Garry Kasparov, joueur d’échecs.

Garry (ou Garri ou Gary) Kimovitch Kasparov né le 13 avril 1963 à Bakou (RSS d’Azerbaïdjan, URSS), est un joueur d’échecs soviétique puis russe. En exil depuis 2013, il a acquis la nationalité croate en 2014 et vit aujourd’hui à New York.

Treizième champion du monde d’échecs de l’histoire, de 1985 à 2000 et vainqueur de nombreux tournois, il est considéré comme l’un des meilleurs joueurs de l’histoire.

En janvier 1990, il est le premier joueur à dépasser les 2 800 points Elo. En juillet 1999, il atteint le classement Elo le plus élevé jusqu’alors, avec 2 851 points. Ce record ne fut battu que 14 ans plus tard, en 2013, par Magnus Carlsen.

En 2005, Kasparov renonce à la reconquête de son titre de champion du monde perdu en 2000. Il s’engage en politique dans l’opposition au président russe Vladimir Poutine. En 2007, le magazine américain Time le place dans la liste des Time 100, une liste des cent personnes les plus influentes dans le monde. En 2012, il devient président de l’ONG Human Rights Foundation, qui promeut les droits de l’homme dans le monde.

Il reste néanmoins impliqué dans l’univers des échecs. Il entraîne pendant un an Magnus Carlsen en 2009, publie trois séries de livres sur les échecs et sa carrière : My Great Predecessors (2003-2006), Garry Kasparov on Modern Chess (2007-2010) et Garry Kasparov on Garry Kasparov (2011-2014), et brigue la présidence de la Fédération internationale des échecs (FIDE) en 2014.


Garik Vaïnstein apprend à jouer aux échecs avec son père, qui n’a pourtant jamais été un joueur intéressé, alors que sa mère était douée. En septembre 1970, celle-ci était à Moscou, où son père était hospitalisé. Les oncles de Garik, Léonide Vaïnstein et Konstantin Grigorian, l’inscrivent au cercle d’échecs du Palais des pionniers de Bakou. À la fin de l’année, Garik atteint le grade de joueur de troisième catégorie. En 1972, il donne une partie simultanée contre des ouvriers du pétrole de Bakou. En juin 1972, il atteint la phase finale du championnat de blitz adulte de Bakou, marquant neuf points sur neuf dans le tour préliminaire. Pour ce résultat, Garik reçoit le grade de joueur de première catégorie à neuf ans. En janvier 1973, il termine troisième du championnat junior de Bakou. En mars 1973, il marque quatre points sur quatre lors d’une tournée de l’équipe junior d’Azerbaïdjan en Lettonie et en Estonie. En juillet 1973, il participe aux Jeux soviétiques de la jeunesse à Vilnius où il est remarqué par Aleksandr Nikitine, désigné au début de l’année entraîneur de l’équipe nationale d’échecs par le Comité d’État aux sports.

En août 1973, Nikitine recommande Kasparov à Mikhaïl Botvinnik, qui avait décidé, après trois ans d’interruption, de rouvrir l’école Botvinnik, la meilleure école de formation aux échecs d’URSS. Kasparov suit les cours de l’ancien champion du monde, de Nikitine et de Mark Dvoretski, spécialiste des fins de parties. D’autres maîtres contribuent à sa formation, comme Alexandre Ivanovitch Chakarov, entre autres dans le domaine des ouvertures. Au fil des années, lors de ses passes d’armes pour le championnat du monde, il sera aidé d’une équipe de « secondants » comme Iossif Dorfman, Zurab Azmaiparashvili, Sergueï Dolmatov, Ievgueni Vladimirov et Iouri Dokhoïan.

En 1975, toujours sous le nom de Vaïnstein, Garik termine septième du championnat d’URSS junior (joueurs de moins de 18 ans). Le changement de nom en Garri Kasparov intervient en août 1975, lors d’un conseil des familles Vaïnstein et Kasparov. La décision revient à la mère de Kasparov, Klara Kasparova, mais c’est l’entraîneur Nikitine qui défend ce changement, dans l’intérêt de la carrière de Garri, qui pourrait être freinée à cause d’un « mauvais nom ». Dès 1974, avec l’accord de Botvinnik, Garik avait commencé à en parler avec sa mère. En 1975-1976, les relations entre Israël et l’URSS sont rompues. En 1976, l’URSS boycotte l’olympiade d’échecs de Haïfa, alors qu’elle avait envoyé son équipe à Tel Aviv en 1964.

En octobre-novembre 1975, Garri, sous son nouveau nom, remporte la coupe de la ville de Bakou (adultes) et sa victoire est relayée par l’hebdomadaire de Moscou. En novembre 1975, il rencontre pour la première fois le nouveau champion du monde Anatoli Karpov (alors âgé de 24 ans) lors d’un tournoi de parties simultanées à Moscou. Karpov remporte facilement la partie. En 1976 et 1977, Garri Kasparov devient le plus jeune champion d’URSS junior de l’histoire et est envoyé en France pour disputer les premiers championnats du monde cadets (moins de seize ans). Ce furent ses premiers voyages en dehors de l’URSS.

En janvier-février 1978, il remporte le mémorial Sokolski à Minsk, puis le tournoi de sélection de Daugavpils et se qualifie pour la finale du championnat d’URSS adulte à Tbilissi où il termine neuvième.

En 1979, à l’âge de 16 ans et encore inconnu en Occident, Kasparov remporte son premier tournoi international de grands maîtres à Banja Luka en Yougoslavie, terminant invaincu avec 11,5 points sur 15 devant de grands noms de l’époque comme l’ancien champion du monde Tigran Petrossian et les grand-maîtres András Adorján, Jan Smejkal et Ulf Andersson. En juillet, il obtient son premier classement Elo international, 2 545, ce qui le place au 38e rang mondial.

En 1980, il remporte le championnat du monde junior et obtient le titre de grand maître international ; l’année suivante, en décembre 1981, il remporte le championnat d’URSS ex æquo avec Lev Psakhis. En 1982, il sort vainqueur du tournoi international de Bugojno et de l’interzonal de Moscou et entre ainsi dans le cycle des candidats au championnat du monde. Dans ce cycle, en 1983, il élimine Aleksandr Beliavski (+4, −1, =4) en quart de finale (Note : ici, et dans la suite de cet article, la notation (+4, –1, =4) signifie un bilan de quatre victoires, une défaite et quatre parties nulles).

En 1983, la demi-finale des candidats contre Viktor Kortchnoï aurait dû se dérouler initialement à Pasadena en Californie sous les auspices de la Fédération internationale des échecs (FIDE). Cependant, les autorités soviétiques refusent de laisser Kasparov se rendre aux États-Unis et la FIDE le déclare perdant par forfait. Le président de la FIDE, le Philippin Florencio Campomanes, parvient cependant à organiser le match à Londres, avec l’accord de Kortchnoï qui obtient la fin du boycott organisé par la fédération soviétique et dont il faisait l’objet depuis sa défection à l’ouest en 1976. À Londres, Kasparov élimine Kortchnoï (+4 –1 =6), puis, à Vilnius dans la finale disputée en 1984, l’ancien champion du monde de 1957, Vassily Smyslov (+4 –0 =9).

En janvier 1984, Kasparov occupe la première place au classement Elo, devant le champion du monde Anatoli Karpov.

Kasparov dispute son premier championnat du monde en 1984 à Moscou contre Anatoli Karpov, le champion du monde en titre depuis 1975. Après 5 mois et 48 parties, aucun des deux joueurs ne parvenant à obtenir les 6 victoires nécessaires, ce match interminable est finalement interrompu par la FIDE pour « préserver la santé des joueurs ». Cette interruption est critiquée par Kasparov alors qu’il était mené 5-3 après avoir été mené 5-0, rattrapant son retard sur la fin du match. Les éditions ultérieures prévirent un maximum de 24 parties.

C’est en 1985, lors du deuxième match contre Karpov, qu’il devient champion du monde, à l’âge de 22 ans sur le score de 13-11 (+5, −3, =16).

Après le match de 1985, Anatoli Karpov avait droit à un match revanche l’année suivante. Kasparov conserve son titre (+5 =15 –4) en 1986 lors du championnat disputé dans deux villes : la première moitié à Londres et la fin à Léningrad.

En 1987, Karpov remporte la finale du tournoi des candidats. À la fin de l’année, les deux adversaires disputent leur quatrième match en quatre ans, cette fois-ci à Séville. Kasparov égalise (+4 =16 –4) lors de la vingt-quatrième et dernière partie. Selon les conditions du match, en cas d’égalité au score (12–12) le champion du monde conserve son titre.

Trois ans plus tard, en 1990 à New York et Lyon, Kasparov retrouve Karpov. Deux parties avant la fin du match, Kasparov était sûr de conserver son titre. Les deux dernières parties furent disputées pour décider la répartition des prix, score final : 12,5–11,5 (+4, =11, –3).

À la suite du retrait du sponsor principal (Intel) de la PCA en 1996, l’organisation du championnat du monde est transférée à l’éphémère World Chess Council en 1998 ; les droits sont ensuite revendus à une organisation privée, Brain Games Network en 2000, puis rachetés en 2002 par le Einstein Group et finalement transférés à Dannemann en 2004.

En 1998, Alekseï Chirov bat Vladimir Kramnik dans un match de 10 parties (+2, –0, =7), mais Kasparov estime qu’il n’est pas possible de trouver de sponsor pour un match contre Chirov (dont le score contre Garry Kasparov est très mauvais) en raison du peu de suspense lié à un tel match.

En juillet 1999, après ses victoires à Wijk aan Zee (janvier), Linares (février-mars) et Sarajevo (mai), Kasparov atteint un classement Elo record avec 2 851 points. Indépendamment du titre de champion du monde, Kasparov reste no 1 mondial au classement Elo de la FIDE, de 1984 jusqu’à sa retraite en 2005, soit pendant plus de vingt années consécutives, partageant seulement la première place avec Vladimir Kramnik au classement de janvier 1996.

En 1999, il est élu joueur du siècle par le magazine New in Chess.

En 2000, Kasparov remporte une deuxième fois consécutivement les tournois de Wijk aan Zee, de Linares (ex æquo avec Kramnik) et de Sarajevo sans perdre une partie. Après avoir annoncé un match contre Viswanathan Anand en 1999, c’est finalement contre Vladimir Kramnik qu’il défend son titre de champion du monde en 2000 à Londres. Kasparov perd ce match (+0, –2, =13).

Le 11 mars 2005, après avoir gagné le prestigieux tournoi de Linares pour la neuvième fois de sa carrière, Kasparov annonce qu’il se retire du monde des échecs professionnels. Son nom est rayé du classement Elo en avril 2006, à la suite d’une inactivité de plus d’un an, comme le veut le règlement de la FIDE.

À partir de cette période, Kasparov écrit plusieurs ouvrages échiquéens, publié par la maison d’édition Everyman Chess, dont il devient conseiller éditorial en chef. Ainsi voient le jour les séries de livres My Great Predecessors, en cinq tomes (2003-2006), Kasparov on Modern Chess, en quatre tomes (2007 à 2010) et Garry Kasparov on Garry Kasparov en trois tomes (2011-2014) .

En 2008, en marge du Corsican Circuit, il affronte cinq joueurs corses en partie simultanée et gagne 5-0.

En 2009 et 2010, Kasparov entraîne Magnus Carlsen. D’après Carlsen, leur travail a beaucoup contribué à son accession à la première place du classement mondial FIDE en janvier 2010.

En août 2017, Kasparov participe au tournoi Rapid and Blitz de Saint-Louis, réunissant 4 joueurs du top 10 mondial. Son retour à la compétition génère un engouement médiatique autour de l’évènement. Il termine à la 8e place sur 10.

Après avoir soutenu Anatoli Karpov en 2010 à cette élection, Garry Kasparov se porte candidat en 2014 à la présidence de la Fédération internationale des échecs (FIDE) contre le président en place, le russe Kirsan Ilioumjinov. Les fédérations membres de la FIDE sont appelées à voter en marge de l’Olympiade d’échecs à Tromsø, dans le nord de la Norvège. Kasparov recueille 61 voix contre 110 voix pour le président en place, et perd l’élection.

En octobre 2015, il est suspendu de toutes activités à la FIDE pour deux ans au motif de tentative de corruption lors de l’élection à la présidence de la FIDE en 2014.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.