Hermès Paris.

Hermès Paris, anciennement Hermès International ou simplement Hermès, est une société française œuvrant dans la conception, la fabrication et la vente de produits de luxe, notamment dans les domaines de la maroquinerie, du prêt-à-porter, de la parfumerie, de l’horlogerie, de la maison, de l’art de vivre et des arts de la table. Fondée à Paris en 1837 par Thierry Hermès, l’entreprise Hermès, à l’origine une manufacture de harnais et de selles, appartient encore de nos jours majoritairement à ses héritiers.

La fortune professionnelle de la famille est estimée à 39 600 millions d’euros.


Thierry Hermès est le fondateur de l’entreprise Hermès. Il est né le 15 janvier 1801, à Krefeld, en Allemagne. La ville, située sur la rive gauche du Rhin alors annexée à la France, était réputée pour son artisanat de l’impression textile. En 1821, il s’installe en Normandie dans une ville réputée pour le travail des peaux, Pont-Audemer. Il entre comme apprenti chez un artisan sellier-harnacheur. Le 17 avril 1828, il épouse Christine Pétronille Pierrart (1806-1896) dont il aura un fils : Charles-Émile (1831-1876). Thierry Hermès gagne Paris en 1837 où il ouvre

sa première manufacture, rue Basse-du-Rempart (aujourd’hui disparue), près de l’église de la Madeleine. Son activité est celle d’un maître artisan harnacheur sellier, qui conçoit, confectionne et vend des harnais et des équipements pour les chevaux. Thierry Hermès continue de venir à Pont-Audemer, dans l’Eure, où il reviendra séjourner après la défaite de 1870. Il s’éteint à Neuilly en 1878, le 10 janvier.

Dès la seconde moitié du XIXe siècle, sous la direction d’abord de Charles-Émile Hermès, fils de Thierry, puis d’Émile-Maurice Hermès, fils de Charles-Émile, l’entreprise, implantée désormais au no 24 rue du Faubourg-Saint-Honoré depuis 1880, diversifie sa production vers la fabrication d’articles d’équitation, de couvertures de cheval, de casaques de courses en soie (à ce propos, Jean-Louis Dumas déclare plusieurs années après : « Notre premier client, c’est le cheval ; le deuxième, le cavalier »). Dès les débuts du XXe siècle, cavaliers et voyageurs apprécient le grand sac en cuir, fonctionnel et esthétique, spécialement conçu par les ateliers d’Hermès pour le transport de leur selle et de leurs bottes.

Hermès, carte maximum, Paris, 13/01/2013.

Les descendants de Thierry Hermès, Adolphe (1866-1933) et Émile-Maurice Hermès (1871-1951), surent parier sur l’essor de l’industrie du bagage par le développement de l’automobile. Ils se montrèrent novateurs en y transposant les savoir-faire du harnacheur sellier, notamment la couture au « point sellier ». Émile-Maurice fut l’un des pionniers qui introduisirent la fermeture à glissière dans la maroquinerie et dans la mode. Dans les années 1920, la maison Hermès étend la signature Hermès au vêtement féminin et masculin, à l’horlogerie, à la bijouterie, aux accessoires de sports ou de ville, à la décoration intérieure. En 1929, la styliste Lola Prusac crée les premiers carrés de soie et développe une ligne de vêtements adaptés aux sports émergents de l’époque : plage, ski… En 1933, Lola Prusac crée une ligne de sacs et bagages inspirés des œuvres du peintre néerlandais Mondrian.

Deux des gendres d’Émile-Maurice Hermès accentuent cette orientation : Jean-René Guerrand et Robert Dumas (1898-1978), puis son petit-fils Jean-Louis Dumas-Hermès (1938-2010) poursuivirent le développement de l’entreprise en l’orientant vers la voie de la qualité exceptionnelle alliée à la création, avec de véritables « inventions » de renommée mondiale telles que le Kelly ou le carré de soie ; Jean-René Guerrand développe la branche parfums, alors que Robert Dumas est l’artisan de la réussite de la maroquinerie et des carrés.

En 1947, la signature Hermès s’ouvre à la parfumerie avec Eau d’Hermès (créée par Edmond Roudnitska) : hespéridée, épicée et florale, la fragrance sourit aux origines de la Maison avec ses effluves de cuir. Bientôt une ligne pour le bain suivie, dans les années 1980, de cosmétiques compléteront cette avancée. En 1967, Catherine de Károlyi crée au sein de la Maison la première collection de vêtements prêt-à-porter.

En 1964, Jean-Louis Dumas, fils de Robert Dumas et de Jacqueline Hermès, rejoint la maison de luxe et est nommé administrateur général du groupe en 1971.

En 1978, il devient président du groupe Hermès. Il est l’artisan de la grande transformation de la maison de luxe à travers l’internationalisation et la diversification des savoir-faire du groupe. Son action est guidée par trois priorités : le sens de la fidélité, l’exigence de la qualité et la volonté d’innover.

Jean-Louis Dumas ajoute de nouveaux métiers aux savoir-faire traditionnels d’Hermès, tels que l’horlogerie, la bijouterie et l’orfèvrerie. Il crée la filiale horlogère La Montre Hermès SA, à Bienne en Suisse, et pilote l’acquisition du bottier anglais John Lobb, des cristalleries Saint-Louis et de l’orfèvre Puiforcat.

Il développe les activités de la soie, du cuir, du prêt-à-porter, et conçoit en 1984, à la demande de Jane Birkin, le sac éponyme qui deviendra un des best-sellers de la marque et le deuxième produit le plus vendu de la maison.

Il recrute de nouveaux talents, tels qu’Éric Bergère et Bernard Sanz, pour moderniser les collections de prêt-à-porter et attirer une clientèle plus jeune. La première campagne de pub, une jeune fille en jean portant un carré de soie, marque la volonté de séduire une nouvelle clientèle et rompt avec les codes traditionnels de la maison.

En 1989, Hermès entre dans le capital des tissages Perrin & Fils dont le groupe détient aujourd’hui 39 %. La même année, la société prend le statut de commandite avec Émile Hermès SARL comme premier associé commandité.

En 1992, le chiffre d’affaires atteint 2,456 milliards de francs (+ 2,5 % par rapport à 1991), alors que le résultat net progresse de 45 à 176,2 millions de francs (+ 291 %). En 1993, Jean-Louis Dumas introduit la maison Hermès en Bourse, au second marché à Paris. 74 % du capital demeurent toutefois entre les mains de la famille Hermès afin de préserver l’indépendance de la maison.

En 1998, il embauche comme styliste Martin Margiela, qui donne un nouvel élan au prêt-à-porter féminin, tout en préservant l’identité et la tradition de la maison Hermès, son style précis et épuré.

L’année suivante, Hermès entre au capital de l’entreprise Jean Paul Gaultier à hauteur de 30 %. Lors de l’annonce de l’opération, Jean-Louis Dumas se présente vêtu d’une marinière du créateur, tandis que le couturier arbore une cravate Hermès. Jean-Louis Dumas qualifie cette prise de participation de « partenariat de fraternité et d’excellence ».

En 2004, il nomme Jean-Paul Gaultier à la direction du prêt-à-porter féminin, succédant ainsi à Martin Margiela. Le choix « d’une créativité forte et exacerbée » vise à être « en phase avec le moment ». Jean-Paul Gaultier commence sa collaboration chez Hermès avec une collection automne-hiver 2004-2005 inspirée de l’univers équestre. Le défilé a lieu le 6 mars 2004 au manège de l’École militaire devant un public séparé par des bottes de foin. Selon Jean-Louis Dumas, Jean-Paul Gaultier « a su explorer la grâce féminine et le mouvement en s’appuyant sur l’évocation du cheval, des matières et du savoir-faire Hermès ».

Jean-Louis Dumas favorise l’internationalisation du groupe et axe son développement autour de trois grands pôles : l’Asie, l’Europe et les États-Unis. Hermès s’installe en Chine dès 1961 et compte, en 1989, une trentaine de boutiques dans le pays. En 1993, le groupe compte dans le monde 55 magasins lui appartenant et 190 points de vente ou corners. Hermès met en œuvre une stratégie d’expansion au rythme de 5 ouvertures de magasins par an, afin d’avoir des succursales dans les principales villes internationales. Le groupe dispose à l’heure actuelle de plus de 300 boutiques dans le monde, dont la plupart ont été conçues par l’architecte Rena Dumas, l’épouse de Jean-Louis Dumas.

En moins de 30 ans, le chiffre d’affaires d’Hermès est passé de 42 millions (1978) d’euros à 1,9 milliard d’euros (2009).

Jean-Louis Dumas se retire du groupe pour des raisons de santé en 2006 et nomme Patrick Thomas gérant d’Hermès International. C’est le premier dirigeant d’Hermès non issu de la famille du fondateur. Jean-Louis Dumas meurt à Paris le 1er mai 2010 à l’âge de 72 ans.

Fin 2012, les « familles Hermès » prennent une participation significative dans le capital du joaillier Arthus-Bertrand. En avril le groupe acquiert la manufacture horlogère suisse Natéber.

Au début de 2013, Hermès, pôle Cuirs Précieux, acquiert la Tannerie d’Annonay.

Fin 2015 Hermès, pôle Cuirs Précieux, acquiert les Tanneries du Puy-en-Velay à la holding EPI du chausseur J.M. Weston.

Le 18 juin 2018, Hermès entre officiellement au CAC40, avec 57 milliards d’euros de capitalisation boursière.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.