Le Château de Spøttrup (Danemark).

Le château de Spøttrup ( en danois : Spøttrup Borg ) est un château défensif médiéval bien conservé situé à 17 km (11 mi) au nord-ouest de Skive dans le Jutland, au Danemark.


Le domaine a été transféré au diocèse de Viborg en 1404. Il est devenu la propriété de la Couronne en 1536 et a été vendu à Henrik Below (1540-1606), un noble de la cour danoise. La partie la plus ancienne du bâtiment est l’aile sud, qui a été construite c. 1521. Les ailes est et nord ont suivi entre 1525 et 1530. L’extrémité ouest de l’aile nord a été détruite par un raz de marée entrant en 1534. Les grandes fenêtres cintrées ont été murées, ne laissant que d’étroites fentes d’observation. La partie la plus ancienne du bâtiment est la cave avec des voûtes croisées soutenues par des  piliers. Les remparts et les doubles douves servaient à défendre le château contre les tirs de canon.

Continuer la lecture de « Le Château de Spøttrup (Danemark). »

Les Pierres runiques de Jelling (Danemark).

Les pierres de Jelling sont deux pierres runiques situées à Jelling, au Danemark. Elles sont inscrites depuis 1994 sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco. Elles se composent de la petite pierre de Jelling et de la grosse pierre de Jelling.

La petite et la grosse pierre de Jelling furent érigées au Xe siècle, respectivement par le roi Gorm l’Ancien et Harald à la dent bleue, son fils. Servant principalement à honorer les défunts, des pierres runiques furent érigées partout sur le territoire scandinave. La petite pierre de Jelling honore Thyra du Danemark, la femme du roi Gorm, alors que la grosse pierre, érigée beaucoup plus tard, souligne la vie des parents d’Harald à la dent bleue, sa conquête du Danemark et de la Norvège, ainsi que la  conversion des Danois au christianisme. Ces monuments à caractère commémoratif se placent dans une période de changements sociaux et culturels, avec l’arrivée de la foi chrétienne et la conversion à cette nouvelle religion.

Les pierres de Jelling sont des sources importantes dans l’étude de la Scandinavie médiévale, par leur style artistique, l’écriture utilisée, leur contenu, le contexte dans lesquels elles furent érigées, ainsi que leurs commanditaires respectifs.


La fin du Xe siècle marqua des changements importants dans la tradition. Selon Anne-Sofie Gräslund, les pierres de Jelling, érigées en 960 par le roi danois Harald à la dent bleue, marquèrent un changement important dans la création de pierres runiques ; une influence qui affecta l’érection de pierres tout au long du XIe siècle. L’inscription trouvée sur les pierres de Jelling devint standardisée pour les monuments du XIe siècle.

Continuer la lecture de « Les Pierres runiques de Jelling (Danemark). »

Attention !, Mines.

Une mine terrestre est une charge explosive conçue et placée de façon à être déclenchée, par l’action involontaire de l’ennemi, au passage de personnes (mine antipersonnel) ou de véhicules (mine antichar ou mine antivéhicule).


Le concept de base qui est à l’origine de la mine est apparu plusieurs fois sous différentes formes au cours de l’histoire. Certaines sources rapportent que Zhuge Liang du Royaume de Shu inventa une sorte de mine au IIIe  siècle. L’armée romaine creusait des chausse-trappes, qui prenaient la forme de trous de la taille d’un pied, munis d’un pieu acéré au fond et camouflés. Au Moyen Âge, les pieds de corbeau, consistant en un petit dispositif doté de quatre pointes acérées pouvaient être dispersés sur le sol pour ralentir l’avancée de l’ennemi. Ce concept connaît son pendant civil avec les nombreux pièges qui furent utilisés pour la chasse ou pour se débarrasser des nuisibles.

Aux alentours du XIVe siècle et du XVe siècle, l’arsenal des armées de la dynastie Ming commença à produire des mines modernes primitives contenant de la poudre noire dans des pots en pierre, en céramique ou en fer.

En 1573, à Augsbourg, l’ingénieur militaire Samuel Zimmermann inventa une mine très efficace nommée Fladdermine. Il s’agissait d’une fougasse qui était activée par une platine à silex reliée à un fil tendu à la surface. La fougasse était remplie d’obus de mortier explosifs ressemblant à de grosses grenades à poudre noire. Lorsqu’elle était déclenchée, la Fladdermine projetait les obus de mortier qui explosaient alentour en saturant la zone de shrapnel. Le dispositif était redoutable contre les attaques de masse mais requérait une maintenance importante en raison du risque pour la poudre noire de prendre l’humidité. Elle fut ainsi essentiellement utilisée pour la défense des fortifications importantes, jusqu’aux années 1870.

Continuer la lecture de « Attention !, Mines. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page