Interpol.

L’Organisation internationale de police criminelle (OIPC), communément abrégée en Interpol, est une organisation internationale créée le 7 septembre 1923 dans le but de promouvoir la coopération policière internationale. Son siège est situé à Lyon, en France.

Interpol est connue pour délivrer, entre autres, des notices rouges, documents d’alerte qui une fois publiés permettent d’assurer la traque planétaire de criminels recherchés dans le monde. Ces documents qui contiennent des éléments d’identification et des éléments juridiques sur les individus recherchés sont diffusés à travers 194 pays membres. Ils facilitent grandement le travail des polices nationales en leur permettant d’identifier, de localiser et d’arrêter des individus recherchés sur la base de n’importe quel contrôle à des fins d’extradition.

Sa devise est : « Relier les polices pour un monde plus sûr », et sa mission : « Prévenir et combattre la criminalité grâce à une coopération policière internationale renforcée ».


Les prémices de la création d’Interpol datent du début du XXe siècle. Cette idée de police internationale avait été émise par Edmond Locard, grand professeur de médecine légale, qui fonda à Lyon (sa ville) en 1910 le premier laboratoire de police scientifique au monde. Celui-ci se trouvait en 1905 au VIe Congrès d’anthropologie criminelle, à Turin. Parmi les personnages importants qui s’y trouvent, il y rencontre le criminologue français Alphonse Bertillon, le professeur italien de médecine légale et psychiatre Cesare Lombroso, ainsi que le criminologue et photographe suisse Rodolphe Archibald Reiss. En voyant ce beau monde, Edmond Locard se rend compte qu’afin de lutter contre le crime international, il faut user d’une police internationale.

L’idée se poursuit en 1914, lors du premier Congrès international de police criminelle : des officiers de police, juristes et magistrats de 14 pays se réunissent à Monaco à l’initiative du prince Albert Ier, pour discuter des procédures d’arrestation et d’extradition, techniques d’identification et centralisation des fichiers. La Première Guerre mondiale suspend cette initiative.

L’organisation est créée le 7 septembre 1923 lors du deuxième Congrès à l’initiative de Johann Schober, le directeur de la police de Vienne qui réunit dans sa ville les responsables des forces de polices de vingt pays pour fonder la Commission internationale de police criminelle (CIPC).

À la suite de l’Anschluss en 1938, la CIPC passe sous le contrôle de la Gestapo et son siège, de Vienne, est transféré à Berlin en 1942. La plupart des pays membres cessent alors leur coopération. L’organisation renaît en 1946 sous l’égide de la France, de la Belgique, du Royaume-Uni et des pays scandinaves. En 1956, le statut est modernisé et la CIPC devient « Organisation internationale de police criminelle-Interpol ».

Après la guerre, Interpol donne l’ordre, en interne, de ne pas poursuivre les crimes liés au régime nazi, sous le prétexte qu’ils étaient « de nature politique ».

Elle est reconnue en tant qu’organisation intergouvernementale par l’ONU en 1971 et l’année suivante un accord de siège est conclu avec la France. En 2003, un centre de commandement et de coordination est instauré et en 2004, Interpol se dote d’un bureau de liaison au siège de l’ONU à New York.

En 2008, le président d’Interpol Jackie Selebi est contraint de démissionner, accusé d’avoir été corrompu par un narcotrafiquant. Il est condamné à 15 ans de prison pour corruption par le tribunal de Johannesburg le 3 août 2010.

Le 7 octobre 2018, Interpol annonce avoir reçu la démission de son président Meng Hongwei, qui n’avait plus donné signe de vie depuis son départ en Chine, fin septembre 2018. L’office chinois de lutte contre la corruption annonce par la suite que Meng Hongwei fait l’objet d’une enquête pour violations présumées de la loi.

Le siège d’Interpol est situé dans le quartier de la Cité internationale, au 200, quai Charles-de-Gaulle, dans le 6e arrondissement de Lyon en France, depuis le 1er mai 1989. Auparavant, l’organisation était basée à Paris dès 1946 puis rue Armengaud à Saint-Cloud en 1967.

Interpol regroupe un total de 194 pays membres. Chaque pays membre dispose d’un Bureau central national (National Central Bureau (NCB)) assurant la liaison entre sa police nationale et celles des autres pays pour former le réseau mondial.

 

 

 

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.