Hannah Arendt, politologue, philosophe et journaliste.

Hannah Arendt, née Johanna Arendt à Hanovre le 14 octobre 1906 et décédée le 4 décembre 1975 à New York, est une politologue, philosophe et journaliste allemande naturalisée américaine, connue pour ses travaux sur l’activité politique, le totalitarisme, la modernité et la philosophie de l’histoire.

Elle soulignait toutefois que sa vocation n’était pas la philosophie mais la théorie politique (« Mein Beruf ist politische Theorie »). C’est pourquoi elle se disait « politologue » (« political scientist ») plutôt que philosophe. Son refus de la philosophie est notamment évoqué dans Condition de l’homme moderne où elle considère que « la majeure partie de la philosophie politique depuis Platon s’interpréterait aisément comme une série d’essais en vue de découvrir les fondements théoriques et les moyens pratiques d’une évasion définitive de la politique ».

Ses ouvrages sur le phénomène totalitaire sont étudiés dans le monde entier et sa pensée politique et philosophique occupe une place importante dans la réflexion contemporaine. Ses livres les plus célèbres sont Les Origines du totalitarisme (1951 ; titre original : The Origins of Totalitarianism), Condition de l’homme moderne (1958) et La Crise de la culture (1961). Le mot totalitarianism exprime l’idée que la dictature ne s’exerce pas seulement dans la sphère politique, mais dans toutes, y compris les sphères privée et intime, quadrillant toute la société et tout le territoire. Son livre Eichmann à Jérusalem, publié en 1963 à la suite du procès d’Adolf Eichmann en 1961, où elle développe le concept de la banalité du mal, a fait l’objet d’une controverse internationale.


Hannah Arendt est née à Hanovre en 1906. Son père était ingénieur de formation et sa mère pratiquait le français et la musique. Des deux côtés, les grands-parents étaient des Juifs laïcs. Son père meurt en 1913 de la syphilis.

À quinze ans, en 1921, Arendt lit la Psychologie des conceptions du monde de Karl Jaspers, son futur directeur de thèse, et s’intéresse dans la foulée à Søren Kierkegaard, auteur fondamental pour la philosophie de Jaspers.

Arendt, carte maximum, Allemagne.

En 1924, après avoir passé son Abitur — équivalent du baccalauréat français en Allemagne — en candidate libre avec un an d’avance, elle étudie la philosophie, la théologie et la philologie classique aux universités de Marbourg, Fribourg-en-Brisgau et Heidelberg où elle suivra les cours de Heidegger, de Husserl puis de Jaspers. Elle s’y révèle d’une brillante intelligence et d’un non-conformisme encore peu commun.

La rencontre avec Martin Heidegger en 1925 est un événement majeur de sa vie, tant sur les plans intellectuel que sentimental. Cet événement a toutefois souvent fait ombrage à la contribution originale de Arendt et a occupé une place importante dans la compréhension de sa trajectoire intellectuelle. En 1925, Arendt est très jeune et voue une grande admiration à son maître, de dix-sept ans son aîné. C’est le début d’une relation secrète (Heidegger est marié et père de deux enfants), passionnée et irraisonnée, qui laissera chez elle des traces durant toute sa vie, bien que Karl Jaspers ait été sa véritable figure d’influence. Après avoir interrompu leur relation, Arendt poursuit ses études à Fribourg-en-Brisgau pour devenir l’élève de Husserl, puis, sur recommandation d’Heidegger, à Heidelberg pour suivre l’enseignement de Karl Jaspers sous la direction duquel elle rédige sa thèse sur Le Concept d’amour chez Augustin. Quelle que soit la position ambiguë de Heidegger à l’égard du judaïsme, elle restera fidèle à leur relation et au souvenir du rôle de la pensée de Heidegger dans son propre parcours. Par-delà la guerre et l’exil, elle se fera l’infatigable promotrice du philosophe, aussi éminent que controversé, aux États-Unis.

En 1929, Hannah Arendt épouse Günther Stern (nommé plus tard Günther Anders), un jeune philosophe allemand rencontré en 1925 dans le milieu universitaire et devenu son compagnon en 1927. La même année, elle obtient une bourse d’études qui lui permet de travailler jusqu’en 1933 à une biographie de Rahel Varnhagen, une Juive allemande de l’époque du romantisme, qui ne paraîtra qu’en 1958. Avec la montée de l’antisémitisme et l’arrivée des nazis au pouvoir, elle s’intéresse de plus près à ses origines juives. Elle se rapproche dès 1926 de Kurt Blumenfeld, ancien président de l’Organisation sioniste mondiale, vitrine du mouvement sioniste, président de l’Union sioniste allemande depuis 1924 et ami de la famille. Chargée par Blumenfeld de recueillir les témoignages de la propagande antisémite, elle est arrêtée en 1933 par la Gestapo et relâchée grâce à la sympathie d’un policier. Elle quitte l’Allemagne sur le champ.

Arrivée en France en 1933, elle devient la secrétaire particulière de la baronne Germaine de Rothschild, milite pour la création d’une entité judéo-arabe en Palestine, participe à l’accueil des Juifs, pour la plupart communistes, fuyant le nazisme et facilite leur émigration vers la Palestine. Divorcée en 1937, elle se remarie le 16 janvier 1940 avec l’un d’eux, Heinrich Blücher, un réfugié allemand, ancien spartakiste.

En mai 1940, en raison de l’avancée éclair de l’Armée allemande en France, elle se retrouve internée par le Gouvernement français avec d’autres apatrides au camp de Gurs (Basses-Pyrénées). Dans la confusion qui suit la signature de l’armistice en juin 1940, elle est libérée et parvient à s’enfuir à Montauban, où elle retrouve son mari. Puis, elle gagne Marseille où elle obtient, grâce au Centre américain d’Urgence de Varian Fry, un visa pour le Portugal qu’elle rejoint en train. Elle vit alors quelque temps à Lisbonne dans l’espoir d’embarquer pour l’Amérique, ce qui sera rendu possible en mai 1941, par l’intervention du diplomate américain Hiram Bingham IV, qui lui délivre illégalement un visa d’entrée aux États-Unis, en même temps qu’à environ 2 500 autres réfugiés juifs. À l’issue d’une traversée éprouvante, elle s’installe à New York. Dans une situation de dénuement, elle doit gagner sa vie, trouve un emploi d’aide à domicile dans le Massachusetts, et envisage de devenir assistante sociale. Elle décide finalement de regagner New York, et y collabore à plusieurs journaux, dont l’hebdomadaire Aufbau.

Après la Seconde Guerre mondiale, elle retourne en Allemagne, travaillant pour une association d’aide aux rescapés juifs. Elle reprend contact avec Heidegger, témoignant en faveur du philosophe lors de son procès en dénazification. Elle renoue également avec le couple Jaspers dont elle devient une amie intime. En 1951, naturalisée citoyenne des États-Unis, elle entame une carrière universitaire comme conférencière et professeur invité en sciences politiques dans différentes universités : Berkeley, Princeton (où elle devient la première femme nommée professeur), Columbia, Brooklyn College, Aberdeen, Wesleyan. C’est également en 1951 qu’elle publie son livre Les Origines du totalitarisme, puis Condition de l’homme moderne en 1958, et le recueil de textes intitulé La Crise de la culture en 1961.

Après ces trois livres fondamentaux, elle couvre à Jérusalem le procès du responsable nazi Adolf Eichmann, en qui elle voit l’incarnation de la « banalité du mal ». Les articles qu’elle écrit alors, réunis dans Eichmann à Jérusalem : Rapport sur la banalité du mal, publié en 1963, nourrissent une importante polémique. La même année, elle publie également Essai sur la révolution.

Son ami Gershom Scholem, spécialiste de mystique juive, polémique avec Arendt par lettres au sujet de la banalité du mal et d’autres thèmes.

À partir de 1963, elle devient titulaire de la chaire de sciences politiques à l’université de Chicago, avant d’être nommée professeur à la New School for Social Research (New York) en 1967, où elle restera jusqu’à sa mort. En 1966, elle apporta son soutien à la pièce de théâtre de l’allemand Rolf Hochhuth, Le Vicaire, œuvre qui déclencha une violente controverse en critiquant l’action du pape Pie XII face à la Shoah.

En 1973, elle commence une série de conférences à Aberdeen sur « La pensée » et « Le vouloir » : elles constituent les deux premières parties de son livre posthume La Vie de l’esprit, dont elle n’a pas eu le temps d’écrire la troisième et dernière partie, « Juger ».

Elle meurt le 4 décembre 1975 à New York d’une crise cardiaque. Elle est enterrée au Bard College d’Annandale-on-Hudson, où son mari avait enseigné pendant de nombreuses années. Lors des obsèques, son ami Hans Jonas, après avoir prononcé le kaddish, lui dira : « Avec ta mort tu as laissé le monde un peu plus glacé qu’il n’était. »

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.