Gianna Beretta Molla, médecin.

Gianna Beretta Molla, (née le 4 octobre 1922, à Magenta, dans la province de Milan en Lombardie – morte le 28 avril 1962), est une femme médecin italienne reconnue sainte par l’Église catholique. Elle est morte d’une tumeur à l’utérus après avoir refusé l’avortement. Elle a mis au monde une petite fille, Jeanne-Emmanuelle, qui assistera quarante-deux ans plus tard à la canonisation de sa mère. Elle est fêtée le 28 avril.



Les parents de Gianna Beretta Molla sont profondément catholiques et appartiennent au Tiers-ordre franciscain. Elle est la dixième de leurs treize enfants. Trois se consacrent à Dieu : Enrico, médecin missionnaire capucin ; Giuseppe, prêtre dans le diocèse de Bergame ; Virginia, religieuse médicale à Canossa.

Ils vivent à Milan pendant dix-huit ans, et y fréquentent l’église des pères capucins du cours Monforte. En 1925, après la mort de plusieurs des frères de Gianna des suites de la grippe espagnole, la famille s’installe à Bergame.

Dès son plus jeune âge, Gianna Beretta Molla adhère pleinement à la foi de ses parents. Elle fait sa première communion alors qu’elle a seulement cinq ans et demi, le 4 avril 1928. À partir de ce moment, elle va à la messe tous les matins. Le 9 juin 1930, elle reçoit la confirmation en la cathédrale de Bergame.

Elle aime la musique, la peinture et l’escalade.

En janvier 1937, sa sœur Amalia meurt et la famille s’installe à Quinto al mare, un quartier de Gênes où se trouve l’université. Là, Gianna s’inscrit dans un lycée proche de l’Istituto delle Suore Dorotee. À la fin de la cinquième, ses parents décident de lui faire interrompre ses études pendant une année en raison de son mauvais état de santé.

Alliée du Troisième Reich, l’Italie entre dans la guerre en 1940.

En octobre 1941, la famille retourne à Bergame, dans la maison des grands-parents maternels, à cause des bombardements. C’est là que Gianna, à la fin de ses études secondaires, perd ses parents à quatre mois d’intervalle. En octobre 1942, elle retourne à Magenta, fréquente la faculté de médecine et de chirurgie, d’abord à Milan, puis à Pavie. Durant toutes ses années d’université, elle assiste chaque jour à la messe, communie et récite le rosaire.Elle s’intègre à la vie de la paroisse de San Martino, en s’investissant dans l’éducation des jeunes de l’Oratorio delle Madri Canossiane. De plus, elle milite à l’Action catholique et participe aux conférences de Saint-Vincent-de-Paul.

En 1943, Benito Mussolini est destitué par le roi. L’Italie se range du côté des alliés. Envahie par les armées du Troisième Reich, elle est libérée par l’armée Américaine. Cependant la Maison de Savoie s’étant montrée trop favorable au Fascisme, la monarchie est abolie en 1946 et la république est proclamée.

Gianna est diplômée le 30 novembre 1949.

Après son diplôme en médecine, , Gianna ouvre un cabinet médical à Mesero le 1er juillet 1950. Elle obtient une spécialisation en pédiatrie à Milan le 7 juillet 1952 et se tourne vers les assistés, les pauvres, les mères, les enfants et les personnes âgées.

À côté de ses activités professionnelles, elle œuvre à l’Action catholique en se consacrant aux plus jeunes.

Ses distractions sont encore la musique, la peinture et l’alpinisme.

Le , elle épouse Pietro qu’elle avait connu quelques années auparavant. Dans la localité de Ponte Nuovo près de Magenta, elle est responsable de l’antenne de consultation des mères et de la maison d’accueil, dépendant de l’Œuvre nationale Maternité et Enfance, en même temps qu’elle apporte volontairement son aide médicale à l’école maternelle et à l’école élémentaire.

Elle a trois enfants : Pierluigi (), Maria Zita (Mariolina) () et Laura ().

En 1961, au second mois d’une nouvelle grossesse, Gianna est atteinte d’un fibrome à l’utérus. Avant l’intervention chirurgicale pour lui enlever le fibrome, elle demande au chirurgien de sauver le fœtus. Quelques jours avant l’accouchement, elle dit que s’il fallait choisir entre la vie de son enfant et la sienne, il fallait sacrifier la sienne.

Le , elle donne naissance à Gianna Emanuela. Pour Gianna commencent de longues souffrances. Malgré tous les soins qui lui sont prodigués, son état empire de jour en jour. Elle meurt d’une péritonite le 28 avril, à l’âge de 39 ans. Ses funérailles provoquent une très grande émotion.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.