Jacqueline Joubert, productrice de télévision.

Jacqueline Joubert, pseudonyme de Jacqueline Annette Édith Pierre, née le 29 mars 1921 à Paris, et morte le 8 janvier 2005 à Neuilly-sur-Seine, est une productrice de télévision française, connue pour avoir été une speakerine et une présentatrice de télévision de 1949 à 1967.

Elle a également tourné dans un certain nombre de films de cinéma et de télévision.


Après des études au lycée Carnot et lycée Jules-Ferry, elle devient secrétaire, puis prend des cours d’art dramatique auprès de Jean Valcourt, qu’elle suit en 1946 pour une tournée théâtrale au Moyen-Orient, puis elle joue dans d’autres pièces.

Elle entre sur concours à la télévision publique (Radiodiffusion-télévision française) en 1949. Pour avoir su parfaitement prononcer « Rachmaninoff, anticonstitutionnellement, Nabuchodonosor, Yehudi Menuhin et Épaminondas », elle est engagée le 3 mai 1949 et présente les programmes pour la première fois le 25 mai 1949. En tant que speakerine, elle doit annoncer les programmes à venir et faire patienter les téléspectateurs en cas de panne technique; elle refuse de dire à la fin de la journée le rituel « Bonsoir Mesdames, bonsoir Mesdemoiselles, bonsoir Messieurs » et préfère dire : « Et maintenant, faites de beaux rêves » ou « Et maintenant, comme disent nos amis belges, rêvez doux. »

En 1959 et 1961, elle présente, depuis Cannes, le Concours Eurovision de la chanson ainsi que la sélection française pour ce concours en 1961.

Sortant rapidement de ce rôle exclusif de speakerine, elle présente Rendez Vous avec…, dont la première diffusion a lieu le 2 mars 1954, qui accueille des chanteurs connus et également de jeunes talents de la chanson française. Elle cesse d’être speakerine en 1957. En 1966, elle devient productrice et réalisatrice, principalement d’émissions de variétés.

Jacqueline Joubert, carte maximum, Paris, 18/10/2013.

1977-1988 : l’unité jeunesse d’Antenne 2[modifier | modifier le code]
Après avoir été directrice des variétés d’Antenne 2, Jacqueline Joubert y prend la tête de l’unité jeunesse en 1977. C’est dans ce rôle qu’elle découvre et lance l’animatrice Dorothée dans le cadre de Récré A2 mais aussi le dessin animé japonais Goldorak qu’elle n’appréciait pas vraiment, avouera-t-elle plus tard, ou Bibifoc, série française cette fois, dont les débuts se font dans les studios de BZZ Films à Ivry-sur-Seine. Elle compose alors une équipe parmi laquelle on trouve William Leymergie, Cabu, Alain Chaufour, Jacky, François Corbier, Marie Dauphin, Zabou Breitman ou encore Charlotte Kady.

Mais, à la suite du départ précipité de Dorothée sur TF1 à peine privatisée, qui déclenche une brouille avec l’animatrice, elle propose Le Monde magique avec Chantal Goya en 1988 en guise de locomotive pour Récré A2. Et confie la présentation principale de l’émission à Marie Dauphin et Charlotte Kady. Ces émissions prennent fin avec sa démission de l’unité des programmes jeunesse d’Antenne 2 à la fin de cette même saison. Elle devient alors directrice des fictions jeunesse sur Antenne 2 pendant deux ans.

En 1990, l’équipe dirigeante d’Antenne 2 lui demande de passer la main à une personne plus jeune et de prendre sa retraite, même si elle souhaitait se lancer sur de nouveaux projets. Alors âgée de presque 70 ans, cette mise à la retraite est un passage difficile pour elle, mais elle se retire à Neuilly-sur-Seine. Elle apparaît toutefois dans quelques téléfilms et un film de Claude Lelouch.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.