Gustave de Ponton d’Amécourt, ingénieur, archéologue et numismate.

Gustave de Ponton d’Amécourt, né le 16 août 1825 à Paris et mort le 20 janvier 1888, est un ingénieur, archéologue et numismate français.


Gustave de Ponton d’Amécourt est issu d’une ancienne famille bourgeoise portant le patronyme Ponthon. La filiation remonte à Augustin de Ponton (1736-1808), commissaire de la Marine puis inspecteur général des fermes du roi qui avait épousé en 1768 Louise Maille. Ses parents étaient Jean-Baptiste de Ponton et Louise Machet de La Martinière. Cette famille porte pour armes De sable à une fasce ondée d’argent.

Gustave de Ponton d’Amécourt est le fils d’Antoine de Ponton d’Amécourt, officier, et de Marie Elisabeth Madeleine Collette de Baudicour. Il épouse Anne-Marie Dumont de Signéville, fille de François Dumont de Signéville et de Victoire Haudos de Possesse.

Érudit, ayant étudié les mathématiques, le sanskrit, le grec et le latin, numismate et archéologue, il était président et fondateur de la Société française de numismatique. Parmi ses recherches on retient notamment ses études approfondies des monnaies mérovingiennes livrées à la Société historique et archéologique du Maine dont il fut membre. En 1857, il achète le trésor d’Imphy, la découverte d’une centaine de deniers carolingiens. En 1886, ses collections numismatiques sont mises en vente et en 1881 un lot de 1131 monnaies mérovingiennes sont acquise par le Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France.

Ami de Félix Nadar et de Jules Verne, il fut un précurseur de la navigation aérienne à l’aide du plus lourd que l’air.
Le mot « hélicoptère » a été inventé par Gustave de Ponton d’Amécourt, à partir du grec « έλιξ, έλικος » ou « helix » (« spirale », « hélice ») et « πτερὸν » ou « pteron » (« aile »). Ce terme est apparu pour la première fois le 3 août 1861 dans une demande de brevet au Royaume-Uni, puis le 16 avril 1862 dans un certificat d’addition au brevet 49.077 initialement déposé le 3 avril 1861 en France ne mentionnant que le terme « aéronef ». Cet inventeur construisit avec Gabriel de La Landelle un petit prototype d’hélicoptère à moteur à vapeur, dont la chaudière fut une des premières utilisations de l’aluminium. Jules Verne, membre de la Société d’encouragement de la locomotion aérienne au moyen du plus lourd que l’air, put consulter une brochure parue en 1863, dans laquelle Gustave d’Amécourt décrivait son invention, et s’en inspira pour inventer l’Albatros de son roman Robur le conquérant.

La chère hélice, expérimentée par Gustave de Ponton d’Amécourt et photographiée par Nadar en 1863, contribuera au progrès de la propulsion des aéronefs à venir.

Par analogie avec le mot navigation, il a créé avec Gabriel de La Landelle le mot aviation, “dérivé du verbe avier, synonyme de voler dans les airs.”

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.