Gleb Kotelnikov, inventeur du parachute dorsal.

Gleb Yevgeniyevich Kotelnikov (russe : Глеб Евгеньевич Котельников , 30 janvier [ OS 18 janvier] 1872 – 22 novembre 1944), était l’inventeur russo – soviétique du parachute à dos (d’abord dans l’enveloppe rigide, puis dans l’emballage souple), et parachute de freinage.


Il est né dans la famille d’un professeur de mécanique et de mathématiques supérieures. Les parents aimaient le théâtre et ce passe-temps a influencé leur fils. Dès son enfance, il chantait, jouait du violon et aimait aussi fabriquer différents jouets et modèles.

Il est diplômé de l’ école militaire de Kiev en 1894. Après trois ans de service obligatoire, il entre dans la réserve. Il a servi comme agent des accises dans les provinces, a aidé à organiser des cercles de théâtre, a parfois joué dans des pièces de théâtre et a continué à concevoir. En 1910, Gleb retourne à Saint-Pétersbourg et devient acteur dans la troupe de la Maison du Peuple du côté de Saint-Pétersbourg (pseudonyme de Glebov-Kotelnikov).

En 1911, il crée son premier parachute RK-1 (qui signifie Rantseviy (sac à dos) ou russe K otelnikova (par Kotelnikov), 1 er modèle), qui fut utilisé avec succès en 1914 pendant la Première Guerre mondiale. Plus tard, Kotelnikov a considérablement amélioré la conception de son parachute, créant de nouveaux modèles, dont le RK-2 avec un sac à dos plus souple, le RK-3 et quelques parachutes cargo, qui seront tous adoptés par l’ armée de l’air soviétique.

Après avoir été témoin de la mort du talentueux pilote russe Lev Matsivitch et en avoir été choqué, il est devenu obsédé par l’idée de construire un parachute, à laquelle il a consacré plusieurs années de sa vie ainsi que toutes ses économies personnelles. En 1911, il dépose une demande de brevet  auprès du Comité des inventions en France et obtient le brevet sous le numéro 438612, dans lequel il résume la fonction de son parachute :

Le principe de fonctionnement de l’appareil est le suivant : en cas  d’urgence, un pilote, le portant sur le dos, pourrait se jeter hors d’un avion en ouvrant un sac à dos en tirant sur une corde attachée à son verrou. En cas de chute inattendue, l’appareil peut fonctionner de manière tout à fait automatique. A cet effet, le verrou du parapack est relié au chariot d’un avion au moyen d’un cordon qui ouvrirait le verrou d’un parapack tendu sous le poids d’un homme tombant.

Au début, G. Kotelnikov a appelé son invention un appareil de sécurité, un parachute à dos et plus tard, il a reçu le nom de RK-1.

En 1912, sur une route près de Tsarskoïe Selo (qui fait maintenant partie de Saint-Pétersbourg ), Kotelnikov a réussi à démontrer les effets de freinage du parachute en accélérant une automobile Russo-Balt jusqu’à la vitesse maximale, puis en ouvrant un parachute attaché à la banquette arrière, ainsi inventer le parachute drogue. Dans l’aviation, cependant, les parachutes de traînée n’ont été utilisés pour la première fois qu’en 1937 par les avions soviétiques dans l’ Arctique qui soutenaient les célèbres expéditions polaires de l’époque, comme la première station de glace dérivante Pôle Nord-1. , lancé la même année. La goulotte à traînée permettait d’atterrir en toute sécurité sur des banquises de plus petite taille.

Kotelnikov a continué à être une figure importante dans le développement des parachutes et du parachutisme en Union soviétique. En 1924, Kotelnikov a appliqué pour la première fois l’emballage souple du parachute au lieu de l’enveloppe rigide. Il a produit certains des premiers parachutes cargo et était contemporain du début du sport du parachutisme en Russie en 1930 et de la création des troupes aéroportées soviétiques la même année (la première force parachutiste de l’histoire). Dans ses dernières années, Kotelnikov a écrit un livre sur l’invention et le développement ultérieur des parachutes.

Kotelnikov est décédé le 22 novembre 1944 pendant la Seconde Guerre mondiale. Le village de Saalisi, où il a testé son parachute pour la première fois, a été rebaptisé Kotelnikovo en son honneur. Sa tombe au cimetière de Novodievitchi à Moscou est devenue un lieu de pèlerinage pour les parachutistes russes.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.