Grigore Alexandrescu, poète et écrivain.

Grigore Alexandrescu (22 février 1810, Târgoviște, Țara Românească  – 25 novembre 1885, Bucarest , Roumanie ) était un poète et écrivain roumain.


Il est né à Târgoviște, le 22 février 1810, dans le bidonville de Lemnului, étant le quatrième enfant du trésorier M. Lixandrescu. Il reste orphelin et pauvre, mais dès son plus jeune âge il fait preuve d’une intelligence particulière et d’une mémoire extraordinaire. Apprendre le grec et le français. Il est devenu étudiant au Collège National “Sfântul Sava” à Bucarest , étant un collègue de Ion Ghica . Il rencontre Ion Heliade Rădulescu . Il étonne tout le monde par son talent poétique. Il vivra un temps chez lui avec Héliade, qui publiera son premier poème, Miezul nopții , dans Curierul Românesc , suivi de l’élégie Adio. A Targoviste.

Elexandrescu, carte maximum, Roumanie.

Il fut un temps officier, mais démissionna ( 1837 ). A cause de certains écrits (Année 1840 et Le Cygne et les poussins du Corbeau) il est emprisonné. Il a occupé de petits postes. En 1848, il était rédacteur en chef du journal Poporul suveran . Au cours des 25 dernières années de sa vie, il a été marqué par l’aliénation mentale.

Il mourut pauvre à Bucarest en 1885 . Vasile Alecsandri , dans une lettre envoyée de Paris par Alexandru Papadopol-Calimah , déplore l’indifférence du fabuliste avant tout roumain: ” La mort pauvre Alexandrescu pas que je peiné tant (car il était mort depuis plusieurs années) que je peiné  l’indifférence de la génération actuelle à son regard et à l’oubli dans lequel son ancienne gloire était tombée.”

Alexandrescu, entier postal, Roumanie.

Il a commencé avec des poèmes publiés dans Curierul Românesc dirigé par Ion Heliade Rădulescu . Sa poésie a été influencée par les idées qui ont préparé la Révolution de 1848.

Poète lyrique, il écrit d’abord des méditations romantiques, sous l’influence de Lamartine . Leur ton est extraordinairement fantastique. Le plus réussi est Mircea’s Shadow. A Cozia (il avait fait un voyage en Olténie, avec son ami Ion Ghica).

Il est le dernier fabletier authentique de la littérature roumaine, écrivant environ 40 fables , dans lesquelles la vérité est masquée, en raison de la censure des autorités ( Chien et chiot , Taureau et veau , Justice du Lion , Renard libéral , etc.).

Grigore Alexandrescu a le mérite d’être consacré dans la littérature roumaine, en tant qu’espèce littéraire autonome, l’épître, la méditation et la satire. Traduit de Lamartine et Byron.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.