Honoré V (Prince de Monaco).

Honoré V (monégasque : Unuratu Vtu), né le 14 mai 1778 à Paris et mort le 2 octobre 1841 dans la même ville, est prince souverain de Monaco de 1819 à sa mort.


Il est le fils d’Honoré IV (1758-1819) et de Louise d’Aumont, duchesse de Mazarin (1759-1826).

Il s’engage à vingt ans dans la cavalerie française. Devenu officier, il est employé comme aide de camp par le général Grouchy puis, à partir de 1807 par Joachim Murat, alors grand-duc de Berg à la demande duquel il est fait « légionnaire » le 3 juillet 1807. Ayant suivi Murat en Espagne, il devient par la suite premier écuyer de l’impératrice Joséphine.

Au tout début de mars 1815, alors que Napoléon vient de débarquer sur les côtes françaises à Golfe-Juan, il rencontre par hasard Honoré-Gabriel de Monaco. La légende veut que l’empereur, s’étant entendu répondre « Je vais chez moi à Monaco » aurait affirmé que lui aussi se rendait chez lui « aux Tuileries ».

Administrateur de la principauté au nom de son père dès 1815, il lui succède sur le trône monégasque quatre ans plus tard et règne jusqu’à sa mort en 1841. Fin juriste, il demande à « monégasquiser » les codes napoléoniens et développe considérablement le droit monégasque. Ainsi, le Code civil de Monaco adopté en 1815 et réformé en 1818, reste inchangé jusqu’en 1880. Célibataire et sans enfants légitimes, il a pour successeur son frère Florestan.

Avec sa maîtresse, Félicité Rouault de Gamaches, il a un fils Louis Grimaldi (1814-1894) — ou Oscar Grimaldi (1814-1894) pour d’autres —, titré marquis des Baux par son père selon le droit monégasque.

Honoré V venait régulièrement retrouver la châtelaine de Pont-Rilly, Ambroisine de La Houssaye, avec qui il eut un fils qu’il reconnut.

Il est fait baron de Monaco et de l’Empire par décret impérial du 15 mars 1810 sans lettres patentes. Ce simple titre de baron est le reflet des difficultés alors rencontrées par l’ancienne famille régnante d’une principauté annexée par la France de 1793 à 1814.

Par ordonnance du 4 juin 1814, le roi Louis XVIII lui octroie le titre de pair à vie, confirmé à titre héréditaire par l’ordonnance du 19 août 1815. Le même souverain lui concède le titre de duc-pair héréditaire attaché à ladite pairie par ordonnance du 31 août 1817.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.