Franz Kafka, écrivain.

Franz Kafka est un écrivain austro-hongrois de langue allemande et de religion juive, né le 3 juillet 1883 à Prague et mort le 3 juin 1924 à Kierling. Il est considéré comme l’un des écrivains majeurs du XXe siècle.

Surtout connu pour ses romans Le Procès (Der Prozeß) et Le Château (Das Schloß), ainsi que pour les nouvelles La Métamorphose (Die Verwandlung) et La Colonie pénitentiaire (In der Strafkolonie), Franz Kafka laisse cependant une œuvre plus vaste, caractérisée par une atmosphère cauchemardesque, sinistre, où la bureaucratie et la société impersonnelle ont de plus en plus de prise sur l’individu. Hendrik Marsman décrit cette atmosphère comme une « objectivité extrêmement étrange… »

L’œuvre de Kafka est vue comme symbole de l’homme déraciné des temps modernes. D’aucuns pensent cependant qu’elle est uniquement une tentative, dans un combat apparent avec les « forces supérieures », de rendre l’initiative à l’individu, qui fait ses choix lui-même et en est responsable.


Kafka, carte maximum, Allemagne.

Franz Kafka naît en 1883 à Josefov dans le quartier juif de la ville de Prague, alors capitale de la province de Bohême, qui fait partie de l’Empire austro-hongrois. Son nom de famille Kafka veut dire choucas en tchèque (kavka). Il est le fils de Hermann Kafka (de) (1852-1931) et de Julie Kafka, née Löwy (1856-1934), issue d’une riche famille de Poděbrady. Son grand-père paternel, Jacob Kafka, est venu d’Osek, une ville de province tchèque, pour installer à Prague un petit commerce.

Franz Kafka a deux frères, Georg et Heinrich, morts en bas âge, en 1885 et 1887, et trois sœurs plus jeunes, Gabriele (Elli) (de) (1889-1942), Valerie (Valli) (de) (1890-1942) et Ottilie (Ottla) (1892-1943), qui, lors de la Seconde Guerre mondiale, sont déportées au ghetto de Łódź. Elli et Valli sont probablement assassinées à Chełmno au cours de l’automne 1942. Ottla meurt à Auschwitz en septembre 1943.

Kafka a une enfance solitaire. Sa langue maternelle est l’allemand, comme pour près de 10 % de la population de Prague à l’époque. Les Kafka sont juifs. Kafka lui-même et ses biographes décrivent son père, qui a des relations difficiles avec son fils, comme dominant et prétentieux. Bien qu’il n’ait pas un rapport intense avec sa mère, il s’identifie fortement avec la famille de celle-ci, réputée intellectuelle et spirituelle, contrairement à celle de son père, commerçante.

Entre 1889 et 1893, il suit l’école primaire au Fleischmarkt (aujourd’hui sur la rue Masná) à Prague, où il se montre bon élève. Son éducation juive se limite à la célébration de sa Bar Mitsva à l’âge de treize ans et à sa participation quatre fois par an aux services de la synagogue.

Après l’enseignement primaire, il est admis au collège d’État à Prague, le Altstädter deutsches Gymnasium germanophone. Il finit son éducation en 1901. Très tôt, il s’intéresse à la littérature (ses premiers écrits ont disparu, probablement détruits par Kafka lui-même) et aux idées socialistes. Ses amis sont alors Rudolf Illowy, Hugo Bergmann, Ewald Felix Pribram, ou encore Oskar Pollak (en). Il passe ses vacances à la campagne, chez son oncle Siegfried, un médecin de Triesch.

Après son baccalauréat (1901), Kafka voyage à Norderney et Heligoland. En automne, il commence ses études à l’université Charles de Prague. Après deux semaines de cours en chimie, Kafka décide d’étudier le droit. Il suit cependant aussi des cours de germanistique et d’histoire de l’art. Il voyage un peu. Il se joint au Lese- und Redehalle der deutschen Studenten, une association étudiante qui, parmi d’autres choses, organise des événements et des présentations littéraires.

En 1901, il fait la connaissance du poète Max Brod, qui sera son ami le plus influent et publiera la plus grande partie de son œuvre après sa mort. En 1906, il est reçu docteur en droit chez le professeur Alfred Weber et fait un stage d’un an, en service civil, au tribunal de Prague. En 1909, il publie ses premiers essais de prose dans le magazine munichois Hyperion.

Le 1er novembre 1907, il entre au service de Assicurazioni Generali une compagnie d’assurance commerciale autrichienne avant 1919. Après n’y avoir travaillé que neuf mois, il en démissionne le 15 juillet 1908 parce que, d’après ses dires, les longues heures de travail l’empêchent d’exercer sa grande passion, l’écriture. Deux semaines plus tard, il entre au service de l’Arbeiter-Unfall-Versicherungs-Anstalt für das Königreich Böhmen (Institution d’assurance pour les accidents des travailleurs du royaume de Bohême), où il travaille jusqu’à sa retraite prématurée en 1922. Bien qu’il qualifie péjorativement son travail de « gagne-pain », ses prestations sont évaluées très positivement par son employeur, ainsi qu’en témoignent ses promotions dans sa carrière. Il a pour tâche la limitation des risques de sécurité encourus par les ouvriers qui doivent travailler sur des machines souvent dangereuses à l’époque ; c’est dans ce but qu’il se rend dans des usines et qu’il écrit des manuels d’information. Il est, de plus, responsable de la classification des usines dans des groupes de risques. Le fait qu’il ait à contester des demandes d’indemnisation lui donne parfois mauvaise conscience, mais l’entreprise lui laisse souvent la possibilité d’être conciliant avec les victimes, parfois blessées et handicapées à vie.

En septembre 1909, alors en vacances à Riva del Garda avec Otto et Max Brod, il apprend par la Bohemia que le premier meeting aérien international en Italie, va avoir lieu à Montichiari, et décide de s’y rendre avec les Brod, car aucun d’eux n’avait encore jamais vu d’aéroplane. Franz Kafka y consacre un reportage, et dans une version abrégée, son texte intitulé Aéroplanes à Brescia a été publié dans le no 269 de Bohemia.

À côté de son travail pour la société d’assurance, Kafka continue d’écrire, et il suit pour ce faire un programme journalier particulier ; le matin, il travaille au bureau, à midi, il va dormir quelques heures, ensuite il va se promener, manger avec des amis ou sa famille, pour se mettre à écrire le soir, une activité qu’il continue jusque tard dans la nuit. C’est pendant l’une de ces nuits que, « comme ivre », il rédige le récit Das Urteil (Le Verdict).

En 1917, il commence à cracher régulièrement du sang et on pose le diagnostic de tuberculose. Cela conduit à une plainte de nature presque obsessionnelle dans ses lettres à Felice, et l’utilisation de sa maladie comme raison pour rompre ses fiançailles. Mais il voit aussi son statut d’écrivain comme un handicap pour une vie de famille « normale », ce qui serait devenu un énorme problème avec une Felice moins intellectuelle et plus débordante de vie.

Kafka, entier postal, Tchéquie.

Kafka, qui montre des signes d’hypocondrie, souffre, ainsi qu’on le pense maintenant, de dépression clinique et de phobie sociale, mais présente aussi des phénomènes vraisemblablement liés au stress, tels que des migraines, insomnies, constipations et furoncles. Il se méfie de la médecine allopathique et essaye de combattre ses maux avec des cures naturopathes, un régime végétarien et en buvant du lait non pasteurisé. Il profite de ses vacances pour suivre des cures de repos dans des sanatoriums, pour lesquelles son employeur lui octroie souvent des congés exceptionnels. En 1922, l’écrivain part en préretraite, à cause de son état général de santé déficient.

Bien que la situation personnelle de Kafka se soit fortement améliorée après son déménagement à Berlin, et qu’il écrive à nouveau beaucoup, l’hiver marqué par l’inflation de 1923-1924 à Berlin se révèle à nouveau funeste pour sa santé déjà chancelante. Les biens de consommation essentiels se font rares et il doit en faire venir de Prague ; de plus, le froid dans le logement mal chauffé n’est pas favorable à sa guérison. Lorsqu’en mars 1924, Brod vient lui rendre visite, l’état de Kafka s’est à ce point aggravé que son ami l’emmène avec lui à Prague ; en avril, on lui diagnostique une tuberculose du larynx.

Il est alors clair que Kafka n’en a plus pour longtemps car on ne dispose pas à cette époque de médicaments efficaces contre la tuberculose, si bien que l’écrivain s’alimente de plus en plus difficilement. Cet état présente des traits communs avec le personnage de Gregor dans La Métamorphose, et le personnage principal de sa nouvelle Un artiste de la faim (Hungerkünstler). Dans les derniers mois, il est soutenu par son médecin et ami, le jeune Robert Klopstock (1899-1972), qui dirige les soins médicaux de Kafka au sanatorium de Matliary, mais la seule aide qui peut encore être apportée au patient consiste en des analgésiques.

Kafka est admis au sanatorium de Kierling, près de Vienne, où il meurt à l’âge de 40 ans le 3 juin 1924, vraisemblablement de malnutrition ainsi que de tuberculose, Dora Diamant à ses côtés. Son corps est ramené à Prague, où il est enterré le 11 juin 1924 dans le nouveau cimetière juif du quartier de Žižkov (Prague-Strachnitz).

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.