La médaille militaire.

La Médaille militaire est une décoration militaire française, instituée le 22 janvier 1852 par Louis-Napoléon Bonaparte destinée aux soldats et aux sous-officiers. C’est la troisième décoration française dans l’ordre de préséance, après la Légion d’honneur et l’ordre de la Libération.

 

Elle est parfois appelée Légion d’honneur du sous-officier, Médaille des braves ou bijou de la nation. Elle est décernée par le président de la République sur proposition du Ministère des Armées.

 

 

Continuer la lecture de « La médaille militaire. »

La bataille de Bir-Hakeim, le “Valmy” de la France libre.

Il y a 78 ans, 3.700 Français Libres, retranchés à Bir Hakeim dans le désert libyen, résistèrent du 27 mai au 11 juin 1942 à 32.000 soldats allemands et italiens du général Erwin Rommel, retardant l’offensive du “Renard du désert” vers l’Egypte.

Succès militaire, qui a peut-être sauvé l’Egypte avant que les Britanniques ne remportent la bataille-clé d’El Alamein en novembre 1942, Bir Hakeim fut aussi un combat politique gagné par le général de Gaulle pour faire reconnaître la France Libre comme puissance combattante.

Continuer la lecture de « La bataille de Bir-Hakeim, le “Valmy” de la France libre. »

La bataille de Narvik en 1940.

La bataille de Narvik eut lieu durant la campagne de Norvège. Il s’agit de la première victoire des forces alliées au cours de la Seconde Guerre mondiale. Elle fut remportée autour de la ville de Narvik au nord de la Norvège, et se déroula en deux temps : d’abord en mer (le 10 et le 13 avril 1940) puis sur le sol norvégien (du 9 mai au 8 juin 1940), ce qui fait parfois parler des « batailles » de Narvik, distinguant la première et la seconde bataille de Narvik. Les combats dans la région s’étendent au total du 9 avril au 8 juin 1940.

Début avril 1940, l’Allemagne a envahi la Norvège afin de sécuriser le transport du fer suédois en provenance des mines de Kiruna. 90 % du minerais de fer suédois allait en Allemagne et cela représentait 50 % des importations en fer de l’Allemagne (le Royaume-Uni était également client, mais seulement à hauteur de 10 % de sa consommation globale). Cette matière première, indispensable aux Allemands dans leur poursuite de la guerre, transitait par la ligne de chemin de fer Malmbanan/Ofotbanen jusqu’au port de Narvik. Il avait l’avantage d’offrir un accès direct à la mer de Norvège et être le seul port praticable en hiver car libre des glaces qui obstruent les autres ports du nord de la Baltique.

Continuer la lecture de « La bataille de Narvik en 1940. »