Jacob Abraham Camille Pissarro, peintre impressionniste.

Jacob Abraham Camille Pissarro, dit Camille Pissarro, né à Charlotte-Amélie, sur l’île de Saint-Thomas, dans les Antilles danoises — aujourd’hui Îles Vierges des États-Unis —, le 10 juillet 1830 et mort à Paris le 13 novembre 1903, est un peintre impressionniste puis néo-impressionniste franco-danois.

Connu comme l’un des « pères de l’impressionnisme », il peint la vie rurale française, en particulier des paysages et des scènes représentant des paysans travaillant dans les champs, mais il est célèbre aussi pour ses scènes de Montmartre, et ses scènes autour du Louvre et des Tuileries, où il descend. À Paris, il a entre autres pour élèves Paul Cézanne, Paul Gauguin, Jean Peské et Henri-Martin Lamotte.

Pissarro est aussi un théoricien de l’anarchie, fréquentant assidûment les peintres de la Nouvelle-Athènes qui appartiennent au mouvement libertaire. Il partage cette position avec Paul Gauguin, avec lequel il aura par la suite des relations tendues.


Camille Pissarro, carte maximum, Perpignan, 18/04/1981.

Camille Pissarro naît le 10 juillet 1830 sur l’île Saint-Thomas aux Antilles, alors possession danoise, où ses parents possédaient une entreprise florissante de quincaillerie dans le port de Charlotte-Amélie, ce qui lui confère la nationalité danoise, qu’il gardera toute sa vie. Son père Frédéric-Abraham-Gabriel Pissarro (2 septembre 1802 – Paris, 28 janvier 1865), juif d’origine portugaise mais né à Bordeaux, fils de Joseph Gabriel Pissarro (Bordeaux, 4 décembre 1777 – Gironde, 16 février 1858), et de sa femme Anna Félicité Petit, est de nationalité française.

Sa mère est une créole des Antilles danoises du nom de Rachel Thétis Manzano-Pomie, également juive. Le mariage de ses parents a été refusé par la Synagogue, car ils étaient neveu et tante par alliance. Le mariage a été accepté sept ans plus tard, en 1833.

En 1842, à douze ans, Camille part étudier en France à Passy, à la pension Savary dont le directeur l’encourage à cultiver ses dons pour le dessin, puis retourne en 1847 dans son île natale où son père l’initie au négoce et où il reste cinq ans à travailler dans le commerce familial. En 1852, désireux de rompre le câble qui l’attache à la vie bourgeoise, il part pour Caracas, au Venezuela, avec un ami, Fritz Melbye, artiste danois qui marque profondément son destin. Il y demeure jusqu’en 1854 à peindre et dessiner, puis rentre à Saint-Thomas pendant un an dans l’entreprise familiale. C’est en 1855 que Camille Pissarro renonce définitivement au commerce. En octobre 1855, année de l’Exposition universelle, il arrive à Paris pour y étudier et s’installe dans sa famille à Passy. Il ne retournera jamais aux Amériques.

À Paris, il rencontre Jean-Baptiste Corot, avec qui il étudie, découvre Eugène Delacroix, Gustave Courbet, Jean-Auguste-Dominique Ingres et Charles-François Daubigny. Il fréquente quelques ateliers de l’École des beaux-arts de Paris, où l’enseignement reste académique et « ingriste », mais il est surtout attiré par Jean-François Millet pour ses thèmes de la vie rurale, par Gustave Courbet pour son renoncement au pathos et au pittoresque, et par la liberté et la poésie des toiles de Corot. Il travaille alors dans l’atelier d’Anton Melbye et peint sur le motif à Montmorency. Entre 1859 et 1861, il fréquente diverses académies, dont celle du père Suisse, où il rencontre Claude Monet, Ludovic Piette, Armand Guillaumin et Paul Cézanne, qu’il encourage. En 1863, Cézanne et Émile Zola visitent son atelier à La Varenne et, en 1865, il séjourne à La Roche-Guyon. Ses toiles étant refusées au Salon officiel, il doit se contenter de participer au Salon des refusés de 1863. Exposant aux Salons de 1864 et 1865, il s’y présente comme l’« élève d’Anton Melbye et de Corot ».

En 1860 Julie Vellay, fille de viticulteurs de Bourgogne, entre comme domestique chez les Pissarro. Elle deviendra la compagne de Camille mais il ne l’épousera que plusieurs années plus tard, à Londres. Le père de Camille, scandalisé par cette mésalliance, lui coupe les vivres.

Camille Pissarro vit à Pontoise de 1866 à 1869 de manière épisodique, et y compose un grand nombre de peintures, dessins et gravures. Selon Christophe Duvivier, le choix de Pontoise s’expliquait par le fait qu’aucun autre peintre n’y ayant encore associé son nom, Camille pouvait donc éviter d’apparaître comme le disciple d’un autre paysagiste. À cette époque, il a trente-six ans et affirme la maturité de son art. Il s’est brouillé avec Corot et ne se présente plus comme son élève. En outre, la ville est proche de Paris par le chemin de fer, les paysages fluviaux, ruraux et urbains y sont variés. Enfin, le docteur Gachet, ami de Pissarro, s’était installé à Auvers-sur-Oise, non loin de Pontoise, quelques mois plus tôt.

Sa situation financière est difficile. Il peint des enseignes pour faire vivre sa famille. En 1869, il s’installe avec sa compagne et leur première fille à Louveciennes. Il doit fuir avec sa famille et abandonner son atelier devant l’avance des troupes prussiennes, à l’automne 1870 lors de la guerre avec les Prussiens. Il se réfugie chez Ludovic Piette à Montfoucault dans la Mayenne et s’exile à Londres, où il retrouve Daubigny et Monet, et fait la connaissance du marchand Paul Durand-Ruel. De retour à Louveciennes au printemps 1871, il découvre que son atelier a été pillé et qu’il ne lui reste plus qu’une quarantaine de toiles sur près de mille cinq cents. Il peint une seconde série de toiles à Louveciennes, les plus nombreuses à nous être parvenues, jusqu’à la fin du printemps 1872. C’est à Louveciennes, et à Londres en partie, qu’il acquiert et perfectionne son style impressionniste. Il s’installe à nouveau à Pontoise en 1872 et y reste jusqu’en 1882. Pissarro et sa famille reviennent plusieurs fois chez Piette à Montfoucault, jusqu’à la mort de ce dernier.

Entre 1866, date du premier séjour de Pissarro, et 1878, date de la mort de Daubigny, les deux hommes se côtoient sur les bords de l’Oise, Daubigny s’étant installé à Auvers-sur-Oise dès 1861. Aîné de Pissarro de treize ans, Daubigny, le peintre merveilleux et véridique des bords de la Seine et de l’Oise selon Zola, fait alors figure de maître des bords de l’Oise. Mais Pissarro évite soigneusement d’apparaître comme l’un de ses disciples : il ne se rend que rarement à Auvers et se distingue de son aîné en évitant de prendre pour thème de ses peintures les bords de l’Oise, qu’affectionne Daubigny22. Néanmoins, ainsi que le souligne Christophe Duvivier, il s’intéresse à Daubigny tout comme celui-ci suit de près le travail de Pissarro et Monet, qu’il présente à Durand-Ruel à Londres en 1870.

Pissarro et Cézanne collaborent entre 1872 et 1881. Pissarro encourage Cézanne à peindre en plein air, et les deux artistes travaillent souvent côte à côte et sur les mêmes motifs à l’Hermitage, à Valhermeil. En 1874, Pissaro participe à la Première exposition des peintres impressionnistes chez Nadar à Paris.

En 1879, Gauguin, qui lui a acheté des toiles, vient travailler avec lui à Pontoise. Il collabore avec Degas dans le domaine de la gravure et pendant l’été 1881, Cézanne, Gauguin, Guillaumin, sont à Pontoise à ses côtés. Il participe à toutes les expositions impressionnistes et devient peu à peu un patriarche du mouvement, mais dans une grande fraîcheur d’esprit et avec un constant renouvellement.

En décembre 1882, il s’installe à Osny dans les faubourgs de Pontoise, ne pouvant plus trouver à louer une maison qui lui convienne pour un prix raisonnable. Cette période de Pontoise correspond au grand moment de l’histoire de l’impressionnisme. C’est là que Pissarro peint la plupart des tableaux qui figureront aux sept premières expositions des impressionnistes. C’est aussi là que travailleront Paul Gauguin, Paul Cézanne, Victor Vignon. Pissarro est chaudement recommandé à Ambroise Vollard par le Docteur Georges Viau, un collectionneur qui soutient tous les impressionnistes, et qui lui a acheté un tableau. Mais les tableaux impressionnistes n’atteignent encore que des prix médiocres. Le peintre passe beaucoup de temps à démarcher auprès des collectionneurs d’art, des marchands, et d’Eugène Murer, le peintre-pâtissier-restaurateur-collectionneur d’art, dont il peint un portrait : Murer au fournil.

En 1884, Pissarro quitte Osny pour Éragny-sur-Epte dans l’Oise. C’est grâce à un prêt de Claude Monet qu’il peut y acquérir une maison où il passe ses dernières années, jusqu’à son décès à Paris en novembre 1903. Oui, nous sommes décidés pour Éragny-sur-Epte ; la maison est superbe et pas chère : mille francs, avec jardin et prés. C’est à deux heures de Paris, j’ai trouvé le pays autrement beau que Compiègne ; cependant il pleuvait encore ce jour-là à verse, mais voilà le printemps qui commence, les prairies sont vertes, les silhouettes fines, mais Gisors est superbe, nous n’avions rien vu !

Il y peint de nombreuses toiles, dont plusieurs sur le thème des pommiers en fleurs (la propriété s’appelle « La Pommeraie »), du noyer, de son jardin potager, de la vue de son atelier, spécialement construit au milieu de son jardin. Il y invite les plus grands peintres de l’époque, parmi lesquels Claude Monet, le parrain de son dernier fils, Cézanne, Van Gogh, Gauguin. En 1885, il rencontre Georges Seurat, avec qui il se lie d’amitié et s’enthousiasme pour sa technique du pointillisme, qu’il applique à son tour, d’une manière moins formelle, avant de retrouver une liberté d’expression plus proche de son tempérament lyrique et généreux. Il effectue un séjour à Londres en 1892 où il loue un appartement à Kew en compagnie de Maximilien Luce.

Camille Pissarro meurt à Paris au 1 boulevard Morland le 13 novembre 1903 de sepsis. Il repose, avec sa famille, à Paris au cimetière du Père-Lachaise (division 7).

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page
%d blogueurs aiment cette page :