Gaspar de Portolá, soldat, gouverneur et explorateur.

Gaspar de Portolá Rovira ( Os de Balaguer, Lérida ; 1716 – Lérida ; 10 octobre 1786) , né dans une famille noble, était un soldat, soldat, gouverneur et explorateur espagnol. Gouverneur des Californies depuis sa nomination le 30 novembre 1767 jusqu’en 1770 , explorateur et fondateur de San Diego et Monterrey, en Nouvelle-Espagne Californie. Dans sa vie militaire, il a été stationné en Italie et au Portugal.


Le 31 juillet 1734, il rejoint à l’âge de 17 ans les régiments de dragons de Villaviciosa, une compagnie levée par le colonel Manuel de Sentmenat y Oms. Le 23 avril 1742, il est incorporé avec le même grade de lieutenant au régiment Numancia, en compagnie de Francisco Farrús, montant le 26 avril 1743 lieutenant de dragons et grenadiers de Numancia et le 31 juillet 1764 capitaine de cette même compagnie, qui, sous le nom de régiment de dragons espagnols, était destinée à servir dans la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne.

Avant d’être nommé gouverneur de Las Californias (1768-1770), il a servi comme soldat en Europe, comme en Italie et au Portugal. Il était capitaine des dragons du régiment d’Espagne, en fait, la première fois qu’il s’est rendu en Basse-Californie dans son nouveau poste de gouverneur, il a amené avec lui 25 dragons et 25 soldats d’infanterie afin de l’aider à l’expulsion du Jésuites.

Portolá, le 30 novembre 1767, fut proclamé gouverneur de Las Californias , ce qui fit de lui le premier à gouverner la Basse Californie et l’Alta California.

En 1767, le vice-roi de la Nouvelle-Espagne , suite au mandat de Carlos III , ordonna l’arrestation et la déportation de tous les prêtres jésuites. Gaspar de Portolá, nouvellement nommé gouverneur, était responsable de l’expulsion des missionnaires de la péninsule de Basse-Californie où 14 missions avaient été établies en 72 ans. Ces missions ont été confiées aux franciscains et plus tard aux dominicains, et ils ont également été chargés du développement de la mission en Nouvelle-Californie.

En 1776, il fut nommé gouverneur de Puebla, reçut de l’argent pour ses dépenses, le grade de lieutenant-colonel de dragons et retourna en Espagne. Il retourna en Nouvelle-Espagne en 1777 en tant que colonel et gouverneur de Puebla, poste qu’il occupa jusqu’en 1785, date à laquelle il retourna dans son pays pour servir dans le régiment de dragons Numancia.

Le 7 février 1786, il est nommé lieutenant du roi de la place et des châteaux de la ville de Lérida, en remplacement du comte de Lannoy, décédé. Le poste comportait le mandat direct des détachements fixes et temporaires des troupes, des casernes, forteresses et défenses, du corregimiento et de la capitale de la Catalogne occidentale.

Don Gaspar ordonna à 50 hommes bien armés (25 dragons et 25 fantassins) de l’accompagner pour forcer les jésuites à quitter la péninsule, il prit également 14 franciscains pour remplacer les jésuites. Il s’embarqua dans le port de Matanchel (San Blas) dans trois petits bateaux, dans lesquels ils arrivèrent à Loreto.

Portolá était un bon administrateur et un bon capitaine, et en tant que tel, il dirigea une expédition en 1768 qui avait été planifiée par le visitador de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne, José de Gálvez y Gallardo. Des soldats, des missionnaires et des colons devaient participer à cette expédition dans le but d’établir des colonies en Haute-Californie, plus précisément à San Diego et à Monterrey (Californie). L’expédition, divisée en quatre groupes, commença en janvier 1769 avec le départ des navires San Carlos et San Antonio de La Paz. Deux expéditions terrestres sont alors parties, l’une d’elles dirigée par Gaspar de Portolá, qui était accompagné de Fray Junípero Serra, parti de Loreto (Baja California Sur) .

Le navire San Carlos , qui fut le premier à partir, rencontra des vents contraires et des tempêtes qui le firent s’égarer et son voyage dura 110 jours. En partie à cause d’une erreur de navigation causée par la latitude de la baie de San Diego établie par l’expédition de Sebastián Vizcaíno 167 ans plus tôt.

Dès les premiers jours de juillet, les deux navires et les deux expéditions terrestres étaient arrivés à San Diego. Portolá était impatient de continuer vers Monterrey et avec le père Juan Crespí et un groupe de 63 hommes, il partit par voie terrestre le 14 juillet, arrivant à Los Angeles le 2 août, à Santa Barbara le 19 et dans la région de San Juan. Siméon le 13 septembre. Ils atteignirent la région de San Francisco le 31 octobre.

Ils retournèrent à San Diego sans avoir trouvé la baie de Monterey. Ils sont sans doute passés de côté, mais les conditions météorologiques les ont empêchés de voir la baie. Le voyage a duré six mois.

Après s’être reposé, Portolá a préparé une autre expédition, cette fois par mer et par terre. Avec Fray Junípero Serra, il partit à la recherche de Monterrey pour établir la mission qui leur avait été confiée.

Le navire San Antonio quitta l’actuelle baie de San Diego le 16 avril 1770. À son bord se trouvaient le père Serra, Miguel Constanzó (ingénieur militaire et cartographe) et Pedro Prat (chirurgien). L’expédition terrestre partit le lendemain, dirigée par Portolá lui-même, accompagné de l’officier Pedro Fages , de douze volontaires catalans, de sept soldats et de cinq Indiens de Basse-Californie du Sud. Le père Crespí était l’aumônier de l’expédition terrestre. Après 36 jours de voyage, l’expédition terrestre arrive à  Monterrey le 24 mai 1770.

Une messe a été célébrée près du chêne où les missionnaires qui avaient accompagné Sebastián Vizcaíno avaient rendu grâce au Seigneur, il y a 167 ans, et la possession de ces terres avait été prise au nom de la Couronne espagnole. Le 3 juin 1770, ils commencèrent la construction de la Mission de San Carlos Borromeo de Carmelo et fondèrent le presidio à Monterrey.

Le 3 juin 1770, tous les membres de l’expédition réunis assistèrent à l’acte officiel d’occupation de Monterrey et d’Alta ou Nueva California. Fray Junípero Serra l’a fait au nom de Dieu, les a bénis et a chanté un “Te Deum” pour Thanksgiving et Gaspar de Portolá l’a fait au nom de l’Espagne.

Dans la nuit du 4 au 5 octobre, Gaspar avait été victime d’un accident vasculaire cérébral qui l’avait laissé paralysé, sans voix et inconscient. Le lieutenant Pinós et le notaire Burrow étaient vigilants et attentifs.

Le 9 octobre 1786, Portolá souffraient de fortes palpitations, de sueurs froides et de convulsions. Ses assistants ont immédiatement appelé les médecins et le lieutenant Francisco Pinós. Il a eu un accident vasculaire cérébral, tout le côté droit complètement paralysé, le bras et la main dans une grande contraction.

Portolá, dans les derniers instants, avait été très nerveux. Il bougeait la tête avec une certaine cadence, ses yeux étaient ouverts, regardant ceux qui l’entouraient comme s’il les reconnaissait. Ses lèvres étaient sèches et elle respirait difficilement. Si quelqu’un lui serrait la main, il le retenait. Les médecins se sont limités à appliquer des compresses d’eau et de vinaigre . On n’entendait que le murmure de la prière du prêtre qui administrait le sacrement de l’onction et le halètement du moribond. Finalement, Gaspar meurt entre cinq et six heures de l’après-midi le 10 octobre 1786, Francisco Pinós prend la responsabilité de préparer les actes nécessaires à l’inhumation et aux funérailles.

Le 11 octobre 1786, Gaspar est enterré dans l’ église de San Pedro de la ville de Lleida.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.