Franz Stelzhamer, poète et romancier.

Franz Stelzhamer (né le 29 novembre 1802 à Großpiesenham , Haute-Autriche ; † 14 juillet 1874 à Henndorf am Wallersee ) était un poète et romancier autrichien.


En tant que fils d’un petit fermier, il a fréquenté le lycée universitaire de Salzbourg, puis a étudié le droit à Graz et à Vienne, mais n’a pas terminé ses études. Jusqu’en 1824, il mena une vie d’errance instable en tant qu’acteur , conférencier et écrivain . En 1837, il fit sa percée avec les chansons en langue vernaculaire d’Obderennscher . Stelzhamer a travaillé comme journaliste à Vienne, en Haute-Autriche, à Salzbourg et en Allemagne jusqu’en 1842 . L’état de Haute-Autriche lui a permis de vivre une vie sûre avec un salaire honorifique .

Stelzhamer est considéré comme le plus important représentant de la poésie en Haute Autriche dialecte dans le rural milieu paysan , alors que ses écrits  enhaut – allemand sont à peine remarqués aujourd’hui.

Stelzhamer est le parolier de l’ hymne national de Haute-Autriche, le Hoamatgsang.

En particulier, le chapitre «Jude» de son texte auto-publié Das Bunte Buch en 1852 est critiqué par des germanistes comme Ludwig Laher ou Armin Eidherr comme un texte entrecoupé de tirades antisémites. À la page 256, Stelzhamer décrit le peuple des Juifs comme «un ténia géant [enroulé] autour des organes nutritionnels de chaque corps d’état cultivé», qui ne peut être avorté que partiellement, mais jamais complètement.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.