, et sont empreints de ses convictions sociales et politiques.

Sa santé s’altère et en 1972, il doit quitter Jerusalem et il s’installe près d’Auckland. Le 22 octobre 1972, il subit une thrombose coronaire dont il meurt. Il est enterré à Jerusalem, sur une terre maorie, en face de la maison où il avait vécu, lors d’une cérémonie associant les traditions maorie et catholique.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.